Batta, c'est pas le pied !

Publié le par FatherTom

"Je ne suis pas là pour commenter les décisions de l’arbitre", a balayé Éric Sikora après la défaite de ses joueurs face à Lorient (2-3), samedi dernier. Focalisé sur le jeu que produit son équipe et désireux de ne pas se laisser aller à des confidences qui pourraient se retourner contre lui, l'entraîneur lensois a botté en touche au moment d'évoquer les décisions prises par Monsieur Batta. C'était curieusement la deuxième fois de la saison après la réception de Nîmes le 4 août, la deuxième en trois matches de Ligue 2 disputés à Bollaert, que le fils de son père officiait au sifflet. Le moins qu'on puisse dire est que l'équilibre des erreurs est un leurre et que les griefs que l'on peut adresser à l'arbitre sont nombreux.

La faute non sanctionnée sur Madri

Auteur de matches de préparation très encourageants et d'une bonne entrée en matière à Auxerre le 31 juillet, Mouaad Madri était le meilleur joueur lensois du début de saison. En fin de premier quart d'heure du match contre Nîmes, le joueur arrivé cet été d'Ajaccio est victime d'une fracture du tibia après un choc avec Fabien Garcia. Il a peut-être déjà terminé sa saison. Monsieur Batta ne siffle aucun coup franc et n'avertit pas le Crocodile.

L'exclusion sévère de Diarra

Face à Lorient, Souleymane Diarra montre qu'il "est capable de prendre le ballon, de faire la différence", comme le décrivait Sikora quelques jours plus tôt. À cinq minutes de la fin du match, alors que les Lensois sont menés, le Malien récupère le ballon grâce à un tacle parfait. Justement averti en première période, il est pourtant sanctionné d'un deuxième jaune par Monsieur Batta. Les Sang et Or perdent alors un joueur qui a montré des qualités intéressantes durant la rencontre, sont réduits à dix et ne peuvent compter sur lui pour le Derby face à Valenciennes vendredi.

Le penalty imaginaire sifflé contre Vachoux

Alors que les Nîmois sont menés d'un but à Bollaert, Umut Bozok se présente face à Jérémy Vachoux. Plein de vivacité, le gardien lensois va chercher le ballon proprement dans les pieds de l'attaquant adverse pour le dévier d'une main ferme. Monsieur Batta siffle pourtant un penalty pour les Crocodiles. Après l'avoir détourné, Vachoux reçoit un carton jaune pour avoir pensé de manière trop forte qu'il y avait bien une justice dans le football...

Le penalty imaginaire sifflé contre Hafez

Face à Lorient, pour la première fois depuis six mois, les Sang et Or sont revenus deux fois au score. Alors que Kévin Fortuné vient de rater l'occasion de mener au score, les Lensois tiennent le match nul. À moins de dix minutes de la fin du temps réglementaire, les Bretons entrent dans la surface nordiste. Ils y sont repoussés par Karim Hafez qui enlève proprement le ballon de la course d'un joueur lorientais. Monsieur Batta siffle pourtant un penalty et adresse à l’Égyptien un carton jaune, le défenseur lensois ayant exprimé sa vision de l'injustice en football...

La cartonite aigüe

Les Lensois ont été avertis à dix-sept reprises en huit matches officiels joués cette saison. Quand Monsieur Batta est au sifflet, ils reçoivent en moyenne 4,5 cartons jaunes par match. Quand un autre homme en noir officie, celle-ci tombe à 1,3 carton par match... L'arbitre de la ligue Méditerranée est coutumier du fait : la saison dernière il distribuait en moyenne 3,7 cartons par match de Ligue 2 quand la moyenne des autres arbitres était de 3,3.

FatherTom

Photo : La Voix du Nord

Publié dans Humeur