Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Lens-Brest en chiffres

Publié le par FatherTom

- Le passage d'Alain Casanova à Lens a au moins le mérite de se replonger dans les livres d'histoire. La défaite concédée samedi face à Brest (2-4), la quatrième en autant de journées de Championnat, remet à la surface la saison 1967-68. Il faut en effet remonter à un temps que les moins de cinquante ans ne peuvent pas connaître pour trouver trace d'une aussi mauvaise entame de compétition. À l'époque, les Artésiens s'étaient successivement inclinés à Rennes (1-0), à Saint-Étienne (3-0), face à Nantes (1-3) et à Bordeaux (6-1).

- Après Auxerre (1-0), Nîmes (1-2) et Sochaux (3-2), c'est Brest (2-4) qui a profité du néant lensois. Les Sang et Or n'avaient plus concédé quatre défaites de rang depuis le printemps 2015. Ils s'étaient alors successivement inclinés à cinq reprises : à Metz (3-1), face à Monaco (0-3), à Lille (3-1), face à Montpellier (0-1) et à Nice (2-1).

- Après deux matches joués cette saison à Bollaert en Ligue 2, le bilan lensois est déjà de deux défaites. Les joueurs d'Alain Casanova n'avaient plus perdu deux fois de suite chez eux depuis le mois d'avril. Ils s'étaient alors inclinés face à Brest (0-2) puis contre Auxerre (0-1).

- Après avoir encaissé un but à Auxerre, deux face à Nîmes, trois à Sochaux, la défense artésienne a été prise à revers à quatre reprises face à Brest ! Avec dix buts encaissés, le Racing possède la pire défense de Ligue 2.

- Kévin Fortuné continue à se montrer décisif (voir notre article Fortuné décisif malgré tout). Face aux Bretons, l'attaquant a inscrit ses deux premiers buts de la saison. Il n'avait plus inscrit de doublé depuis le 9 août 2006, face à l'AC Ajaccio, en Coupe de la Ligue.

- À Sochaux, Kévin Fortuné avait obtenu un penalty finalement transformé par Cristian Lopez. Face à Brest, c'est Lopez qui a été à l'origine du coup de pied de réparation finalement marqué par Fortuné. Au final, les Sang et Or ont inscrit les deux penalties sifflés en leur faveur cette saison.

- Brest réussit bien à John Bostock. Le Trinidadien a servi Fortuné sur son premier but d'une passe dont on se souviendra longtemps. Il n'avait plus été décisif depuis la victoire lensoise en terre bretonne le 31 octobre.

- Titulaire en Coupe de la Ligue face à l'AC Ajaccio, Jean-Ricner Bellegarde reste sur trois matches de Ligue 2 consécutifs au cours desquels il a dû rester sur le banc. En Championnat, l'espoir lensois n'a disputé que cinquante minutes de jeu, à Auxerre, au poste de milieu droit.

- La série continue pour trois joueurs : Dusan Cvetinovic, Kévin Fortuné et Jérémy Vachoux sont les seuls joueurs lensois à avoir disputé l'intégralité des cinq rencontres disputées cette saison.

- Pour la première fois de la saison, les Artésiens ont eu la sagesse (ou le manque d'agressivité ?) de ne récolter aucun carton jaune. Aucun joueur de l'effectif nordiste n'est sous le coup d'une suspension en cas d'avertissement.

FatherTom

Publié dans Infos

À cause de vous, on se tape la honte dans toute la France...

Publié le par Lance

À cause de vous, on se tape la honte dans toute la France...

Le Racing a subi cet après-midi face à Brest (2-4) sa quatrième défaite de la saison en autant de journées de Championnat. Disposés dans le 4-4-2 qui s'était révélé intéressant en fin de match, les Sang et Or ont bien débuté la partie et ouvert le score dès la 9ème minute. John Bostock a adressé une merveille de passe décisive à Kévin Fortuné et prouvé ce qu'on savait déjà : c'est en jouant plus haut que d'ordinaire qu'il peut exprimer ses qualités.

Menant au score, Lens a reculé et développé le jeu aussi inefficace que pénible à regarder qui est le sien depuis maintenant un an. Les Bretons ont logiquement fini par égaliser (44ème). Le discours d'Alain Casanova a évidemment permis à ses joueurs de remettre leurs idées et leur football en place. Les Brestois ont ainsi pris l'avantage à la 47ème minute et accru leur avance à la 63ème...

C'est le moment qu'ont choisi plusieurs dizaines (centaines ?) de supporters pour envahir la pelouse et interrompre le match pendant un gros quart d'heure. Comme lors des précédents matches, le mécontentement avait été exprimé tout au long de l'après-midi par des sifflets et divers chants. Il aurait été de bon goût d'en rester là. Après l'incident ayant marqué la fin du match à Sochaux, quelques délinquants ont réussi à faire pire. Le chant "à cause de vous, on se tape la honte dans toute la France" adressé aux dirigeants devrait leur être réservé. Les conséquences de leurs actes sont davantage médiatisées que des défaites lors de matches de football dont, soit dit en passant, la majorité des Français se désintéresse totalement. Lens s'expose maintenant à des sanctions de la part de la commission de discipline de la LFP. "[...] Tu penses que le ménage doit être fait au sein du Racing" pouvait-on lire avant le coup d'envoi dans un communiqué publié par cinq associations. Le ménage peut commencer en Marek. La vidéo-surveillance, les images de BeIN Sports et les photos doivent permettre l'identification d'un maximum de ceux qui ont envahi le terrain afin que la justice puisse faire son travail.

Peu avant que le match reprenne, les capos ont demandé à ce que la Marek se vide et des chants ont incité les spectateurs des autres tribunes à quitter Bollaert. Tous les abonnés de la Marek ne sont pas sortis et la consigne n'a absolument pas été suivie dans les autres tribunes qui ont sifflé les délinquants qu'abrite le kop. Lens a réduit la marque sur penalty (69ème) et s'est créé une belle occasion pour égaliser. Faussurier a mis fin au faux suspens en marquant le quatrième but (81ème) qui fait du RCL la plus mauvaise défense de Ligue 2.

Comme d'habitude, Alain Casanova s'est réfugié derrière le manque de réussite et la réussite adverse. Il demande encore une fois du temps et dit avoir encore "la foi et la force de continuer". Il a bénéficié de beaucoup (trop) de temps et ne devrait pas en avoir davantage. Les actionnaires avaient choisi de recruter Casanova il y a quatorze mois. Eux seuls peuvent prendre la décision de le limoger. Gervais Martel a annoncé qu'une réunion était organisée ce soir. La décision qui s'impose depuis longtemps devrait être enfin prise.

Lance

Championnat de France 2017-18 - Ligue 2
Quatrième journée

Lens-Brest : 2-4
Buts : Fortuné (9ème, 69ème s.p.) pour Lens ; Berthomier (44ème), Vachoux (47ème, c.s.c.), Pi (63ème), Faussurier (83ème) pour Brest
Avertissements au Brestois Weber (18ème)

Lens : Vachoux - Lemos, Duverne, Cvetinovic (cap.), Hafez - Zoubir (Gérard, 67ème), Koukou, Bostock, Fortuné - Lendric (Ephestion, 46ème), Lopez. Entraîneur : Alain Casanova

Brest : Larsonneur - Belaud (cap.), Castelletto, Weber, Bernard - Pi, Sissoko, Coeff (Gastien, 70ème) - Faussurier, Butin (Henry, 84ème), Berthomier (Autret, 60ème). Entraîneur : Jean-Marc Furlan.

Photo : La Voix du Nord

Publié dans Humeur

Pas vraiment pire que la saison dernière...

Publié le par Lance

Zéro point lors des trois premières journées, jamais le RC Lens n'avait fait pire dans un de ses parcours en Ligue 2. Zéro point lors des trois premières journées, c'est cinq de moins que l'été dernier lors duquel les Sang et Or avaient débuté par des matches nuls à Niort (0-0) et contre Tours (2-2) avant de s'imposer à Nîmes (1-2).

Avec un tel bilan, les joueurs lensois ne peuvent être en confiance. Alain Casanova peut cependant leur faire remarquer qu'ils ont totalisé la saison passée soixante-cinq points - soit le total qui avait permis au groupe d'Antoine Kombouaré de finir deuxième et de monter en Ligue 1 à l'issue de la saison 2013-14 - en ayant des résultats presque aussi mauvais face aux mêmes adversaires. Ils ont perdu cet été à Auxerre (1-0), contre Nîmes (1-2) et à Sochaux (3-2) ? Ils avaient lors de l'exercice précédent pris un point en Bourgogne (1-1, 15ème journée) et s'étaient inclinés contre Nîmes (1-3, 21ème journée) et à Sochaux (1-0, 11ème journée).

Ils avaient également perdu contre Brest (0-2, 31ème journée), adversaire du jour à Bollaert, et avaient aussi connu l'échec à Orléans (2-1, 26ème journée), où le RCL se déplacera lors de la prochaine journée de Championnat. Mais ça, Casanova n'est pas obligé de le rappeler à ses joueurs...

Lance

Publié dans Infos

Lens-Brest : le groupe lensois

Publié le par Lance

Dix-neuvième avec zéro points à l'issue des trois premières journées, Lens reçoit demain Brest qui le devance d'une place grâce à un point gagné contre le Gazélec Ajaccio la semaine dernière. Malgré les mauvais résultats qu'accumule son équipe, Alain Casanova a décidé de reconduire seize des dix-huit joueurs présents à Sochaux.

Le groupe lensois : Belon, Vachoux ; Cvetinovic, Dankler, Duverne, Ebosse, Hafez, Lemos ; Beghin, Bellegarde, Bostock, Ephestion, Koukou ; Fortuné, Gérard, Lendric, Lopez, Zoubir.

L'entraîneur a procédé à un deux changements. Forfait la semaine passée, Thomas Ephestion retrouve sa place et Karim Hafez, de retour au RCL, est qualifié et intégré au groupe. Les jeunes Maxence Carlier et Simon Bianda en font les frais et joueront en Nationale 2.

Contrairement à Hafez, Clément Chantôme n'a pas été retenu par son entraîneur. Il se contentera d'un entraînement et ne pourra même pas renouer avec la compétition avec l'équipe réserve.

Mohamed Fofana, Mouaad Madri, Christos Tasoulis et Valentin Wojtkowiak sont forfaits. Comme Bianda, Carlier et Chantôme, Mounir Chouiar, Didier Desprez, Nicolas Douchez, Modibo Sagnan et Moussa Sylla sont victimes des choix de leur entraîneur. Habib Habibou a quitté le Pas-de-Calais pour le Qatar Sport Club.

Lance

Avant, pendant et après le match, vous pouvez discuter de la rencontre Lens-Brest sur le forum Cœur Sang et Or.

Publié dans Infos

Qu'espérer après trois défaites successives ?

Publié le par FatherTom

"Depuis trente ans que je suis président, c'est notre plus mauvais départ", pestait en début de semaine Gervais Martel alors que les Sang et Or ont débuté leur Championnat par trois défaites. Nommé président le 24 août 1988, le natif de Oignies n'avait pas vécu à ce poste les trois défaites inaugurales concédées en juillet de cette année-là mais il avait pu assister à la désastreuse fin de saison, le Racing terminant alors dernier de première division.

Faut-il aujourd'hui craindre un futur échec pour la saison 2017-18 lors de laquelle l'objectif est de monter en Ligue 1 ? S'attarder sur les dix-neuf précédents exercices - ceux qui se sont disputés dans une poule unique de vingt clubs avec la victoire à trois points - peut s'avérer intéressant.

Avant Tours et Lens cette saison, seules dix équipes avaient débuté leur saison par trois défaites. Parmi elles, aucune n'est montée en Ligue 1. Faut-il en conclure que Lens n'a plus aucune chance de retrouver l'élite en fin d'exercice ? Extrapoler à partir de si peu de cas est un numéro de haute voltige auquel nous ne nous livrerons pas. Cela pourrait amener à des incohérences. Ainsi, parmi ces dix équipes, seules deux sont descendues en troisième division (Louhans-Cuiseaux en 1999-2000 et Laval en 2005-06). Perdre trois fois d'entrée serait donc un bon présage en vue d'un maintien ? Ou encore, puisque Caen a fini la saison 2003-04 à la deuxième place ou puisque Nancy a clos l'exercice 2004-05 sur la première marche du podium alors que ces deux équipes ne comptaient qu'un point après trois journées, cela laisserait aujourd'hui encore des chances à Brest (dix-huitième avec un point) alors que Lens (un point derrière) n'en aurait plus ?

Trois journées est une durée bien trop courte à l'échelle d'une saison : les clubs ont encore beaucoup de possibilités de prendre des points. D'ailleurs, affirmer que le Championnat se joue en août est aussi stupide que répéter qu'il se joue en mai... Toutes les journées sont importantes, les Lensois l'ont payé la saison dernière pour le savoir. Ainsi, il n'est pas inintéressant de rechercher si des clubs sont déjà montés en Ligue 1 malgré un trou de trois défaites quelque part dans leur saison.

Au cours des dix-neuf derniers Championnats, quatorze équipes ont accédé à l'étage supérieur en n'ayant pris aucun point lors d'au moins trois journées consécutives. La disette a pu intervenir chez un Champion (Toulouse en 2002-03), chez un dauphin (Dijon en 2015-16), chez un troisième (Nice en 2001-02) ou chez un barragiste (Troyes en 2016-17). Le surplace a pu avoir lieu en début de saison (Caen en août et septembre de la saison 2013-14), à la fin des matches aller (Grenoble en 2007-08), durant l'hiver (Le Mans en janvier de la saison 2002-03) ou en fin d'exercice (Troyes en avril et mai de la saison 1998-99). La série de trois défaites de rang a pu être fatale à un entraîneur (José Riga licencié de Metz après trois revers en décembre de la saison 2015-16) mais pas aux objectifs de montée et a pu concerner Lens (en fin de saison 2008-09). Enfin, pour trois équipes, la plus mauvaise série de la saison s'est prolongée jusqu'à quatre défaites de rang, que ces équipes terminent troisième (Troyes en 2004-05, série en août et septembre), deuxième (Strasbourg en 2001-02, série en février et mars) ou première (Metz en 2006-07, série en mai) !

Évidemment, ces situations sont rares, la plupart des équipes qui connaissent des séries d'insuccès ne terminant pas la saison sur le podium. Mais elles ont le mérite de montrer qu'une saison est longue et que tout reste encore possible. "On a mal débuté le Championnat, ça va être difficile de monter", a déclaré Habib Habibou en quittant le Racing. En l'espace de deux semaines et de trois matches de Ligue 2, les joueurs d'Alain Casanova se sont largement compliqués la tâche. Ils n'auront guère plus le droit à l'erreur d'ici la fin de saison...

FatherTom

Photo : rclens.fr

Publié dans Infos

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 200 > >>