Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Lens n'a pas plongé

Publié le par Lance

Éric Sikora avait commencé sa carrière d'entraîneur en repartant de Nantes avec une valise de buts (4-0). La mésaventure aurait pu se répéter hier à Lorient. Après avoir encaissé un but venu d'ailleurs (Bouanga, 22ème), les Lensois ont craqué dans la minute suivante puis sept minutes plus tard.

Après une série de quatre défaites en Championnat entrecoupée d'une victoire dans la douleur au premier tour de la Coupe de la Ligue, les Sang et Or auraient pu plonger. Ils sont pourtant parvenus à réduire la marque par Djiman Koukou (37ème) et Cristian Lopez (45ème +2) mais se sont au final logiquement inclinés.

Au niveau du jeu, une différence a d'entrée sauté aux yeux. Alors que Alain Casanova demandait à ses joueurs de perdre le ballon sur l'engagement (on n'a jamais compris l'intérêt...), Sikora fait d'entrée jouer son équipe. Elle n'a rien montré d'extraordinaire mais ne joue plus bêtement à la baballe comme ça a été le cas pendant un peu plus d'un an. Rien que ça, c'est appréciable ! Le 4-2-3-1 de la fin de rencontre s'est révélé être plus intéressant que le 4-3-3 du début de match alors que Clément Chantôme et Mounir Chouiar - que Casanova n'avait plus fait jouer depuis le 23 août 2016 - ont fait de bonnes entrées en jeu pour leur première apparition de la saison. Sikora dispose désormais de davantage d'éléments de réflexion et de cinq jours pour préparer le déplacement à Orléans, lundi.

Lance

Coupe de la Ligue 2017-18
Deuxième tour

Lorient-Lens : 3-2
Buts : Bouanga (22ème), Moreira (23ème), Cabot (29ème) pour Lorient ; Koukou (37ème), Lopez (45ème +2) pour Lens
Avertissements aux Lensois Dankler (73ème), Chantôme (78ème)

Lorient : Petkovic - Moreira, Saad (Rose, 70ème), Touré, Le Goff (cap.) - Bouanga, Danic (Wadja, 63ème), Lemoine, Claude-Maurice - Cabot, Hamel (Selemani, 66ème). Entraîneur : Mickaël Landreau

Lens : Vachoux - Lemos, Dankler, Duverne, Hafez - Bellegarde (Chouiar, 72ème), Koukou (cap.) (Bostock, 88ème), Ephestion (Chantôme, 60ème) - Zoubir, Lopez, Fortuné. Entraîneur : Éric Sikora.

Photo : site officiel du FC Lorient

Publié dans Infos

Sikora, deuxième première

Publié le par FatherTom

Le 29 septembre 2012, Éric Sikora vivait ses premiers instants à la tête du Racing lorsqu'il s'était avancé pour serrer la main de Michel Der Zakarian, alors entraîneur de Nantes. À l'occasion de la neuvième journée de Ligue 2, les Sang et Or s'étaient rendu à la Beaujoire. Sikora y avait vécu de difficiles débuts : menés 2-0 à la mi-temps, ses joueurs revenaient des vestiaires à dix, Ludovic Baal ayant été exclu dans le temps additionnel de la première période. En infériorité numérique, ils avaient à nouveau craqué à deux reprises pour finalement s'incliner 4-0.

L'ancien capitaine du Racing prendra à nouveau place aujourd'hui sur le banc de touche lensois en tant qu'entraîneur. C'est à nouveau en Bretagne, à Lorient, à quelque deux cents kilomètres de Nantes, que débutera son deuxième mandat à la tête de l'équipe lensoise. Même si le deuxième tour de la Coupe de la Ligue n'est pas le match de l'année, tant la Coupe Machin est une compétition secondaire dans le calendrier, on lui souhaite meilleurs débuts qu'il y a cinq ans...

Ce match au Moustoir ne pourra pas être déconnecté de celui bien plus important qui attend les Lensois lundi prochain, à Orléans, en Ligue 2. "Même si ce match à Lorient arrive très tôt, on ne le mettra pas de côté, a expliqué Sikora hier. Cette rencontre peut nous donner de la confiance. Elle peut nous servir de base pour le match face à Orléans." Alors que le nouvel entraîneur lensois a déjà effectué quelques changements dans le groupe (voir notre article Lorient-Lens : le groupe lensois), chacun scrutera en fin d'après-midi son premier onze, la tactique qui sera décidée et le comportement des joueurs.

FatherTom

Publié dans Infos

Lorient-Lens : le groupe lensois

Publié le par Lance

Triste vainqueur de l'AC Ajaccio (2-1), au premier tour, Lens se déplace demain à Lorient pour le compte du deuxième tour de Coupe de la Ligue. Éric Sikora a communiqué le premier groupe de sa deuxième expérience sur le banc lensois.

Le groupe lensois : Belon, Vachoux ; Carlier, Dankler, Duverne, Ebosse, Hafez, Lemos ; Bellegarde, Bostock, Chantôme, Ephestion, Koukou ; Chouiar, Fortuné, Lendric, Lopez, Zoubir.

Sikora a procédé à trois changements (un par ligne) par rapport au dernier groupe convoqué par Alain Casanova le week-end dernier : Maxence Carlier remplace Dusan Cvetinovic (suspendu) ; Clément Chantôme intègre pour la première fois le groupe aux dépens de Guillaume Beghin ; Mounir Chouiar, auteur de bons matches de préparation et d'un bon début de saison en équipe réserve, est logiquement sélectionné aux dépens de Abdelrafik Gérard, régulièrement appelé sous Casanova malgré l'enchaînement de prestations médiocres.

Mouaad Madri, Christos Tasoulis et Valentin Wojtkowiak sont forfaits. Guillaume Beghin, Simon Bianda, Didier Desprez, Nicolas Douchez, Mohamed Fofana, Abdelrafik Gérard, Modibo Sagnan et Moussa Sylla sont les premières victimes des choix de leur nouvel entraîneur.

Lance

Avant, pendant et après le match, vous pouvez discuter de la rencontre Lorient-Lens sur le forum Cœur Sang et Or.

Publié dans Infos

La légende Sikora

Publié le par Lance

Éric Sikora a succédé hier à Alain Casanova (voir notre article Casanova n'est plus l'entraîneur de Lens). Le nouvel entraîneur ne dispose que de quelques heures pour préparer le deuxième tour de Coupe de la Ligue, demain à Lorient. Il a surtout une semaine pour préparer la prochaine rencontre de Championnat, lundi à Orléans. Casanova est parti mais le Racing conserve bien évidemment son bilan de ce début de saison : zéro point en quatre matches et douze unités de retard sur Le Havre et Reims, en tête de la Ligue 2. Les actionnaires ayant tardé à accepter de prendre la décision qui s'imposait depuis plusieurs mois, les Sang et Or disputeront cette saison un Championnat de trente-quatre journées quand les autres en jouent trente-huit.

La nomination de Sikora avait été réclamée par Bollaert. Siko est en effet une légende à Lens, seul club qu'il a connu dans sa carrière et dont il a porté à 497 reprises le maillot, un record. C'est également l'un des acteurs des plus belles années du club, à la fin du siècle dernier (Champion de France en 1998, vainqueur de la Coupe de la Ligue en 1999, demi-finaliste de la Coupe de l'UEFA en 2000).

Le premier passage de l'ancien arrière droit sur le banc du RCL (septembre 2012 à mai 2013) est aussi une légende construite dans l'imaginaire collectif sur un seul match : le quart de finale de Coupe de France contre Bordeaux, disputé après avoir éliminé quatre équipes amateurs lors des cinq premiers tours. Dans un stade à guichets fermés, les Sang et Or avaient fait trembler les Girondins. Ils avaient ouvert la marque dès la 11ème minute, avaient mené au score pendant 48 minutes et n'avaient été menés qu'à la 81ème minute. Après avoir encaissé un troisième but à la 85ème, ils avaient réduit la marque dans le temps additionnel dans une chaude ambiance.

La Coupe avait fait rêver mais elle constituait en fait une éclaircie dans une saison - certes disputée avec un effectif limité dans une période d'austérité menée par le Crédit Agricole - qui avait paru bien longue. Les Artésiens avaient obtenu leur pire bilan parmi les cinq saisons disputées en Ligue 2 depuis 2008, finissant douzième avec quarante-cinq points. Jérôme Le Moigne et ses partenaires avaient pris huit points en huit matches avec Jean-Louis Garcia. Ils avaient à peine fait mieux avec Sikora (trente-sept points en trente matches, soit une moyenne de 1,23 point par match) et avaient conclu leur Championnat par une série de neuf rencontres sans victoire (cinq nuls, quatre défaites).

Remplacé par Antoine Kombouaré en fin de saison, Sikora était retourné à la tête de l'équipe de CFA avec l'intention de passer le diplôme nécessaire pour diriger une équipe professionnelle. "La formation a duré deux ans, expliquait-il en juin 2016. [...] Avec ce que j’ai appris pendant ces deux ans, je me suis dit que j’aurais fait certaines choses autrement lors de mon passage de dix mois en Ligue 2 au niveau du management, des entraînements. [...] Maintenant que j’ai mon diplôme, j’ai logiquement envie d’entraîner au plus haut niveau. Surtout après y avoir goûté. Mon ambition est d’entraîner Lens en Ligue 2 ou plus." Il a atteint son objectif et va essayer de s'imposer en équipe première, comme il l'a réussi dans les équipes de jeunes (titre de Champion de France des U17 en 2012, sixième place en CFA la saison passée).

Lance

Publié dans Humeur

Casanova n'est plus l'entraîneur de Lens

Publié le par Lance

Casanova n'est plus l'entraîneur de Lens

Alain Casanova n'est plus l'entraîneur de Lens. Le technicien et son staff sont "dispensés d'activité [...] faute de résultats", au lendemain d'un quatrième revers consécutif en autant de matches de Championnat. Cette décision était attendue. Après des défaites à Auxerre (1-0), contre Nîmes (1-2) et à Sochaux (3-2), la réception de Brest avait été présentée comme cruciale pour l'avenir du natif de Clermont-Ferrand. Dès le mois de juin, Gervais Martel avait prévenu les représentants des associations de supporters que Casanova ne résisterait pas à un mois d'août similaire à celui de la saison passée (voir notre article Casanova déjà sous pression). La défaite face à Brest (2-4) assure les Sang et Or de faire pire que l'été dernier (maximum de trois points contre six il y a un an).

Casanova aurait en fait dû être limogé il y a une semaine, après la défaite à Sochaux (3-2). Il aurait surtout dû l'être à l'issue de la saison 2016-17 marquée par l'échec dans la course à la montée, "un échec personnel" avait estimé Casanova. "Il va falloir du temps pour surmonter l'immense déception et repartir en Ligue 2, écrivions-nous au soir du 19 mai. Il va falloir pratiquer un autre style de jeu pour ne pas connaître de nouvelle désillusion. Même si Gervais Martel affirme que Casanova n'est pas menacé, il semble difficile de repartir avec un entraîneur sifflé avant chaque rencontre et dont une partie du public a à nouveau réclamé le départ ce soir." Il aurait même dû être relevé de ses fonctions en février, lorsque le Racing a enchaîné deux défaites et deux nuls en Ligue 2 et été sorti de la Coupe de France par Bergerac. Mais il est vrai que le Championnat se joue en mai... Il aurait dû l'être dès novembre lorsque son équipe n'a pris que six points en cinq matches et que Gervais Martel s'est dit "furieux" au retour d'un match à Auxerre et a critiqué le travail de Casanova : "Tout le monde s’accorde à dire qu’on est les meilleurs, qu’on joue super bien, mais c’est du baratin tout ça ! On ne peut pas se suffire d’un nul face à Ajaccio ou Auxerre. [...] Je m’en fous qu’on ait la possession du ballon. Bien sûr que les résultats, ça passe par le jeu, mais il faut aussi de la rigueur." Il aurait pu être licencié dès le mois de septembre, alors que le Racing n'avait pris que trois points en quatre rencontres et que Bollaert s'impatientait déjà.

Il aurait surtout ne jamais dû être recruté (voir notamment notre article Casanova n'a rien compris !) ! On ne saura jamais si Philippe Montanier, l'entraîneur que voulait faire venir Gervais Martel, aurait fait mieux. Ce qui est en revanche certain est que le choix de l'actionnaire espagnol s'est avéré être une erreur. Ignacio Aguillo avait présenté Casanova comme "la personne idoine". Il est en fait une erreur de casting. Un entraîneur certes sérieux et travailleur mais aussi prétentieux. L'ancien gardien de but se présentait ainsi il y a près d'un an comme "un entraîneur de Ligue 1 qui exerce en Ligue 2" et répétait encore cet été avoir sa propre conception du jeu. "On a un jeu exigeant et difficile qui demande énormément de concentration dans ce que l’on veut faire. Souvent, les joueurs arrivent avec une autre mentalité et philosophie et d’autres connaissances. On respecte totalement ce qui a pu être fait avant avec ces joueurs. Mais à Lens, on veut qu’ils s’adaptent à un football différent." La saison passée comme cet été, ses joueurs ont apparemment eu du mal à s'y adapter et les supporters se sont ennuyés en regardant ce que proposait son équipe.

Éric Sikora succède à Alain Casanova. Il s'exprimera devant la presse demain à midi.

Lance

Sources : sites de La Voix du Nord et de L'Équipe
Photo : rclens.fr

 

Publié dans Infos