Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

378 articles avec humeur

Lens entre ange et démon

Publié le par Lance

Lens entre ange et démon

Les uns verront le verre de vin d'Anjou à moitié plein ; les autres à moitié vide. Lens rentre de son déplacement à Angers avec un point (2-2) et seule la météo ensoleillée fait l’unanimité.

Les Sang et Or, dont on peut regretter qu'ils n'aient pas de short jaune dans leur collection quand il ne leur est pas possible de porter le noir et qu'une couleur claire s'impose, ont été pris au piège d'entrée. Loïc Badé et Facundo Medina n'étaient pas complétement sortis de leur sieste - attention, Lens-Strasbourg se jouera le dimanche 21 mars à 13 heures -  et ont laissé filer Loïs Diony qui a trompé Jean-Louis Leca, lui non plus pas irréprochable (5ème). Quatre minutes plus tard, Gaël Kakuta taclait Sofiane Boufal dans la surface, permettant à Thomas Mangani de doubler la mise sur penalty (10ème).

Malgré cette entame catastrophique, les Nordistes ont pris le dessus sur leurs adversaires et ont logiquement réduit la marque. Servi par Jonathan Gradit, Jonathan Clauss, décidément en très grande forme, a trompé Paul Bernardoni d'une frappe croisée (22ème). La prestation lensoise dans les trente-cinq minutes précédant la pause ne fait pas débat. Celle longtemps observée en deuxième période en suscite davantage.

Pendant longtemps, les Lensois n'ont pas vraiment donné l'impression de pousser pour égaliser. Dès la sortie des vestiaires, les joueurs locaux se sont montrés davantage préoccupés par jouer la montre que jouer au football alors que le Racing peinait à changer le rythme d'une rencontre dont les minutes s’égrenaient. Franck Haise continuait-il de croire en ceux qui étaient sur la pelouse ? Ou avait-il déjà en tête le déplacement à Saint-Étienne, mercredi soir ? De façon incompréhensible, l'entraîneur n'effectuait aucun changement.

Haise a modifié son onze à la soixante-seizième minute puis changé de schéma tactique à cinq minutes de la fin du temps réglementaire. Hasard ou coïncidence, le Racing a égalisé. Entré en jeu à la place de Clauss, Clément Michelin a une fois montré à quel point le couloir droit est décisif, bien plus que celui de gauche. L'ancien Toulousain a centré et Arnaud Kalimuendo a égalisé (90ème +2), illustrant la force de caractère lensoise au pays de la dalle angevine. Désormais devancé par Metz, Lens est sixième et toujours bien placé dans la lutte pour une qualification en Coupe d'Europe.

Lance

Championnat de France 2020-21 - Ligue 1
Vingt-septième journée

Angers-Lens : 2-2
Buts : Diony (5ème), Mangani (10ème, s.p.) pour Angers ; Clauss (22ème), Kalimuendo (90ème) pour Lens

Angers : Bernardoni - Bamba, Traoré (cap.), Thomas, Doumbia - Coulibaly, Mangani (Amadou, 75ème) - Capelle (Pereira Lage, 61ème), Fulgini, Boufal (El-Melali, 84ème) - Diony (Bahoken, 75ème). Entraîneur : Stéphane Moulin

Lens : Leca (cap.) - Gradit (Mauricio, 85ème), Badé, Medina - Clauss (Boura, 85ème), Doucouré, Fofana, Haïdara (Michelin, 85ème) - Kakuta (Jean, 76ème) - Sotoca, Banza (Kalimuendo, 76ème). Entraîneur : Franck Haise.

Photo : La Voix du Nord

Publié dans Humeur

Dijon, ingrédient essentiel de la mayonnaise lensoise ?

Publié le par FatherTom

Dijon se déplacera à Bollaert ce dimanche après-midi. L'affiche, dans laquelle le Racing reçoit le dernier de Ligue 1, n'est peut-être pas celle de la saison. Et pourtant, les matches entre le RCL et le DFCO auront peut-être une importance toute particulière au moment de faire le bilan de la saison en cours.

L'année 2020 a été marquée par les matches qui devaient avoir lieu mais qui ne se sont pas déroulés... mais la saison lensoise a peut-être basculé grâce à un match qui s'est déroulé alors qu'il ne devait pas avoir lieu ! Le 15 août, alors que les Sang et Or devaient accueillir en dernier match de préparation le Sparta Rotterdam, ce sont finalement les Dijonnais que les 2 839 spectateurs d'un Bollaert alors en jauge réduite ont pu voir. Avant le match, les interrogations étaient nombreuses. À lire les compte-rendus dans la presse des autres matches amicaux, disputés eux à huis clos, le Racing était "dans le doute", "pas prêt" et pouvait livrer des prestations "ternes".

Mais dans cette soirée qui les ont vu rencontrer leur seul adversaire de Ligue 1 de la période estivale, les Lensois ont prouvé qu'ils avaient le niveau pour évoluer dans l'élite. La victoire 1-0 obtenu face à Dijon montrait les prémices de ce qui allait devenir le jeu nordiste. "Les spectateurs ont pu être rassurés par ce qu'ont montré hier les joueurs de Franck Haise, écrivions-nous alors. Les Sang et Or ont effectué une bonne première période, avec notamment une entame de match très intéressante. Doté d'une bonne technique et d'une bonne vision du jeu, Gaël Kakuta a illuminé le jeu de son équipe."

Un autre virage dans la saison artésienne a eu lieu face aux Bourguignons, une nouvelle fois sur fond de Covid. Le 22 novembre, en arrivant à Dijon, les Sang et Or n'avaient qu'un match dans les jambes depuis la lourde défaite sans lutter à Lille (4-0), un mois plus tôt : la réception de Reims (4-4) disputée deux semaines avant. Le virus avait décimé l'effectif lensois et perturbé le calendrier du RCL. Les doutes artésiens étaient physiques ("Nous ne savons pas si nous replongerons ou non, confiait Jean-Louis Leca. Nous sommes dans l’incertitude. [...] Quand on démarre, on est essoufflé, un peu plus que d’habitude, simplement sur un échauffement. Ça revient tout doucement.") mais aussi mentaux, les joueurs de Franck Haise n'ayant alors plus gagné depuis sept semaines. La victoire ramenée du Stade Gaston Gérard (0-1), grâce au cadeau fait par le portier bourguignon à Arnaud Kalimuendo, alors encore considéré par son entraîneur comme un premier choix, remettait les Sang et Or sur les bons rails.

Cet après-midi, à Bollaert, le match face au DFCO sera-t-il également un moment clé de la saison nordiste ? Une victoire face aux joueurs de David Linares leur permettrait de regagner enfin à domicile, eux qui ne l'ont plus fait depuis la réception de Brest (2-1) le 23 décembre, seule victoire au cours des neuf derniers matches dipsutés à Bollaert, tous à huis clos, mais aussi de conforter leur place dans le haut du tableau. Au contraire, une défaite face au dernier de la classe plongerait les Nordistes dans le doute alors que seules trois équipes (Marseille, Nîmes et Dijon, les deux premières avec un match en moins) ont un moins bon bilan qu'eux en 2021*, les Lensois n'ayant pris que sept points sur vingt-quatre possibles depuis la dix-huitième journée (une victoire, quatre nuls, trois défaites). Avec un match nul, ce qui constituerait le quatrième de rang, les Sang et Or n'afficheraient plus le rythme d'un club classé dans la première partie de tableau, zone qu'ils pourraient d'ailleurs quitter...

FatherTom

* Cette statistique ne prend en compte que les matches programmés initialement en 2021 afin que toutes les équipes aient joué le même nombre de matches. La victoire lensoise à Marseille (20 janvier, neuvième journée) n'apparaît donc pas dans ce bilan.

Publié dans Humeur

Lens droit au but : on aime !

Publié le par FatherTom

Lens droit au but : on aime !

En visite à Bollaert quelques heures après avoir perdu son entraîneur, l'OM pouvait s'apparenter à une proie facile pour le Racing. Il n'en a rien été, les deux équipes se quittant sur un score de parité (2-2) qui aurait pu pencher d'un côté comme de l'autre... mais peut-être davantage du côté lensois ! Car si les Olympiens ont eu une balle de 1-3 dans les pieds de Florian Thauvin, en deuxième mi-temps, les Sang et Or ont eux montré qu'ils avaient les armes pour venir à bout de l'équipe phocéenne.

Passons sur la première mi-temps. Les Lensois faisaient circuler le ballon mais sans réellement inquiéter Steve Mandanda qui ne vit que Florian Sotoca et Jonathan Clauss  s'approcher de son but, pour une occasion chacun. De leur côté, les Marseillais avaient ouvert le score presque par hasard par Florian Thauvin (37ème) avant de prendre un peu plus d'avance encore par l'intermédiaire d'Arkadiusz Milik (45ème), assez malin pour parvenir à dévier un ballon en étant seul au milieu de la défense artésienne.

Le fait du match restera le changement tactique opéré par Franck Haise à la mi-temps. En abandonnant la défense à trois centraux pour un système en 4-3-3, Arnaud Kalimuendo remplaçant Clément Michelin, les Lensois ont mis la gomme. S'en est suivi un quart d'heure de pression offensive lensoise, dans un système semble-t-il improvisé. "On ne l'a pas forcément travaillé à l'entraînement, confiait ainsi Jonathan Clauss après la rencontre. Chacun est assez intelligent pour s'adapter très vite et remplir le rôle qu'on lui demande." Ce fut notamment le cas d'Arnaud Kalimuendo, à l'origine de la réduction de l'écart par Florian Sotoca (46ème), quelques secondes après son entrée en jeu. Mais aussi de Jonathan Clauss, qui - comme Massadio Haïdara son pendant côté gauche - n'a pas besoin d'être placé en "piston" pour se montrer offensif. Le latéral a centré pour l'égalisation de Facundo Medina (61ème), délivrant là sa deuxième passe décisive de la saison après celle adressée à Florian Sotoca en fin de match face à Reims, les deux fois alors qu'il jouait arrière latéral dans une défense à quatre...

Au final, ce match peut cependant laisser quelques regrets. S'ils sont parvenus à égaliser, il n'en reste pas moins que le bilan des Lensois à Bollaert reste médiocre. Ils n'y ont gagné qu'une fois depuis novembre, ne prenant que six points sur vingt-quatre depuis que les matches s'y disputent à huis clos. Et c'est là justement qu'est le regret le plus fort : que ce match aurait été appréciable depuis les tribunes quand les fidèles de Bollaert auraient poussé pour obtenir le troisième but ! Tout comme il aurait été bien plus agréable à suivre pour les téléspectateurs si les chants avaient remplacé les cris des joueurs qu'ils sont obligés d'entendre durant quatre-vingt-dix minutes...

FatherTom

Championnat de France 2020-21 - Ligue 1
Vingt-troisième journée

Lens-Marseille : 2-2
Buts : Thauvin (37ème), Milik (45ème) pour Marseille ; Sotoca (46ème), Medina 61ème) pour Lens
Avertissements aux Lensois Fofana (43ème), Leca (45ème), Doucouré (48ème), Medina (63ème), Jean (90ème) ; aux Marseillais Lirola (60ème), Gonzalez (90ème)

Lens : Leca (cap.) - Michelin (Kalimuendo, 46ème), Fortes (Badé, 82ème), Medina - Clauss, Doucouré, Fofana, Haïdara - Kakuta (Mauricio, 82ème) - Sotoca, Banza (Jean, 82ème). Entraîneur : Franck Haise

Marseille : Mandanda (cap.) - Lirola (Nagatomo, 81ème), Perrin, Caleta-Car, Sakai - Thauvin (Luis Henrique, 89ème), Gonzalez, Kamara (Souaré, 81ème), Payet - Milik (Benedetto, 60ème), Germain. Entraîneur : Nasser Larguet.

Publié dans Humeur

Trop ordinaire pour ramener quelque chose

Publié le par Lance

Trop ordinaire pour ramener quelque chose

Ni bon, ni mauvais, le Racing s'est logiquement incliné, hier à Metz. Il est vrai qu'il s’agissait d'un simple match de Championnat et que les Sang et Or se sont fait une spécialité de battre les Grenats dans les matches cruciaux.

"On avait le ballon mais les Messins avaient les occasions" a résumé Franck Haise. L'équipe nordiste a peiné pour mettre en difficulté Alexandre Oukidja et a été malmenée sur les coups de pied arrêtés et les contre adverses. Kiki Kouyaté a par exemple trouvé le poteau sur un corner (9ème) et c'est sur contre que les Lorrains ont marqué à deux reprises. La première fois suite à une perte de balle de Issiaga Sylla (but de Opa N'Guette, 30ème), la deuxième alors que l'équipe jouait son va tout (90ème) et était désorganisée. Comme contre Angers fin novembre, l'entraîneur lensois a cru qu'empiler un maximum de joueurs offensifs dans un schéma de jeu peu compréhensible pouvait être une solution...

Sylla trop défensif, Clauss peu dangereux, Kakuta surveillé, le 3-4-1-2 lensois s'est révélé inefficace. Et les Lensois n'ont pas donné l'impression d'avoir un véritable plan B...

Lance

Championnat de France 2020-21- Ligue 1
Seizième journée

Metz-Lens : 2-0
Buts : N'Guette (30ème), Boulaya (90ème)
Avertissements au Messin Boulaya (49ème) ; au Lensois Sotoca (90ème)

Metz : Oukidja - Centonze, Bronn, Kouyaté, Boye (cap.), Delaine - Angban, Maïga - Boulaya - N'Guette (Ambrose, 83ème), Yade (Vagner, 74ème). Entraîneur : Frédéric Antonetti

Lens : Leca - Gradit, Badé, Haïdara - Clauss (Banza, 84ème), Cahuzac (cap.) (Mauricio, 84ème), Doucouré (Kalimuendo, 74ème), Sylla (Fofana, 56ème) - Kakuta (Jean, 74ème) - Ganago, Sotoca. Entraîneur : Franck Haise.

Publié dans Humeur

Lens repart du bon pied

Publié le par Lance

Lens repart du bon pied

La série est difficile sur le papier mais Lens a bien négocié la première étape. Avant de recevoir Montpellier et de se déplacer à Monaco, les Sang et Or ont pris trois points hier à Rennes (0-2). Battus la semaine précédente par Angers (1-3), ils se sont montrés plus prudents, ont joué plus bas et enfoncé un peu plus les Bretons qui n'ont remporté qu'une de leur treize dernières rencontres.

Le début de rencontre a été difficile. Le RCL a résisté à la domination locale qui n'a fait naître que deux timides occasions (le SRFC n'a marqué qu'un but sur ses soixante-huit derniers tirs en Ligue 1) avant d'ouvrir le score sur sa première occasion. Encore une fois, Gaël Kakuta était dans le coup. Comme contre le SCO, celui qui étale match après match sa classe et dont seul le compte en banque peut le consoler d'être passé à côté d'une immense carrière a servi Arnaud Kalimuendo, dont l'avenir s'annonce radieux s'il fait d'aussi bons choix que celui de quitter Paris pour venir à Lens.

Les quatre changements effectués à la mi-temps par Julien Stéphan n'ont rien changé. Rennes a essayé sans se montrer dangereux et Lens, redoutablement efficace, a fait trembler les filets (but d'Igniatius Ganago sur une passe de Seko Fofana à la 78ème minute).

Dans une saison où le fait de jouer à domicile est un avantage moindre, le RCL compte désormais autant de succès à Bollaert qu'en déplacement. Seules les protestations de quelques dizaines de supporters bretons, sur le parking à l'issue du match, ont rappelé qu'il y avait encore un peu de passion pour le club d'Ile et Vilaine. Samedi prochain, Lens et Montpellier s'affronteront à Bollaert à l'occasion d'une affiche qui mériterait tellement mieux que le silence auquel elle est condamnée...

Lance

Championnat de France 2020-21 - Ligue 1
Treizième journée

Rennes-Lens : 0-2
Buts : Kalimuendo (28ème), Ganago (78ème)
Avertissements au Rennais Nzonzi (87ème) ; aux Lensois Gradit (20ème), Cahuzac (42ème), Badé (42ème)

Rennes : Salin - Traoré, Da Silva (cap.), Nyamsi (Camavinga, 46ème), Truffert (Maouassa, 46ème) - Bourigeaud, Nzonzi, Léa-Siliki (Gboho, 70ème)- Del Castillo (Doku, 46ème), Hunou (Niang, 46ème), Tait. Entraîneur : Julien Stéphan

Lens : Leca - Gradit, Badé, Haïdara - Clauss (Michelin, 78ème), Cahuzac (cap.), Fofana, Sylla - Kakuta (Mauricio, 71ème) - Sotoca, Kalimuendo (Ganago, 72ème). Entraîneur : Franck Haise.

Publié dans Humeur

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 > >>