Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Ça va être chaud !

Publié le par FatherTom

Ça va être chaud !

Les rencontres entre Troyes et Lens n'ont pas le prestige qui entoure certains matches de Ligue 1. Il y a cependant un spectateur qui semble ne vouloir manquer pour rien au monde les matches entre les deux clubs : comme à Soissons le 9 juillet dernier pour l'un des matches amicaux de l'été, Monsieur soleil sera ce soir au rendez-vous, paré de ses plus beaux rayons...

"Il faisait très chaud", soupirait alors après la rencontre Benjamin Nivet, capitaine troyen. Joué en début de soirée, le match s'était achevé sur un bien terne 0-0. Dans les tribunes, seulement réveillés en fin de rencontre par quelques situations lensoises alors que les Troyens "payaient les efforts de la semaine" selon leur capitaine, les spectateurs se demandaient peut-être si la pâle copie qu'ils avaient eue devant les yeux étaient les prémices de ce qu'ils verraient durant la saison. Toujours est-il que les Sang et Or devront éviter ce soir la passe de trois alors que l'ennui régnait à Bollaert pour les deux derniers matches du Racing.

Depuis ce match de préparation, les joueurs d'Alain Casanova, qui ont passé l'été dans le Nord-Pas-de-Calais, n'ont guère été confrontés aux fortes chaleurs. Ils ont pu en avoir un avant-goût il y a dix jours, à Nîmes, le soleil ayant brillé toute la journée avant de se voiler pour le début du match. Depuis mardi, ils doivent subir les contraintes météorologiques. "Entre mercredi et jeudi, l’entraînement n’a pas été trop long, mais suffisamment pour bien travailler, a détaillé l'entraîneur lensois. Jeudi matin, on a fait un entraînement à 11h15 pour permettre aux joueurs de dormir."

Ce soir, le mercure devrait atteindre les 35 °C en journée pour ne baisser qu'aux alentours de 30°C au début du match. Des températures qui devraient contraindre l'arbitre de la rencontre, Monsieur Desiage, à siffler une pause fraîcheur. Il y a quelques saisons, les supporters adverses étaient très bien accueillis au Stade de l'Aube, un sandwich et une boisson leur étant offerts. Cette fois, les 700 Lensois attendus ce soir en tribune se contenteraient du seul rafraichissement pour partager la pause avec leurs joueurs !

FatherTom

Troyes-Lens : le groupe lensois

Publié le par Lance

Troyes-Lens : le groupe lensois

Le Racing dispute demain à Troyes (coup d'envoi à 20 heures) son dernier match avant la fermeture du marché des transferts, le 31 août. Alain Casanova a décidé d'emmener 18 joueurs dans l'Aube. Plus de sept cents supporters du Racing effectueront le même trajet.

Le groupe lensois : Douchez, Vachoux ; Ba, Duverne, Lala, Robert, Scaramozzino, Wojtkowiak ; Bellegarde, Beghin, Bostock, Bourigeaud, Gérard, Koukou ; Autret, Banza, Fortuné, Zoubir.

L'entraîneur lensois a choisi de récompenser trois des jeunes joueurs ayant affronté mardi le Paris FC. Simon Banza, Guillaume Beghin et Valentin Wojtkowiak sont intégrés au groupe. Le nom d'au moins l'un des trois apparaîtra sur la feuille de match. À l'inverse, Enzo Ebosse, Marvin Milville, Moussa Sylla et Mounir Chouiar retournent en CFA où ils affronteront Saint-Maur en compagnie de Valentin Belon, de retour de blessure, et Teddy Chevalier, en manque de rythme.

Loïck Landre - qui espère partir de Lens - et Guirane N'Daw - que Lens espère voir partir - sont toujours écartés. Dusan Cvetinovic, Mohamed Fofana, Patrick Olsen et Akim Zedadka sont blessés. Enfin, Taylor Moore a pris la direction de la deuxième division anglaise. Le défenseur n'avait plus la confiance d'Antoine Kombouaré et n'a pas réussi à gagner celle d'Alain Casanova. Il a signé à Bristol.

Lance

Avant, pendant et après le match, vous pouvez discuter de la rencontre Troyes-Lens sur le forum Cœur Sang et Or.

Quel ennui...

Publié le par Lance

Quel ennui...

Lens est déjà éliminé de la Coupe de la Ligue. On s'en est déjà remis. Les Sang et Or sont sortis de la compétition par une équipe de National à l'issue de la séance des tirs aux buts (0-0, 6 tirs au but à 7). Après Hugo Robert, Teddy Chevalier n'a pas transformé son coup de pied de réparation. Bollaert l'avait senti venir. Quand un professionnel laisse frapper les jeunes et attend le huitième passage pour se confronter au gardien adverse, l'exercice n'est pas fait pour lui. Djimane Koukou n'a de son côté pas dû être déçu qu'un neuvième tireur ne soit pas appelé...

Alain Casanova a perdu son pari. Le technicien avait choisi de faire tourner son effectif. Koukou était le seul titulaire préalablement aligné au coup d'envoi à Nîmes et contre Amiens. Entrés en cours de jeu lors des deux derniers matches de Championnat, Jean-Ricner Bellegarde, Teddy Chevalier et Abdelrafik Gérard ont également été titularisés au sein d'une équipe dans laquelle cinq jeunes joueurs faisaient leur début en équipe première. Difficile de critiquer le choix de l'entraîneur lensois. Programmée dans une série de quatre matches en douze jours (dont trois en sept jours), la rencontre de Coupe de la Ligue n'était pas une priorité. Après avoir déploré lundi "qu'on ne peut pas avoir beaucoup de rotations" (ah bon ?), il a nié hier avoir logiquement donné la priorité au Championnat. ("Ma composition pouvait faire penser que l’on privilégiait le Championnat à la Coupe de la Ligue. Pas du tout."). Son discours lasse déjà.

Mais que dire du jeu prôné par Casanova ? Les joueurs les plus expérimentés n'ont pas assumé le statut de cadre qui leur est soudainement tombé dessus ; les jeunes ont fait ce qu'ils pouvaient et ne peuvent être critiqués. Mais au-delà des performances individuelles, la stratégie de jeu est troublante. L'ancien Toulousain a ressorti le 5-3-2 qui a si longtemps endormi la Ville Rose et qui pourrait produire le même symptôme dans le Pas-de-Calais. Il faisait très beau hier sur Bollaert, l'équipe alignée était jeune et en grande partie issue de la Gaillette et l'enjeu était limité. Les ingrédients étaient réunis pour prendre du plaisir. Et pourtant... Il y avait bien longtemps qu'on ne s'était pas ennuyé à ce point à Bollaert. L'ennui était tel que le Lens-Amiens disputé trois jours plus tôt apparaît aujourd'hui être un bijou. Celui qui a décidé de la suppression des prolongations en Coupe Machin a ce matin toute notre reconnaissance. Merci !

Le 5-3-2 de Casanova n'a toujours pas convaincu. Il se transforme rarement en 3-5-2. Il a ainsi fallu attendre la vingt-sixième minute pour que Ebosse prenne son couloir, sans réussir à amener le danger dans la surface adverse. Le manque d'expérience du jeune latéral gauche n'est pas une explication. Depuis le premier match de préparation, le 2 juillet au Touquet, le même problème est constaté avec Scaramozzino comme avec Lala dans le couloir droit. Avec à sa tête un entraîneur défensif qui prétend pourtant ne pas l'être, le RCL pense logiquement à défendre. Mais il ne pense pratiquement qu'à ça. La multiplication des passes entre les cinq défenseurs fait déjà figure de circuit préférentiel dans le schéma de jeu lensois. Les milieux de terrain se projettent trop rarement vers l'avant. Il ne faut jamais prendre de risque, on pourrait prendre un but. Mais en se montrant plus ambitieux, on pourrait aussi en marquer, non ?

Il y a cependant pire encore que ce 5-3-2 défensif. Difficile à imaginer en quittant Bollaert après quatre-vingt-dix minutes d'ennui. Et pourtant... Alain Casanova est satisfait ce qu'il a vu ! Son banc ayant été à l'ombre toute la rencontre, il n'a pas été victime d'un coup de chaleur. Ses propos traduisent donc pleinement sa pensée. "Les joueurs ont su mettre en place le jeu que l'on veut pratiquer", a-t-il osé déclarer face à la presse. Qu'il sache que ce n'est pas ce jeu que l'on veut voir !

Avec le retour des joueurs blessés en septembre et l'arrivée espérée de deux ou trois joueurs dans les prochains jours, Lens a les moyens de changer la moitié de l'équipe alignée habituellement en Championnat. L'avenir dira si c'est suffisant pour améliorer les résultats de l'équipe. Il semble en revanche n'y avoir aucune illusion à se faire sur la qualité du spectacle proposé. L'ennui correspond au jeu que Casanova veut pratiquer...

Lance

Coupe de la Ligue 2016-17
Deuxième tour

Lens - Paris FC 0-0 (6 t.a.b à 7)
Tirs-au-but pour Lens : Autret, Sylla, Robert (arrêté), Chouiar, Beghin, Milville, Ebosse, Chevalier (arrêté)
Tirs-au-but pour le Paris FC : Marie, Martin, Pierre, Massouema (arrêté), Camara, Missi Mezu, Bakayoko, Pierazzi

Lens : Vachoux (cap.) - Sylla, Milville, Wojtkowiak, Robert, Ebosse - Gérard (Chouiar, 70ème), Koukou, Bellegarde (Beghin, 72ème) - Chevalier, Banza (Autret, 81ème). Entraîneur : Alain Casanova

Paris FC : Aupic - Marie, Mary, Pierre (cap.), Bakayoko - Gbessi (Pierazzi, 80ème), Martin - Massouema, Alami Bazza (Missi Mezu, 72ème), Madiani - Cissé (Camara, 63ème). Entraîneur : Réginald Ray.

Coupe de la Ligue : la présence de Douchez est cruciale

Publié le par Lance

Coupe de la Ligue : la présence de Douchez est cruciale

Alain Casanova a décidé de faire tourner son effectif, ce soir contre le Paris FC (voir notre article Lens - Paris FC : le groupe lensois). Sept des joueurs titularisés à Nîmes puis contre Amiens sont ainsi laissés au repos : Abdoul Ba, Benjamin Bourigeaud, John Bostock, Kévin Fortuné, Kenny Lala, Anthony Scaramozzino et Abdellah Zoubir.

Seuls sept joueurs ayant foulé la pelouse des Costières puis de Bollaert trois jours plus tard ont été convoqués pour affronter le club de la capitale : Mathias Autret, Jean-Kévin Duverne, Nicolas Douchez et Djiman Koukou (titulaires), ainsi que Jean-Ricner Bellegarde, Teddy Chevalier et Abdelrafik Gérard (entrés en jeu).

Dans un groupe où six des seize joueurs n'ont jamais évolué en équipe première (dont cinq des six défenseurs convoqués), Autret, Duverne, Koukou, Bellegarde, Chevalier et Gérard font figure de joueurs expérimentés et devraient donc être titularisés. Nicolas Douchez sera, lui, sur le banc de touche. Sa présence est cependant importante. Elle permet en effet au Racing de respecter les règles de la Coupe de la Ligue et donc de ne pas être sanctionné d'une défaite sur tapis vert, d'une exclusion de l'épreuve en 2017-18 et/ou de se voir retirer les recettes provenant des contrats publicitaires et de télévision. L'article 706 du règlement de la compétition prévoit en effet que "les clubs sont tenus, sauf cas de force majeure, de faire figurer sur la feuille d'arbitrage au moins sept joueurs ayant pris part à l'une des deux dernières rencontres officielles disputées par son équipe première".

Lance

Lens - Paris FC : le groupe lensois

Publié le par Lance

Lens - Paris FC : le groupe lensois

Alain Casanova est habitué à communiquer la composition de son groupe tardivement, d'ordinaire vers 19-20 heures chaque veille de match. L'entraîneur lensois a cette fois indiqué le nom des seize joueurs retenus pour la réception du Paris FC seulement 9h30 avant le début de cette rencontre comptant pour le deuxième tour de Coupe de la Ligue. "Je me suis toujours donné un maximum de temps, j'aime attendre le dernier moment pour savoir qui est le plus apte mentalement et physiquement", explique le technicien dans les colonnes de La Voix du Nord.

Le groupe lensois : Douchez, Vachoux ; Duverne, Ebosse, Milville, Robert, Sylla, Wojtkowiak ; Beghin, Bellegarde, Chouiar, Koukou, Gérard ; Autret, Banza, Chevalier.

Trois jours après une défaite contre Amiens et trois jours avant un déplacement à Troyes, Casanova ne tergiverse pas : la priorité est le Championnat. S'il affirmait hier face à la presse ne pas avoir beaucoup de possibilités pour faire tourner son effectif ("on ne peut pas avoir beaucoup de rotations. Entre les blessés et les renforts qui se font attendre..."), l'entraîneur a pourtant décidé de le faire tourner dans des proportions rarement vues. Alors que Valentin Belon, Dusan Cventinovic, Mohamed Fofana et Akim Zedadka sont forfaits et que Loïck Landre cherche toujours le chemin de l'aéroport, il a choisi de mettre au repos sept des joueurs titularisés samedi en Ligue 2 : Abdoul Ba, Benjamin Bourigeaud, John Bostock, Kévin Fortuné, Kenny Lala, Anthony Scaramozzino et Abdellah Zoubir. Quant à Nicolas Douchez, il regardera la rencontre depuis le banc des remplaçants.

La convocation de six défenseurs, dont quatre alignés samedi en CFA en 5-3-2, laisse penser que Casanova pourrait profiter de la défaite contre Amiens pour tenter d'imposer à nouveau son système de jeu préféré. Taylor Moore n'en sera pas. L'Anglais - qui n'a pas joué lors des six derniers mois de compétition sous Kombouaré et ne semble pas avoir davantage la confiance de Casanova - semble de plus en plus proche d'un départ de son club formateur.

Lance

Avant, pendant et après le match, vous pouvez discuter de la rencontre Lens-Paris FC sur le forum Cœur Sang et Or.

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>