Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

255 articles avec humeur

Des cartes à redistribuer ?

Publié le par FatherTom

"Nous avons voulu de l’émulation avec deux joueurs à chaque poste, déclarait Alain Casanova après la clôture du marché estival des transferts. Personne ne peut dormir et c’est intéressant pour le groupe, pour la progression individuelle et collective." Alors que Lens reste sur deux matches en demi teinte et qu'il affrontera lundi le leader de la Ligue 2, l'heure est peut-être venue pour l'entraîneur artésien de faire jouer cette concurrence, d'autant que, dernièrement, certains titulaires ont déçu alors que certains remplaçants se sont mis en évidence.

Meilleur joueur lensois depuis le début de la saison, lauréat du trophée UNFP du mois de septembre, John Bostock n'est plus parvenu à se montrer décisif lors des deux dernières rencontres. "On a bien quadrillé le terrain et contrôlé les appels de Lens, expliquait Michel Der Zakarian, entraîneur de Reims, après le nul de son équipe à Bollaert samedi dernier. On a empêché Bostock de donner les bons ballons." Le Trinidadien subit désormais une surveillance de laquelle il doit se libérer. Pour cela, Casanova doit-il l'associer en milieu avec un autre partenaire que Benjamin Bourigeaud ? Auteur d'une entrée remarquée face à Orléans pour sa première sous le maillot lensois, Adama Guira n'a plus participé à une rencontre depuis qu'il a été exclu à Valenciennes. Son profil plus défensif pourrait donner plus de liberté à Bostock, comme celui de Djiman Koukou, dégringolé dans la hiérarchie après le néant collectif de la première mi-temps du match Lens-Orléans. Décisif face à Reims, Jean-Ricner Bellegarde revient lui en force après être resté quatre matches sans jouer et est naturellement candidat à un poste de titulaire, ce qui ne lui est plus arrivé depuis la deuxième journée. Écarté par Casanova, Patrick Olsen pourrait également faire rappeler qu'il était plus qu'un simple remplaçant de Wylan Cyprien la saison dernière.

"Si Abdellah Zoubir a manqué ? C’est du virtuel mais on peut toujours le penser", estimait Casanova après la défaite concédée à Sochaux alors que le milieu gauche était suspendu. S'il a livré un match plutôt décevant face à Reims, Zoubir a un potentiel pour être décisif à n'importe quel moment, comme il l'a prouvé depuis le début de la saison (un but, trois passes décisives). Malheureusement, aucun joueur ne s'est à ce jour imposé comme son pendant côté droit, que ce soit Mathias Autret ou plus récemment Abdelrafik Gérard. Il serait désormais incompréhensible de ne pas donner sa chance à Victor Klonaridis, auteur d'une entrée remarquée à Sochaux et décisif face à Reims. L'auteur du but de l'égalisation, qui n'a jamais été aligné d'entrée depuis sa signature dans le Pas-de-Calais, reste sur six entrées au cours des sept dernières journées pour un cumul de 110 minutes de jeu (soit en moyenne 18 minutes par match).

En pointe, Cristian Lopez serait-il à la recherche d'un second souffle ? Buteur face à Orléans et face au Red Star, à l'origine du penalty sifflé en faveur des Lensois à Valenciennes, l'Espagnol s'est ensuite montré bien plus discret à Sochaux et face à Reims. Deux mois ont-ils suffi à Teddy Chevalier pour trouver sa place au sein de l'effectif nordiste ? "Il y a encore du travail, estimait Casanova en août, après que l'attaquant avait été envoyé au casse-pipe en compagnie de nombreux jeunes face au Paris FC. C’est difficile pour Teddy de trouver une place dans cette équipe qui montre des automatismes, qui a un jeu avec certains principes. Pour le moment, ce n’est pas facile de bien rentrer dans cette équipe." En Ligue 2, l'ancien joueur du championnat belge n'a eu que 27 minutes de jeu en août, à Nîmes et face à Amiens, à se mettre sous la dent. Depuis, il a dû longtemps ruminer cette frappe qui a flirté avec le mauvais côté du poteau sur la pelouse des Costières...

FatherTom

 

Publié dans Humeur

Casanova a vu à Reims ce qu'il ne voyait pas à Lens

Publié le par Lance

Arrivé en juin à Lens, Alain Casanova avec emmené de Toulouse deux adjoints et un schéma de jeu. L'un de ses deux assistants a quitté le club. Thierry Uvenard - que l'ancien gardien de but avait connu au Havre - a rompu son contrat hier pour raisons personnelles.

Après des prestations décevantes lors des deux premières journées de Championnat, le schéma tactique qui correspondait paraît-il aux profils des joueurs de l'effectif lensois a été abandonné. Alain Casanova le décrivait comme un 3-5-2. Kenny Lala et Anthony Scaramozzino évoluant bas, on avait en fait vu un 5-3-2.

Le schéma préféré de Casanova est désormais à la mode en France. Lyon, Nice, Marseille font partie des clubs à l'avoir utilisé lors des trois premiers mois de compétition. Samedi à Bollaert, Reims a évolué dans cette configuration. "Les latéraux, Diego et Hamari Traoré, ont plus défendu qu'attaqué" pouvait-on lire au lendemain du match dans les colonnes de L'Équipe. À l'issue de la rencontre, l'entraîneur lensois a évoqué le système de jeu mis en place par son homologue rémois. "Aujourd'hui, ils étaient à cinq derrière" a déclaré Casanova. Qui a donc vu chez son adversaire ce qu'il ne voyait pas (ou faisait semblant de ne pas voir) dans sa propre équipe.

Lance

Publié dans Humeur

Guirane N'Daw quitte Lens !

Publié le par Lance

Guirane N'Daw n'est plus un joueur du RC Lens. Certes, cela fait longtemps que c'est le cas. L'a-t-il au moins déjà été ? Le Sénégalais s'était engagé dans le Pas-de-Calais pour deux saisons (plus une année supplémentaire en cas de montée) en juillet 2015. Il arrivait avec beaucoup d'expérience (219 matches de Ligue 1, 44 sélections nationales) mais restait sur une saison mitigée à Metz (de bons matches en début de Championnat puis plus grand chose ensuite). Il aura livré au mieux des matches moyens sous le maillot Sang et Or, à l'occasion notamment des deux premiers succès artésiens la saison passée, à Valenciennes puis contre Sochaux.

L'essentiel de ses prestations ont été de piètre qualité. N'Daw a donc été rapidement écarté par Antoine Kombouaré et n'a au total disputé que dix rencontres sous le maillot Sang et Or (neuf en Championnat et une dernière en Coupe de France, le 20 novembre 2015). Alain Casanova ne l'a pas ressorti du placard lors de son arrivée à Lens, le milieu de terrain ne jouant pas la moindre minute cet été en match de préparation. "Il a un profil qui, malheureusement, ne convient pas au football que je veux pratiquer, expliquait l'entraîneur quelques jours avant la fin du marché des transferts. J’ai été sincère et clair avec lui en lui disant que je ne compterai pas sur lui. Après, je respecte les gens et les contrats qui sont signés. S’il ne trouve pas de porte de sortie, il fera partie de l’effectif."

N'Daw n'a en fait jamais fait partie de l'effectif 2016-17 et a peu à peu fait preuve d'un mauvais été d'esprit, ce qui lui a valu d'être écarté des entraînements collectifs. Après près d'un an sans compétition, il a fini par accepter de résilier son contrat, empochant probablement une dernière fois des milliers d'euros pour services non rendus.

Demain, lors de l'annonce de la composition du groupe retenu pour le match Lens-Reims, vous ne lirez pas que N'Daw n'a plus joué en Championnat depuis plus d'un an (dernier match de L2 contre Laval, le 19 octobre 2015). Alors que les médias ne soulignaient plus l'absence du Sénagalais, nous avons eu à l'occasion de chaque match une pensée pour ce joueur qui n'aura rien apporté au Racing. En voici la compilation : "Casanova a choisi de se passer des services de Guirane N'Daw" (Niort-Lens) ; "Guirane N'Daw est victime des choix de son entraîneur" (Lens-Tours) ; "Casanova a choisi de ne pas retenir Guirane N'Daw" (Nîmes-Lens) ; "Guirane N'Daw est écarté. Préférant, lui, être sur les pelouses le week-end, Jonathan Nanizayamo s'est engagé pour une saison avec le Paris FC" (Lens-Amiens) ; "Loïck Landre - qui espère partir de Lens - et Guirane N'Daw - que Lens espère voir partir - sont toujours écartés" (Troyes-Lens) ; "Guirane N'Daw est toujours payé pour s'entraîner" (Lens - Bourg-en-Bresse) ; "Quant à Guirane N'Daw..." (Clermont-Lens) ; "Guirane N'Daw continue de vivre sa vie, loin de la compétition..." (Lens-Orléans) ; "Comme il reste des places en vente pour la rencontre, Guirane N'Daw pourra en acheter une" (Valenciennes-Lens) ; "Dans les tribunes, Guirane N'Daw pourra se souvenir qu'il avait été titularisé le 8 août 2015 contre le Red Star à l'occasion du retour du RCL dans un Bollaert rénové" (Lens - Red Star) ; "Dans le Doubs, Alain Casanova s'abstiendra une nouvelle fois de faire jouer le Sénégalais" (Sochaux-Lens).

Lance

Photo : rclens.fr

Publié dans Humeur

La meilleure attaque, c'est l'attaque !

Publié le par FatherTom

La meilleure attaque, c'est l'attaque !

"Bollaert doit représenter notre meilleure force", déclarait Alain Casanova en début de Championnat. L'entraîneur lensois a raison : Bollaert est une force qui se diffuse à travers un chant magnétique. Mieux vaut se laisser porter que d'essayer de jouer à contre courant.

Ainsi, que les deux grands changements tactiques de ce premier quart de compétition, tous les deux tournés vers plus d'offensive, ont eu à chaque fois pour théâtre l'antre des Sang et Or ne relève pas forcément du simple hasard. Le 5 août, lors du premier match officiel de la saison à Bollaert, face à Tours, il avait suffi de quelques dizaines de minutes pour que le 5-3-2, pourtant travaillé avec exclusivité durant l'été, soit pulvérisé. Avant l'élan qui avait porté Kévin Fortuné vers l'égalisation, Lens avait joué un peu plus de sept rencontres dans ce système. Depuis, il n'a été ressorti qu'une fois en dix matches, lors d'une triste élimination en Coupe de la Ligue face au Paris FC. Le 20 septembre, face à Orléans, Bollaert avait grondé, lassé de voir ses joueurs demeurer bien trop prudents. Après avoir transformé son schéma face aux Tourangeaux en remplaçant un défenseur par un milieu offensif, Casanova était contraint d'intensifier le mouvement en délaissant un milieu défensif au profit d'un attaquant supplémentaire.

Depuis, Lens vient de remporter trois victoires consécutives et s'est positionné au rang de meilleure attaque de Ligue 2 (quinze buts inscrits, comme Brest). Les Artésiens ne s'étaient plus illustrés ainsi depuis sept ans : ils n'avaient plus eu la meilleure attaque de leur division depuis la cinquième journée de la saison 2008-09 (honneur partagé alors avec Ajaccio et Angers).

Certes, il a fallu du temps à l'équipe pour digérer les nombreux changements intervenus dans l'effectif. Certes, l'arrivée de nouveaux joueurs en fin de mercato a été positive. Mais si le Racing possède aujourd'hui la meilleure attaque, c'est principalement parce qu'il pense désormais à attaquer ! "Il y a eu un déclic contre Orléans, a d'ailleurs reconnu Nicolas Douchez. La différence, c'est l'application et l'intention qui ont été mises." Dusan Cvetinovic et Cristian Lopez - laissé trop prudemment sur le banc de touche lors des deux premières rencontres de septembre alors qu'il venait d'être désigné meilleur joueur du mois d'août dans son précédent championnat - ont d'ailleurs marqué chacun un but (respectivement face à Orléans et au Red Star) symptomatique du nouvel élan qui a guidé les Lensois depuis la gronde de Bollaert : plus il y a de joueurs qui accompagnent les attaques, plus les chances de récupérer un ballon repoussé par le gardien adverse sont grandes. Ce qui est une évidence pour le peuple de Bollaert a même été formulé par Casanova après le succès ramené de Valenciennes : "en jouant tous les coups à fond jusqu’à la dernière minute, on se donne toutes les chances d’en mettre un, et de gagner ce match".

Les chiffres ne mentent d'ailleurs pas : près de la moitié des buts lensois (sept sur quinze marqués cette saison en Championnat) ont été inscrits dans les 225 minutes jouées depuis la mi-temps du match contre Orléans (soit un but toutes les 32 minutes). Sixième pire attaque de Ligue 2 avant cette rencontre, les Artésiens n'avaient inscrit que huit buts dans les 675 minutes qui avaient précédé leur retour aux vestiaires sous les sifflets lors de la rencontre face aux joueurs du Loiret (soit un but toutes les 84 minutes).

FatherTom

Photo : rclens.fr

Publié dans Humeur

Et Bostock ?

Publié le par FatherTom

Et Bostock ?

Les noms des cinq présélectionnés pour l'élection du meilleur joueur de Ligue 2 du mois de septembre ont été annoncés hier par l'UNFP avant que la liste ne se réduise à trois unités aujourd'hui. Alors que la moitié des équipes ont déjà rencontré le RCL, il semble que beaucoup de joueurs ne connaissent pas encore John Bostock : le Trinidadien est en effet absent de la liste de cinq formulée par les joueurs de Ligue 2 !

Si le Racing possède, avec Nîmes, le meilleur bilan comptable du mois de septembre (onze points glanés en cinq rencontres), il le doit pourtant en partie à son "maître à jouer", comme le décrivait Philippe Leclercq dans La Voix du Nord la semaine dernière. "Il a une vision de jeu remarquable et une technique au-dessus de la moyenne", jugeait la semaine dernière Alain Casanova qui, un mois plus tôt, avait manié l'anaphore pour partager son enthousiasme sur un joueur que lui avait présenté quelques semaines plus tôt la cellule de recrutement lensoise. "Il est capable d’accélérer quand il faut, il est capable de mettre de la pause, il est capable de jouer long, il est capable de jouer court, il est capable de jouer combiné, il est capable de jouer individuel, il est capable de finir les actions, il a une grosse frappe de balle et il tire très bien les coups de pied arrêtés. C’est le profil du joueur de très haut niveau."

Didier Sénac, premier recruteur lensois à être allé observer Bostock en Belgique, est plus synthétique : "Il marque, il fait marquer, et en plus c'est un bon mec". Depuis le début de la saison, les performances de l'ancien joueur de Louvain ne font pas mentir l'ancien défenseur artésien. Bostock est en effet le meilleur buteur (5 buts) et le meilleur passeur (3 passes) lensois. En septembre, il s'est montré décisif à cinq reprises : en lançant Abdellah Zoubir vers le but à Clermont (1-1, le 16 septembre), en étant auteur d'un doublé - dont un but sur penalty - face à Orléans (4-2, le 20 septembre), en propulsant Benjamin Bourigeaud vers le but de la victoire à Valenciennes (1-2, le 24 septembre) et en transformant un nouveau penalty face au Red Star (2-0, le 30 septembre).

Avec de telles performances, Bostock auraient dû avoir largement sa place dans la liste des cinq présélectionnés pour le trophée UNFP. Il a par exemple suffi aux attaquants Faneva Andriatsima (Sochaux), Niel Maupay (Brest) et Jonathan Tinhan (Amiens) - en course en compagnie de Rachid Alioui (Nîmes) et de Mathieu Duhamel (Le Havre) - de marquer deux buts pour en faire partie. Cristian Lopez, auteur de deux réalisations et à l'origine de deux penalties en 276 minutes de jeu en septembre, se dit peut-être également aujourd'hui qu'il doit encore se faire connaître en France...

FatherTom

Publié dans Humeur

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 > >>