Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

273 articles avec humeur

Le rêve de Chevalier a déjà pris fin

Publié le par Lance

Teddy Chevalier n'est déjà plus un joueur du Racing Club de Lens. Arrivé en juillet, l'attaquant a été transféré à Courtrai. Le club belge l'a annoncé hier puis a diffusé une vidéo dans laquelle s'exprime l'attaquant, habillé aux couleurs de sa nouvelle équipe. Le RCL n'a de son côté toujours pas officialisé le départ du natif de Denain. Il le fera peut-être le jour où il annoncera le départ de Yoann Touzghar, parti  au Club Africain lors de l'été 2015 sans que le club du Pas-de-Calais ne l'annonce...

Cet été, Chevalier était heureux de rejoindre Lens, le club de son cœur. "Quand j'étais petit, j'allais au stade avec toute ma famille à chaque match à Bollaert, racontait-il. On allait supporter le Racing. Je voyais Jocelyn Blanchard avec mes yeux de gosse et, aujourd'hui, je lui parle comme si de rien n'était. [...] Daniel Moreira était mon idole. J'avais son maillot mais je ne le lui ai pas encore dit. [...] J'ai aussi eu le président Martel au téléphone et entre Ch'tis... Martel au téléphone, quand même ! Quand j'étais petit et qu'on a été champions, c'était déjà lui le patron. Et maintenant il me recrute ! Ça fait bizarre. [...] Je vais donner le meilleur de moi-même. J'espère qu'on retrouvera vite la Ligue 1. Nos supporters méritent ça. On est le Racing, on ne peut pas se cacher. On joue la montée."

Le Racing souhaitait déjà recruter Chevalier en 2015. Interdit de recrutement à titre onéreux, le club du Pas-de-Calais n'avait pas pu payer l'indemnité de transfert pour un joueur qui venait de marquer 12 buts en 37 matches disputés dans le championnat belge. L'attaquant avait en vain essayé de convaincre ses dirigeants de le libérer pour rejoindre le club de ses rêves.

Un an plus tard, Lens a pu verser une indemnité estimée à environ 500 000 euros pour faire signer un joueur passé à Rizesport (Turquie). Le joueur est arrivé précédé d'une bonne réputation. "Ses qualités d'attaquant mobile sauteront vite aux yeux du public, écrivait Hugo Guillemet dans les colonnes de L'Équipe à la veille de la première journée de Championnat : combativité, vitesse et beaucoup d'appels en profondeur. Et de la combativité, encore." Cet "attaquant technique et physique qui court beaucoup" (Ivan Santini, ancien partenaire de Chevalier à Courtrai et aujourd'hui buteur de Caen) semblait avoir les qualités pour séduire Bollaert. Les supporters lensois l'ont pourtant à peine vu.

L'aventure de Chevalier au Racing se limite à 27 minutes en Ligue 2 (13 minutes à Nîmes, 14 minutes contre Amiens) et 90 en Coupe de la Ligue dans une équipe bis opposée au Paris FC. L'attaquant a ensuite davantage joué en équipe réserve, marquant notamment un but contre Saint-Maur suivi d'un doublé à Arras la semaine suivante. Sans jamais revoir l'équipe première ensuite.

"C’est un garçon formidable avec beaucoup de qualités, estime Alain Casanova. Il a un profil qui au départ paraissait correspondre à ce que l’on voulait faire. Malheureusement, ça a mis un peu de temps pour lui à vraiment s’adapter à notre modèle de jeu. Il a perdu rapidement confiance en lui et en nous. Il pensait que ça allait être difficile de gagner le poste. On a trois recrues au poste d’attaquant axial. Automatiquement, l’un d’eux allait avoir moins de temps de jeu. Il fallait être persévérant et attendre. J’aurais préféré que ça se passe beaucoup mieux pour lui." Si le joueur a perdu confiance en lui et en son entraîneur, c'est probablement parce qu'il a vite compris que sa mise à l'écart était, pour lui comme pour d'autres, définitive. Il n'a ainsi même pas été appelé à l'occasion des matches de Coupe de France Marcq-en-Barœul (DHR) ou Wasquehal (CFA). Ces rencontres apparaissaient comme de belles occasions pour le relancer. Casanova a pourtant préféré faire jouer Simon Banza ou Bilal Bari.

Chevalier quitte le Racing sans avoir vraiment eu sa chance. Tout ne semble pas avoir été fait pour que l'attaquant puisse faire profiter le club de ses qualités. Un comble pour un joueur pour lequel le RCL a versé une indemnité de transfert après tant de saisons lors desquelles il a dû se contenter de recruter des joueurs libres. "Le coach m'a touché quand il m'a appelé", déclarait Chevalier en juillet. Que pense-t-il aujourd'hui de son ancien entraîneur ?

Lance

Photo : rclens.fr

Publié dans Humeur

Les Sang et Or à Casablanca

Publié le par Lance

Au lendemain de leur victoire contre le Gazélec Ajaccio, les Sang et Or se sont envolés hier pour Casablanca, lieu de leur stage hivernal. Si le stage estival est un incontournable de la préparation de la nouvelle saison, il est assez rare d'en programmer un à l'issue des matches aller. Et inhabituel de l'effectuer avant le départ des joueurs en vacances. En 2011, Laszlo Bölöni avait ainsi pu faire plus ample connaissance avec ses joueurs lors d'un stage à Jerez de la Frontera (Andalousie) organisé du 4 au 7 janvier, soit deux jours après la fin des vacances des joueurs.

"Je n'ai jamais connu de stage après le dernier match, reconnaît Nicolas Douchez du haut de ses vingt années d'expérience. Je vais découvrir. Je suis le mouvement. Si cela ne dépendait que de moi, je prendrais quinze jours de vacances." Mathias Autret affiche le même enthousiasme face à la prolongation imposée par son entraîneur. "On n’a pas l’habitude. Je me dis qu’il faut continuer à bosser, et qu’on sera en vacances que le 23. Je n’y pense pas trop. On y va, on verra." Le Breton reconnaît qu'il ne peut "pas se plaindre" mais il a avant tout en tête la fin de ce stage. "Je suis très, très impatient de rentrer et de retrouver toute la famille", avoue-t-il.

Alain Casanova explique la programmation de ce stage par sa volonté de ne pas retrouver la Gaillette avant la nouvelle année. "Je ne voulais pas faire revenir les joueurs entre Noël et le nouvel an pour qu’ils puissent profiter des fêtes de fin d’année avec leurs proches. C’est pour cela que j’ai programmé un stage au lendemain du match pour les rassembler dans un contexte totalement différent avec des objectifs de travail, pour débriefer de notre première partie de saison, pour rectifier notre principe et modèle de jeu. C’est une bonne occasion d’être ensemble pendant 5 jours. On reprendra l’entraînement le 2 janvier."

Les Sang et Or à Casablanca

Les Lensois disputeront mercredi un match contre Difaâ Hassani El Jadidi, club de première division marocaine. Histoire de se convaincre qu'ils sont bien partis pour travailler. La fin de la phase aller du Championnat, les trois semaines sans compétition, la météo (de 16 à 19 degrés cette semaine), la perspective des congés et le programme léger de cette première journée de stage invitent pourtant à tout sauf au travail...

Lance et FatherTom

Photo : rclens.fr

Publié dans Humeur

Confiance aveugle

Publié le par FatherTom

Ils sont à trois à Lens à qui Alain Casanova accorde toute sa confiance. John Bostock (carton plein de 1620 minutes de jeu en Championnat), Nicolas Douchez (1620 minutes) et Kenny Lala (1530 minutes de jeu, suspendu face à l'AC Ajaccio) n'auraient ainsi pas pu jouer une minute de plus au cours des dix-huit premières journées de la saison ! Si les performances du Trinidadien et le poste à part de gardien de but permettent de justifier un tel recours au deux premiers, la présence continue de Lala dans le onze nordiste s'apparente à une confiance aveugle qui porterait bien son nom...

L'ancien Valenciennois brille guère depuis l'entame de l'exercice en cours. "En début de saison, j’ai beaucoup parlé avec le coach, concédait le défenseur il y a deux mois. On a eu une bonne discussion qui m’a fait du bien. Ça m’a recadré." Les performances du joueur du Paris FC demeurent pourtant médiocres. Son apport offensif reste limité (une seule passe décisive, face à Orléans, le 20 septembre) et ses approximations défensives pèsent sur son équipe. Samedi dernier, à Strasbourg, les Alsaciens ont ainsi ouvert le score sur un corner qui faisait suite à une perte de balle de Lala sur un mauvais contrôle. Quelques minutes plus tard, les joueurs du RCSA avaient fait le break alors que le défenseur lensois était absent au marquage.

Évidemment, Lala n'est pas le seul responsable des buts encaissés par le Racing. À la Meinau, Karim Hafez et Dusan Cvetinovic ont par exemple également livré une performance bien trop faible. Mais la multiplication des erreurs du latéral droit et la nonchalance qu'il traîne sur les pelouses posent question sur la gestion par Alain Casanova des contre performances individuelles.

Depuis qu'il a signé à Lens durant l'été 2015, Lala est un habitué des erreurs défensives. La saison dernière, Antoine Kombouaré avait choisi de les sanctionner. Peu inspiré face à Valenciennes (0-1, le 15 février), Lala s'était retrouvé en tribune quatre jours plus tard à Sochaux. Impliqué sur l'égalisation clermontoise (1-1, le 11 mars), il était une nouvelle fois dix-septième homme une semaine plus tard à Nancy (1-0). Auteur d'une "petite faute" à Nîmes (4-2, le 22 avril), il avait débuté la rencontre suivante, face au Paris FC (0-1), sur le banc. Cette saison, Casanova n'a pas utilisé ces ressorts. "Je pense pouvoir apporter encore plus à l’équipe, confiait Lala en octobre. Je vais essayer de relever le niveau." Deux mois plus tard, cette déclaration reste d'actualité.

FatherTom

Photo : La Voix du Nord

Publié dans Humeur

Au tour de Douchez !

Publié le par FatherTom

Au tour de Douchez !

Après John Bostock (meilleur joueur de Ligue 2 en septembre et octobre), un Lensois est à nouveau à l'honneur du trophée du joueur du mois de Ligue 2. Nicolas Douchez a en effet été élu pour le mois de novembre. Avec 72 % des suffrages, l'ancien joueur du Paris SG devance le Troyen Adama Niane et l'Amiénois Aboubakar Kamara. Douchez succède à Alphonse Aréola, dernier gardien à avoir remporté le trophée (en avril 2014 sous le maillot lensois). C'est la première fois depuis la saison 2008-09 qu'un même club est mis trois fois de suite à l'honneur du trophée du joueur du mois de Ligue 2 : entre octobre et décembre 2008, il avait été tour à tour remporté par les Montpelliérains Victor Montano (à deux reprises) et Lilian Compan.

Comme pour Bostock, le plus difficile aura été pour Douchez de passer l'étape de la sélection, la ferveur qui entoure le RCL suffisant alors à placer un joueur lensois sur la première marche du podium. Mais, alors que le Trinidadien avait fait un excellent début de saison, on peut s'interroger sur la présence du gardien lensois dans la liste soumise au vote.

Arrivé à Lens à la demande d'Alain Casanova, Douchez a été immédiatement titularisé alors que Jérémy Vachoux sortait d'un demi exercice très réussi (seulement douze buts encaissés en un peu plus de quinze rencontres). Depuis le début de la saison, l'ancien joueur de Toulouse n'a pas livré de telles performances (dix-sept buts encaissés en dix-huit journées), hormis à Niort (0-0) et à Brest (1-2) où il a été le meilleur joueur lensois. Selon son classement des gardiens, France Football considère ainsi que Douchez n'est que le dix-septième portier de Ligue 2 avec une moyenne de 5,3 étoiles. Positionné à la quatrième place de ce classement, le Niortais Saturnin Allagbé a multiplié les prouesses en novembre et aurait également pu prétendre au trophée remporté par Douchez.

FatherTom

Publié dans Humeur

Ne pas corser la fin de saison !

Publié le par FatherTom

Depuis lundi, les supporters lensois peuvent enfin envisager qu'une équipe de Ligue 1 se présente à Bollaert. Le sort a en effet réservé aux Artésiens la réception de Metz en 1/32 de finale de la Coupe de France, près de trois ans après que Bastia - dernière équipe de l'élite à avoir joué dans l'antre des Sang et Or - avait été éliminé de cette même compétition par les joueurs d'Antoine Kombouaré. "C'est une équipe qui sera difficile à jouer mais, en Coupe de France, à partir du moment où il y a une grande motivation, une grande détermination, tout est possible, a réagit Alain Casanova. Et surtout, avec l'aide de notre public à Bollaert, on a toutes nos chances. On a notre mot à dire pour passer !"

Une fois ce tour disputé, il est à espérer que les Nordistes n'attendront plus trois ans avant de recevoir une équipe de Ligue 1. Une des vingt meilleures formations de l'Hexagone pourrait d'ailleurs faire le déplacement dans le Pas-de-Calais en mai. Si les positions au classement de Ligue 2 étaient en fin de saison les mêmes qu'actuellement, le RCL serait en effet l'un des deux premiers clubs à goûter à la réforme des montées et descentes : du fait de sa troisième place actuelle, occupée pour la première fois de la saison depuis une semaine grâce à sa victoire à Laval, Lens serait opposé en barrage au dix-huitième de Ligue 1, position détenue depuis le week end dernier par Bastia...

Combien de personnes se réjouiraient-elles de devoir jouer une montée dans l'élite lors d'un match retour disputé à Furiani, là où les choses "se règle[nt] comme d'habitude, comme des hommes, comme des Corses", comme l'a rappelé il y a un mois François Ciccolini, entraîneur du Sporting, à l'évocation de la prochaine réception de Lyon ?

Afin d'éviter de jouer leur saison sur un ballotage plus ou moins favorable, les Sang et Or seraient bien inspirés de prolonger, dès samedi à Strasbourg, leur série en cours de deux victoires consécutives. Les résultats ont prouvé que le RCL dispose de l'effectif pour monter. Aux joueurs de mieux maîtriser les matches pour enchaîner les résultats et devenir un concurrent incontournable pour les deux premières places.

FatherTom

Publié dans Humeur