Bollaert a repris ses mauvaises habitudes

Publié le par Lance

La reprise du Championnat est malheureusement aussi marquée par le retour du tabagisme passif. Les stades de football constituent en effet un des rares lieux où les non fumeurs sont encore exposés au tabac ainsi qu'à certaines substances prohibées.

Le 29 mai 2015, à l'occasion de la Journée mondiale sans tabac, l'UEFA avait annoncé la mise au point d'un programme sans tabac lors de l'Euro 2016, en collaboration avec le réseau Healthy Stadia (Stades sains) en Europe et la Fédération Mondiale du Cœur. "Une interdiction de fumer sera appliquée à toutes les zones internes et externes des dix stades français qui accueilleront des matches de l'Euro 2016, avait indiqué l'instance européenne. Des volontaires et des stadiers seront formés pour veiller à ce que les spectateurs soient informés de cette politique et de la nécessité de s'y conformer en tout temps. Toute personne surprise en train de fumer du tabac ou une cigarette électronique après le passage des tourniquets sera priée d'arrêter."

Bollaert a repris ses mauvaises habitudes

Ces bonnes intentions figuraient dans le règlement intérieur des stades (article 4.4) et étaient portées à la connaissance de tous aux portes des enceintes, dans les coursives et dans les tribunes. Les écrans géants des stades ainsi que des messages lus par les speakers rappelaient également cette interdiction (en français et en anglais) avant les rencontres et pendant leur mi-temps.

Cette règle - profitable à tous puisque "la consommation de tabac est la plus grande cause évitable de maladie chronique et de décès prématuré dans le monde, et entraîne plus de 700 000 décès en Europe chaque année" (85 000 morts en France chaque année, parmi lesquels 3 000 victimes de tabagisme passif) - a été acceptée par la quasi-totalité des spectateurs de l'Euro. Ceux qui persistaient à fumer ont été invités à arrêter immédiatement. Un carton jaune puis un carton rouge en cas de récidive leur était adressé pour les informer sur la politique de santé menée par l'UEFA.

Bollaert a repris ses mauvaises habitudes

La reprise de cette politique par le FFF et la LFP aurait pu être un des héritages de l'Euro 2016. Les instances ne l'ont malheureusement pas fait. Le Stade Pierre Mauroy (Lille), le Parc des Princes (Paris), le Stadium municipal (Toulouse) mais aussi maintenant le Stade des Lumières (Lyon), enceintes dans lesquelles fumer est interdit, constituent donc des exceptions (voir notre article Les stades vont-ils enfin finir par devenir non fumeurs ?). À Bollaert comme dans la plupart des autres stades de football, les non fumeurs doivent donc compter sur leurs voisins de tribune pour pouvoir suivre un match sans inhaler de fumée et repartir sans avoir la peau et les vêtements imprégnés de mauvaises odeurs, voire même les yeux qui piquent. De nombreuses années de stade incitent malheureusement à conclure que le respect de la santé d'autrui n'est pas la qualité la plus développée chez certains fumeurs en manque de leur drogue...

Lance

Publié dans Humeur