Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

674 articles avec infos

Madri première recrue lensoise

Publié le par FatherTom

Le mercato d'été ne débutera que dans deux jours, mais les grandes manœuvres de l'intersaison ont déjà commencé à Lens, les joueurs en fin de contrat pouvant s'engager dans un autre club en vue de la saison prochaine depuis le mois de janvier. Mathias Autret, dont le bail de deux ans vient de prendre fin (voir notre article Ils peuvent désormais signer ailleurs), devrait le faire prochainement, le Breton ayant annoncé qu'il quitte le Racing. En fin de contrat avec l'AC Ajaccio, Mouaad Madri débarque lui dans le Pas-de-Calais où il s'est engagé aujourd'hui pour deux années plus une avec option.

Quitter l'ACA pour le RCL est dans la logique de la carrière linéaire de Madri, qui a su passer un à un les échelons qui se sont présentés à lui. C'est sur le littoral du Nord, où il est né en 1990, que le Franco-Marocain a commencé sa carrière. "J’ai débuté en moins de 13 ans à Dunkerque Sud jusqu’à l’âge de 18 ans, racontait-il il y a quelques années. Ensuite je suis parti jouer à Rouen en 18 ans nationaux pendant une année et je suis revenu dans le Nord mais cette fois ci à l'USL Dunkerque." Madri grandit en même temps que l'ancien club de Jocelyn Blanchard et parvient à s'extirper des championnats amateurs pour monter en National en 2012-13. "Collectivement, la montée de CFA en National avec Dunkerque est ma plus grande joie sportive", racontera plus tard le néo-Lensois.

Révélation du National la saison suivante où il marque onze buts, Madri est sollicité. "Le but, c’est de trouver un projet sérieux, estimait-il alors. Et s’il peut me permettre de réaliser mon rêve… Ce rêve, c’est d’être pro." C'est en Corse que l'attaquant le concrétisera en s'engageant avec l'AC Ajaccio durant l'été 2014. Il change alors de monde. "On sent une différence, expliquait-il à l'issue de son premier exercice en Ligue 2 qu'il a jugé comme une saison de transition. C’est plus propre techniquement. Les joueurs se placent bien. Les joueurs sont meilleurs, tout simplement." Madri éclate véritablement durant la saison qui vient de s'achever, au cours de laquelle il est auteur de dix buts, dont un à Bollaert en septembre, et de cinq passes décisives.

À Lens, les supporters découvriront un attaquant de petit gabarit, capable de jouer aussi bien dans l'axe que sur les côtés. Ils seront peut-être séduit par "l’impact du joueur dans le jeu et son dévouement aux tâches défensives, comme le décrivait La Voix du Nord en 2014. Le Nordiste est un joueur quasiment infatigable, qui combine à la fois des qualités de vitesse et d’endurance assez rares." Une activité qui peut lui valoir d'être sanctionné par l'arbitre. "Je défends. Un moment, on prend le risque d’avoir des cartons", se justifie celui qui a notamment reçu dix cartons jaunes en 2015-16.

Dans le Pas-de-Calais, Madri retrouvera sa région d'origine et devra se réhabituer aux conditions climatiques du Nord. "Les hivers sont doux, appréciait le joueur lorsqu'il était en Corse. C’est quand même agréable d’aller à l’entraînement sans attendre de pluie !" Entre deux matches avec le Racing, il pourra à nouveau aller encourager le club de handball de Dunkerque, comme il le faisait lorsqu'il jouait dans la ville de Jean Bart.

FatherTom

Publié dans Infos

Lens a joué à 13,55

Publié le par FatherTom

"On a voulu de l’émulation et doubler les postes, déclarait Alain Casanova le 20 septembre après la victoire face à Orléans (4-2). Ça nous permet de faire des choix, des changements et des matches à quatorze. Ça a été le cas ce soir. Le banc a été important."

Faire des matches à quatorze n'a pas été une règle intangible cette saison. Loin de là. À quinze reprises, soit dans près de 40 % des journées de Championnat, l'entraîneur lensois n'a pas procédé aux trois changements auxquels il avait le droit. En moyenne, Casanova a d'ailleurs procédé à 2,55 retouches par rencontre. Entre le 31 octobre (victoire à Brest 1-2) et le 21 janvier (défaite face à Nîmes 1-3), neuf journées se sont même déroulées sans que le coach artésien ne fasse trois changements dans son équipe (voir notre article Coaching manquant). Le 25 novembre (succès contre Le Havre 1-0) et le 3 février (nul face à Troyes 0-0), le match du Racing avait même concerné seulement douze joueurs...

Les joueurs non alignés au coup d'envoi n'ont pas toujours pu amener un souffle supplémentaire. À certaines occasions, ils sont cependant parvenus à être décisifs après avoir surgi du banc. Cela a été le cas de Habib Habibou (buteur à Orléans (2-1) le 20 février, auteur de la deuxième égalisation sur la pelouse du Red Star (2-3) le 3 mars puis de celle face à Sochaux (2-1) le 13 mars), Cristian Lopez (auteur d'un doublé face à Laval (2-0) le 1er mai), Mathias Autret (dernier joueur impliqué sur le but victorieux de Fortuné face au Gazélec Ajaccio (2-1) le 17 décembre puis buteur contre Clermont (3-1) le 13 février), Kévin Fortuné (par qui est venue l'égalisation face à Tours (2-2) le 5 août), Benjamin Bourigeaud (buteur dans les arrêts de jeu à Valenciennes (1-2) le 24 septembre), Viktor Klonaridis (à l'origine du retour lensois face à Reims (1-1) le 22 octobre), Jean-Ricner Bellegarde (auteur de la passe décisive face aux Champenois), Thomas Ephestion (passeur décisif sur le but d'Abdellah Zoubir amenant la victoire contre Clermont (3-1) le 13 février), Kermit Erasmus (passeur décisif à Orléans (2-1) le 20 février) et Abdellah Zoubir (qui avait centré pour Autret face à Valenciennes (2-0) le 25 février)

FatherTom

Photo : rclens.fr

Publié dans Infos

Une saison à huit tenues !

Publié le par FatherTom

Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? Peut-être l'équipementier du Racing raisonne-t-il ainsi au moment de choisir les tenues des joueurs. Alors qu'il suffirait de jouer en Sang et Or (et noir...) la plupart du temps et d'utiliser une deuxième tenue lorsqu'il pourrait y avoir confusion avec les couleurs de l'adversaire, les joueurs lensois sont passés cette saison par toutes les couleurs. Au total, ils ont utilisé huit tenues au cours des quarante-quatre matches officiels qu'ils ont joués !

Une saison à huit tenues !

À vingt-trois reprises, soit à l'occasion de chaque match joué à Bollaert et du déplacement à Strasbourg, les Sang et Or ont utilisé leur tenue officielle tricolore. Son maillot a également été porté deux fois à l'extérieur : une fois à Niort avec le short à la couleur de numéro passée de la deuxième tenue officielle (celle toute noire portée à dix reprises) et une fois à Troyes avec le short blanc de la troisième tenue officielle (celle toute blanche portée à cinq reprises).

Après avoir mélangé la première tenue avec les deux autres, Kévin Fortuné et ses partenaires ont dû porter par deux fois, à Bourg-en-Bresse et sur la pelouse du Red Star, un alliage des deux dernières : le short noir de la deuxième tenue et le maillot blanc de la troisième !

Enfin, une tenue bleue sortie de nulle part a été utilisée face à Marcq-en-Barœul en Coupe de France avant qu'elle se transforme en blanc au tour suivant, face à Wasquehal. Mais dans un autre blanc que celle déjà portée précédemment, évidemment !

FatherTom

Publié dans Infos

La saison 2016-17 en chiffres

Publié le par FatherTom

0 Aucune équipe de Ligue 2 n'a su résister cette saison aux attaques lensoises. Les dix-neuf concurrents du RCL ont effet tous encaissé au moins un but lors d'au moins l'une des deux rencontres qu'ils ont eues à disputer contre lui.

1 À deux reprises, mi-mars, les Sang et Or ont occupé la première place du classement. C'était après des victoires face à Sochaux (2-1) et à Reims (0-2). À l'opposé, les Lensois ont terminé le mois d'août sur un nul décevant ramené de Troyes (1-1) et sur une treizième place, leur pire classement de la saison.

1 Dernier du classement, Laval est la seule équipe à ne pas être parvenue à marquer un but face à Lens lors des deux rendez-vous que lui avait fixé le calendrier.

2 Quatre joueurs lensois ont cette saison réussi à inscrire un total de cinq doublés en Championnat : John Bostock face à Orléans (4-2, le 20 septembre), Thomas Ephestion et Habib Habinou sur la pelouse de l'AC Ajaccio (3-6, le 10 avril), Cristian Lopez contre Laval (2-0, le 1er mai) et contre Niort (3-1).

2 Lens a fait du surplace à deux reprises en enchaînant deux défaites : en janvier face à Nîmes (1-3) et à Amiens (2-1) ; en avril contre Auxerre (0-1) et au Havre (1-0).

3 À trois reprises, les Lensois sont rentrés aux vestiaires en ayant encaissé trois buts. Cette pire performance défensive de la saison a eu lieu lors de défaites à Strasbourg (3-1, le 10 décembre) et contre Nîmes (1-3, le 21 janvier) mais aussi lors d'une victoire sur la pelouse de l'AC Ajaccio (3-6, le 10 avril).

3 Le 12 mai, l'air de la Corse a donné des ailes à Cristian Lopez. Face au Gazélec Ajaccio (0-4), l'Espagnol est devenu le premier joueur lensois depuis Toifilou Maoulida (en avril 2010) à inscrire un triplé en Championnat. Ce jour-là, c'est même d'un coup du chapeau que s'est illustré Lopez !

4 Certes, les Lensois ont progressé de deux places en une saison. Mais la comparaison des moyens et du niveau de l'adversité d'une saison à l'autre est sans appel : la quatrième place de ce Championnat 2016-17 est un échec. Troisième à l'issue de la phase aller, les joueurs d'Alain Casanova n'ont eu que le cinquième bilan de Ligue 2 lors de la phase retour.

4 Comme la saison dernière, la meilleure série de victoires consécutives du Racing a culminé à quatre succès. Ceux-ci ont été acquis en début d'année 2017 face à Valenciennes (2-0), sur la pelouse du Red Star (2-3), face à Sochaux (2-1) et à Reims (0-2).

4 À deux reprises, les joueurs d'Alain Casanova sont restés quatre journées sans victoire. La première disette a eu lieu entre août et septembre face à Amiens (0-1), à Troyes (1-1), face à Bourg-en-Bresse (1-1) et à Clermont (1-1) ; la seconde entre janvier et février contre Nîmes (1-3), à Amiens (2-1), contre Troyes (0-0) et à Bourg-en-Bresse (0-0).

4 Lens a fait carton plein face à seulement quatre équipes : Valenciennes (1-2 au Stade du Hainaut, 2-0 à Bollaert), le Red Star (2-0 à Bollaert, 2-3 à Paris), Laval (0-1 en Mayenne, 2-0 à Lens) et le Gazélec Ajaccio (2-1 dans le Pas-de-Calais, 0-4 à Ange Casanova) ont été battus deux fois par les joueurs du Racing. À l'inverse, comme la saison dernière, ceux-ci ont perdu à deux reprises face à une seule équipe : Amiens (0-1 à Bollaert, 2-1 au Stade de la Licorne).

4 Les arbitres ont exclu quatre joureurs du RCL : Mohamed Fofana face à Tours le 5 août, Adama Guira à Valenciennes le 24 septembre, Kenny Lala à Brest le 31 octobre, Djiman Koukou contre Metz en Coupe de France le 8 janvier. Par ailleurs, les joueurs du Pas-de-Calais ont récolté soixante-deux cartons jaunes.

5 Les Artésiens ont buté sur cinq équipes face auxquelles ils ne sont pas parvenus à gagner aussi bien à l'aller qu'au retour : Amiens (0-1 à Bollaert, 2-1 au Stade de la Licorne), Auxerre (1-1 au Stade de l'Abbé Deschamps, 0-1 à Lens), Bourg-en-Bresse (1-1 à l'aller, 0-0 dans l'Ain), Strasbourg (3-1 en Alsace, 1-1 à Bollaert) et Troyes (1-1 en Champagne, 0-0 au retour).

6 Alors que la saison dernière, les joueurs d'Antoine Kombouaré avaient aligné douze matches sans perdre, ceux d'Alain Casanova ne sont pas parvenus à étirer cette série au-delà de six rencontres. Cela leur est arrivé deux fois : du nul ramené de Troyes (1-1) le 26 août à la victoire face au Red Star (2-0) le 30 septembre puis du nul concédé face à Reims (1-1) le 22 octobre à la victoire acquise à Laval (0-1) le 29 novembre. Entre les deux, les Nordistes sont tombés à Sochaux (1-0).

8 Abdellah Zoubir a égalé Edgar Salli, auteur de huit passes décisives en 2013-14. Le natif de Lille est le meilleur passeur lensois, le cinquième de Ligue 2.

8 John Bostock a été le joueur le plus averti. Le Trinidadien a reçu huit des soixante-deux cartons jaunes adressés à des joueurs lensois.

9 Les joueurs du Racing ont perdu neuf rencontres de Championnat. Bollaert n'a pas encore été cette saison une citadelle imprenable, loin là. Nicolas Douchez et ses partenaires y ont en effet perdu quatre rencontres, contre cinq à l'extérieur.

11 À dix reprises, les Lensois n'ont pu faire mieux que le match nul. Entre août et septembre, les joueurs d'Alain Casanova en ont même aligné trois : à Troyes (1-1), contre Bourg-en-Bresse (1-1) et à Clermont (1-1).

11 La défense artésienne a rendu une copie parfaite à seulement onze reprises. C'est seulement deux blanchissages de plus que durant la saison 2014-15 pourtant conclue à la dernière place de Ligue 1 !

11 Entre octobre et janvier, les Sang et Or ont réussi à marquer au moins un but lors de onze journées consécutives. C'est six matches de moins que la saison dernière.

11 Onze penalties ont été sifflés en faveur des joueurs du Racing. Seul Abdellah Zoubir a manqué son face à face avec le gardien adverse, contre Orléans. John Bostock (à Troyes, contre Orléans et le Red Star), Cristian Lopez (à Strasbourg, à Amiens et sur la pelouse du Gazélec Ajaccio), Kévin Fortuné (face à Valenciennes et sur la pelouse de l'AC Ajaccio), Habib Habibou (sur le terrain de l'AC Ajaccio) et Kenny Lala (contre Strasbourg) ont transformé leur tentative. À l'inverse, deux penalties ont été sifflés contre les Nordistes. Nicolas Douchez n'a rien pu faire, que ce soit contre l'Orléanais Karim Ziani ou contre le Niortais Ande Dona Ndoh. Depuis le 19 décembre 2013, les gardiens du RCL restent donc sur seize échecs consécutifs lors des coups de pied de réparation.

12 Les Lensois sont invaincus face à douze de leurs dix-neuf concurrents.

12 Lens a dû attendre la dix-septième journée pour enfin monter sur le podium, après une victoire à Laval (0-1) le 29 novembre. Au final, ils ont cumulé douze journées de présence sur la boîte, dont seulement six à l'une des deux premières places directement qualificatives pour la Ligue 1. Ils ont définitivement quitté le podium après le nul concédé face à Strasbourg (1-1), le 8 mai. Un match qui n'était pas décisif selon Alain Casanova...

16 Jamais depuis vingt-trois ans et les vingt buts de Roger Boli lors du Championnat 1993-94 le Racing n'avait compté dans ses rangs un buteur dépassant la barre des quinze buts marqués. Avec seize buts, Cristian Lopez est le meilleur buteur artésien, le quatrième de Ligue 2.

18 Le célèbre clapping lensois a pu résonner à dix-huit reprises cette saison. Neuf victoires ont eu pour cadre Bollaert, neuf ont été ramenées d'un déplacement.

19 Lens a fini le Championnat avec une différence de buts positive de dix-neuf unités. Du jamais vu depuis la saison 2001-02 bouclée à la deuxième place de Ligue 1 avec un écart de vingt-cinq unités.

33 Toutes compétitions confondues, Mohamed Fofana a dû déclarer forfait pour trente-trois rencontres en raison de trois blessures. Le temps de jeu du défenseur s'est résumé à 43 minutes réparties sur les deux premiers matches de la saison.

39 Toutes compétitions confondues, Alain Casanova a fait appel à trente-neuf joueurs cette saison, dont trente-et-un en Championnat. Parmi ces trente-neuf joueurs, seul Ryan Adim (appelé face à l'AC Ajaccio en Coupe de la Ligue) n'a jamais joué.

40 Nicolas Douchez et ses partenaires ont encaissé quarante buts (1,1 but par match en moyenne), soit cinq de plus que la saison dernière. La quatrième défense de Ligue 2, qui a concédé neuf buts de plus que celle du Havre, s'est montrée fragile au cours de vingt-sept journées de Championnat.

59 Les joueurs du Pas-de-Calais ont inscrit cinquante-neuf buts (1,6 but par match), meilleure performance au cours des six derniers exercices lensois en Ligue 2, répartis sur trente-et-une journées. Cristian Lopez et ses partenaires terminent deuxième meilleure attaque de l'antichambre de l'élite, à quatre unités du leader strasbourgeois.

65 Si, lors de la saison 2013-14, les Nordistes étaient montés avec 65 points, ce total ne leur a pas suffi cette saison. Ils l'ont engrangé de façon équilibrée : 32 points lors de la phase aller, 33 points lors de la phase retour ; 33 points à Bollaert, 32 points à l'extérieur.

230 La défense n'a pas été la meilleure arme lensoise cette saison... Au mieux, Nicolas Douchez n'est resté invaincu durant seulement 230 minutes - soit 102 minutes de moins que la meilleure série de la saison passée - entre les buts du Sochalien Florent Ogier (2-1, le 13 mars) et de l'Ajaccien Rayan Frikeche (3-6, le 10 avril). À Bollaert, la solidité défensive ne s'est au mieux étalée que sur 207 minutes entre les réalisations de l'Auxerrois Lionel Mathis (0-1, le 15 avril) et du Strasbourgeois Khalid Boutaïb (1-1, le 8 mai). À l'extérieur, les Artésiens n'auront jamais fait mieux que pour leurs débuts... Le premier but encaissé de la saison a en effet clos la meilleure performance défensive à l'extérieur de cet exercice. Elle s'est étirée durant 239 minutes et a pris fin avec un but du Troyen Stéphane Darbion (1-1, le 26 août).

313 Les plus fidèles supporters se sont ennuyés ferme durant l'hiver. Ils n'ont pas pu célébrer de but artésien durant 313 minutes entre le but sur penalty de Cristian Lopez à Amiens (1-2, le 28 janvier) et celui de Kévin Fortuné face à Clermont (3-1, le 13 février). C'est également durant cette période que les joueurs d'Alain Casanova se sont montrés le moins dangereux à l'extérieur : ils sont restés sans marquer durant 250 minutes entre le but de l'Espagnol dans la capitale picarde et la première réalisation de Habib Habinou avec Lens, à Orléans (2-1, le 20 février. À domicile, c'est dans le sprint final que les spectateurs de Bollaert ont dû vivre une disette offensive : 268 minutes se sont écoulées entre les buts de Dusan Cvetinovic contre Sochaux (2-1, le 13 mars) et de Cristian Lopez contre Laval (2-0, le 1er mai).

3 688 Toutes compétitions confondues, Kenny Lala a disputé 3 688 des 3 960 minutes qu'offrait la saison. En Championnat, le joueur le plus utilisé est Nicolas Douchez qui a fait un carton plein de 3 420 minutes. À l'inverse, Nadjib Baouia est toutes compétitions confondues le joueur le moins utilisé (seulement 22 minutes de jeu face à Auxerre). En Championnat, Mounir Chouiar a dû se contenter de 15 minutes lors de l'ouverture de la saison, à Niort.

38 033 Si 28 996 personnes se sont en moyenne rendues à Bollaert lors de chaque rencontre, ils étaient 38 033 à avoir pris place dans l'antre des Sang et Or le lundi 8 mai face à Strasbourg. Cette affluence, jamais vue depuis le 9 mai 2014 (40 740 spectateurs face à Brest), constitue le record du Bollaert rénové pour l'Euro 2016.

FatherTom

Publié dans Infos

Ligue 2, saison 2017-18

Publié le par FatherTom

Troyes a montré hier, en remportant son barrage face à Lorient, que la double confrontation entre le dix-huitième de Ligue 1 et le troisième de Ligue 2 est réellement une chance d'accéder à l'élite. Faute d'avoir été capable de s'y qualifier ou de s'être positionné dans le duo de tête, le Racing repartira la saison prochaine pour son troisième exercice consécutif en Ligue 2.

Ligue 2, saison 2017-18

La journée d'hier a permis de connaître les deux derniers participants au futur Championnat fréquenté par le RCL. En plus de Lorient, condamné à l'issue du barrage face à Troyes, les Sang et Or retrouveront Orléans, maintenu après avoir écarté le Paris FC lors du barrage entre le dix-huitième de Ligue 2 et le troisième de National. Ce seront donc cinq nouveaux clubs que croiseront les Lensois : Lorient, Nancy (dix-neuvième de Ligue 1), Bastia (vingtième de Ligue 1), Quevilly (premier de National) et Châteauroux (deuxième de National).

Une nouvelle fois, la répartition géographique des clubs penche vers le nord. Forte de trois éléments il y a deux saisons, l'Île de France ne sera plus représentée en Ligue 2 ; au contraire de l'Île de Beauté que comprendra trois des quatre clubs situés au sud du quarante-cinquième parallèle.

FatherTom

Publié dans Infos

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>