Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

273 articles avec humeur

Marek : quand le RCL rejetait la solution stéphanoise...

Publié le par Lance

Ils posent problème depuis 1997. C'est-à-dire depuis qu'ils ont été installés. La ville de Lens retenue pour l'organisation de la Coupe du Monde 1998, les marches de la Marek - qui pouvaient accueillir 10 000 personnes debout - avaient été recouvertes de 4 000 sièges qui s'étaient révélés peu pratiques dans un kop et avaient attiré des spectateurs n'ayant pas leur place dans une tribune où ceux qui s'y installent se doivent de pousser constamment leur équipe. Dix-huit ans plus tard, la tribune Marek a été rénovée pour accueillir l'Euro 2016. Les normes ayant évolué, des sièges avec dossier ont été installés pour l'événement. Après les avoir tant critiquées, les supporters regrettent depuis les coques de plastiques installées à la fin du vingtième siècle.

Les tribunes modulables* existant en Allemagne étant toujours interdites en France, les coques de plastique constituent en effet aujourd'hui la moins mauvaise solution dans une tribune debout. Après deux matches joués à Bollaert, les Tigers ont ainsi publié un communiqué dans lequel ils demandent "aux dirigeants d'ôter ces nouveaux sièges, d'y apposer des sièges "coquilles" et de ne les remplacer qu'au moment de l'Euro 2016". Le modèle défendu par ce groupe de supporters est celui de Geoffroy Guichard. "Si l'argument "des normes UEFA" est plus que fréquemment avancé par nos dirigeants pour justifier la pose de ces nouveaux sièges à dossiers, celui-ci n'est acceptable que dans le cadre des compétitions gérées par l'UEFA (Championnat d'Europe des Nations, Europa Ligue, Ligue des Champions), écrivent les Tigers. À moins que nous ayons manqué un événement sportif majeur ces derniers mois, il ne nous semble pas que le RC Lens soit qualifié, cette saison, pour une quelconque compétition européenne. À Saint-Étienne, qui lui joue l'Europa Ligue, les tribunes populaires bénéficient de sièges "coquilles", bien plus confortables pour ceux qui aimeraient regarder le match en position debout."

Marek : quand le RCL rejetait la solution stéphanoise...

Les 17 000 sièges mis en place dans les deux kops du Stade Geoffroy Guichard possèdent un dossier qui est rabattu et verrouillé lors des compétitions nationales, ni la loi française, ni les règlements de la FFF ou de la LFP n'obligeant les enceintes sportives à être équipées de sièges avec dossier. "Ces sièges ont une double utilité et répondent aux normes UEFA, indiquait dans les colonnes du Progrès Maurice Vincent (président de Saint-Étienne Métropole) lors de leur pose, en février 2012. Enfin, si les normes évoluent en championnat, on aura déjà la réponse à la question."

La solution stéphanoise est connue de longue date du RC Lens. Le 14 mai 2013, jour où le permis de construire modificatif de Bollaert (réduction du coût de la rénovation de 98 M€ à 70 M€) avait été déposé en mairie de Lens, Gérard Lévêque avait présenté le futur Bollaert aux représentants des associations de supporters. L'homme de confiance du Crédit Agricole, alors directeur général du RCL et chef du projet "rénovation de Bollaert", s'était rendu à Geoffroy Guichard le mois précédent et avait lui-même abordé le sujet en projetant des photos du kop nord stéphanois. Les coques avec dossier rabattable avaient immédiatement séduit l'auditoire mais Gérard Lévêque s'était empressé de préciser que cette solution ne pouvait être mise en œuvre à Lens puisque qu'elle "n'est pas approuvée par le ministère de l'Intérieur et est rejetée par l'UEFA". Dans le Forez, une campagne de communication a pourtant été menée pour présenter ces sièges qui répondraient aux exigences de l'UEFA et qui ont depuis accueilli plusieurs rencontres de Coupe d'Europe. Selon l'ancien directeur général du RCL, les dossiers de ces sièges seraient trop fragiles (davantage que les dossiers souples installés à Bollaert ?) et ne pourraient supporter le poids d'une personne de cent kilos. "On a fait rouler une voiture sur ces sièges et ils n’ont pas bronché", affirmait cependant Charles Tremeau (directeur développement des produits chez l’entreprise Grosfillex, concepteur de ces sièges) lors de leur présentation.

Marek : quand le RCL rejetait la solution stéphanoise...

Lévêque avait alors invité son auditoire à chercher sur Google des sièges pouvant convenir aux supporters comme aux instances. Quelques jours plus tard, il publiait sur le site officiel du RCL un communiqué dans lequel il écrivait : "comme indiqué aux Associations de supporters, une étude particulière est en cours concernant les sièges de la tribune MAREK, le cœur du KOP lensois." Le choix des sièges de la Marek était alors peut-être déjà fait et le problème enterré. Les travaux de rénovation ne sont pas encore terminés que le problème ressurgit déjà.

Lance

* Les tribunes modulables installées dans les stades allemands permettent de passer d'une configuration assise pour les matches internationaux à une configuration debout pour les compétitions nationales.

Publié dans Humeur

Non, ce n'est pas la loterie !

Publié le par FatherTom

Les déclarations d'un footballeur peuvent être assez ennuyeuses, et encore plus quand l'orateur vient d'enchaîner les kilomètres sur le rectangle vert. Ce sont alors des lieux communs qui se succèdent. À l'issue de l'élimination du RCL au premier tour de la Coupe de la Ligue, mardi face à Ajaccio, Pierrick Valdivia en a été un des exemples. "On se fait éliminer aux tirs au but, a-t-il déclaré. C’est la loterie."

Depuis près de cinquante ans, la "loterie" a pourtant disparu des coupes nationales. L'instauration des tirs au but a ainsi définitivement chassé le tirage au sort, par lequel Lyon s'était qualifié au dépens d'Angoulême lors de la Coupe de France 1967. Désormais, les joueurs sont en capacité de maîtriser leur destin. Tenter un tir au but est en effet un geste technique dont la réussite augmente avec le talent et le travail. Si certains introduisent un paramètre aléatoire supplémentaire en comptant sur un mauvais choix du gardien, d'autres maîtrisent le geste au point de ne laisser aucun espoir au portier. Un tir en force et en hauteur est en effet imparable. Christian Bekamenga l'a bien compris, et c'est ainsi qu'il a transformé sa tentative face aux Corses. Espérons qu'avec le Camerounais, le RCL se soit enfin doté d'un vrai tireur de penalties !

De con côté, Valdivia avait choisi de faire reposer tous ses espoirs sur une mauvaise anticipation du gardien. Mais pourquoi Riffi Mandanda aurait-il eu l'idée saugrenue de plonger sur sa gauche ? En plus de réduire ses chances de succès en frappant un ballon que peut atteindre le gardien, à ras de terre, le milieu de terrain les ruine presque en tirant toujours du même côté. Après quelques minutes de visionnage, n'importe quel membre du staff d'Ajaccio a peut-être ainsi pu constater que les neuf penalties tentés par Valdivia depuis qu'il porte le maillot lensois l'ont tous été à la droite du gardien. Le dixième face à face entre le numéro 18 lensois et un portier a eu lieu mardi à Bollaert. En plongeant à droite, Mandanda était sûr d'avoir pris un ticket gagnant...

Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
GFC Ajaccio - Lens
(Ligue 2, saison 2012-13)
Penalty réussi
Lens - Laval
(Ligue 2, saison 2012-13)
Penalty réussi

 

Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Lens - GFC Ajaccio
(Ligue 2, saison 2012-13)
Penalty réussi
Lens - Châteauroux
(Ligue 2, saison 2012-13)
Penalty réussi

 

Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Lens - Épinal
(Coupe de France, saison 2012-13)
Penalty réussi
Lens - Nantes
(Ligue 2, saison 2012-13)
Penalty réussi

 

Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Angers - Lens
(Coupe de la Ligue, saison 2013-14)
Penalty réussi
Lyon - Lens
(Coupe de France, saison 2013-14)
Penalty réussi

 

Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Monaco - Lens
(Ligue 1, saison 2014-15)
Penalty arrêté
Lens - AC Ajaccio
(Coupe de la Ligue, saison 2015-16)
Tir au but arrêté

FatherTom

Publié dans Humeur

On joue la Coupe de la Ligue !

Publié le par Lance

Le Racing Club de Lens fait ce mardi contre Ajaccio son entrée en Coupe de la Ligue, épreuve française qui passionne le moins les supporters... sauf quand leur club se rapproche du Stade de France. Cette compétition, surnommée "Coupe Machin" par Raymond Domenech, est fort justement critiquée puisqu'elle surcharge le calendrier et favorise les plus gros clubs. Si la plupart des équipes entrent en lice en seizième de finale (octobre), celles disputant une Coupe d'Europe n'apparaissent qu'en huitième de finale (décembre), même si elles ont été éliminées de C1 ou de C3 dès le mois d'août ! Elles n'ont donc que trois tours à passer pour se retrouver à Saint-Denis (cinq pour l'ensemble des clubs de L1 en Coupe de France).

Cette compétition existe et les clubs professionnels se doivent donc de la jouer. C'est pourtant la seule épreuve dont une élimination laisse indifférent... sauf quand elle se produit en demi-finale ou en finale. La saison passée, l'idée de participer à cette compétition avait rempli de joie René Girard, alors entraîneur de Lille.

En fin d'après-midi, Lens joue la Coupe de la Ligue. Cela fait évidemment très plaisir à tous ceux qui aiment ce club !

Lance

Publié dans Humeur

Le bon sens n'est pas partagé par tous...

Publié le par Lance

"On serait tellement mieux sur le béton..." écrivait-on vendredi, à la veille de la réouverture de Bollaert. On est tellement mieux sur le béton, peut-on désormais affirmer à l'issue du premier match disputé dans cette enceinte rénovée ! A condition, évidemment, ne pas s'être trouvé derrière une personne décidant de monter sur son siège.

Le bon sens n'est pas partagé par tous...

Les supporters présents en Marek ont en majorité fait preuve de bon sens, n'essayant même pas de déplier l'assise de leur siège pour grimper dessus. Même au centre de la tribune, il y avait en effet beaucoup plus de personnes sur le béton que lors des saisons précédentes. La solution la plus simple, la plus sûre et la plus confortable !

Des irréductibles ont cependant choisi de conserver leur mauvaise habitude et de monter sur leur siège. Malgré le message adressé à la mi-temps par Dominique Regia Corte aux supporters situés en Marek ("pour des raisons de sécurité, merci de rester sur le béton", a demandé le speaker de Bollaert), ils ont persisté. Une attitude inconsciente puisque les sièges sont fragiles. Une attitude également égoïste puisque ces individus ne pensent pas aux personnes situées juste derrière eux dont la vision du terrain se trouve alors limitée. Des discussions ont dans ce cas débuté entre gêneurs et gênés pour que les premiers cités daignent descendre de leur siège.

Le bon sens n'est pas partagé par tous...

Pire, en plus d'accueillir un certain nombre d'inconscients et d’égoïstes, la Marek comporterait aussi quelques personnes détériorant volontairement la tribune. Si des sièges auraient cédé sous le poids de personnes étant montées dessus ou auraient été mal vissés, soixante à soixante-dix sièges auraient été "arrachés", indique La Voix du Nord. Trois jours avant le match contre le Red Star, une page Facebook avait incité ses lecteurs à casser les sièges installés dans le kop pour faire de cette partie du stade une tribune debout.

Le bon sens n'est pas partagé par tous...

En attendant qu'une tribune modulable (tribune pouvant passer d'une configuration assise pour les matches internationaux à une configuration debout pour les matches nationaux, comme il en existe dans les stades allemands ou même à Valenciennes) finisse par être éventuellement installée en Marek, les supporters doivent s’accommoder de la tribune mise actuellement à leur disposition (aucun changement n'aura évidemment lieu avant l'Euo 2016). Chacun doit donc accepter de suivre les matches sur le béton, devant son siège. Actuellement le meilleur endroit pour encourager les Sang et Or.

Lance

Photo n°2 : Nico Bailleux, Facebook

Publié dans Humeur

Le Racing retrouve enfin Bollaert !

Publié le par Lance

Le Racing retrouve enfin Bollaert !

456 jours après un match contre Brest qui aurait pu marquer le retour du RCL en Ligue 1 mais s'était terminé dans la déception et la confusion, Lens retrouve enfin son Stade Bollaert, cet après-midi contre le Red Star (coup d'envoi à 14h00). On savait que la saison jouée loin de l'enceinte lensoise serait longue. Elle a en fait été très longue.

La délocalisation a au moins permis au Stade Bollaert de ne pas vivre une saison marquée par les mauvais résultats et les problèmes financiers. Après avoir effectué de nombreux kilomètres pour se rendre à Amiens (dix-sept fois), Saint-Denis (trois fois) ou Calais (une fois) afin de suivre des matches qui auraient dû se dérouler à Bollaert (soit 5 116 kilomètres depuis Lens pour assister aux vingt-et-une rencontres jouées "à domicile"), les grands voyageurs de la saison 2014-15 partageront avec ceux qui s'étaient contentés de la télé le bonheur de voir le RCL rejouer dans le Pas-de-Calais.

En entrant dans Bollaert, les efforts consentis la saison passée seront probablement oubliés. "Ça valait le coup !", s'est exclamé Gervais Martel en visitant une enceinte donc les travaux seront achevés à la fin de l'automne et qui sera inaugurée lors du premier semestre 2016 (un match de gala pourrait être organisé). Les défauts de cette rénovation (perte de plus de 2 000 sièges, condamnation de places en Delacourt en raison d'un écran géant non déplacé, tribune Marek-Xercès non agrandie pour être à la hauteur des trois autres, couleurs des sièges) s'effaceront aujourd'hui devant la qualité de la rénovation (couverture des travées, suppression des poteaux qui gênaient la vue, modernité).

Pressés de découvrir leur stade rénové, les fans du RCL se sont mobilisés pour cette rencontre. Les 32 000 places mises en vente ont toutes trouvé preneur. À l'initiative des Tigers, un cortège partant à 11h30 de la gare rejoindra le Stade où tous ceux qui aiment le Racing sont invités à se rendre avec des confettis, des drapeaux, des ballons gonflables... et surtout un maillot Sang et Or. Des couleurs qu'il conviendra évidemment de porter tout au long de la saison.

L'ambiance s'annonce très bonne pour cette première dans le Bollaert version Euro 2016. "On avait beaucoup d'appréhension car on pensait que le public était un peu fâché après le mauvais travail que l'on avait fourni, qu'il allait y avoir de la déception, de la frustration, avoue Antoine Kombouaré. J'ai cru qu'ils allaient nous bouder un peu. Et ce n'est pas le cas. Ce qui est fantastique, pour nous, c'est d'avoir appris que le stade serait plein ce week-end. Savoir que l'on va jouer à guichets fermés, c'est quelque chose d'important. On a la chance, et je dis bien la chance – c'est ce que j'ai essayé de faire comprendre à mes joueurs – d'avoir un public fidèle, un public nombreux, et qui va vraiment faire le douzième homme. C'est ce que j'attends de ce public mais je n'ai pas besoin de les inciter à nous pousser puisqu'ils viendront pour ça. À nous, maintenant, de leur faire honneur. Je ne parle pas en termes de résultats mais, au moins, dans l'état d'esprit, dans le caractère. Il faudra que l'on soit présents, samedi."

Le 2 août 1997, les Sang et Or s'étaient imposés contre Auxerre (3-0) à l'occasion de leur premier match dans le Bollaert version Coupe du Monde 1998. Dix-huit ans plus tard, un succès est également espéré pour que le premier clapping puisse résonner dans ce Bollaert rénové.

Lance

Photo : rclens.fr

Publié dans Humeur