Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

273 articles avec humeur

Mauvais et éliminés

Publié le par Lance

Lens est éliminé de la Coupe de France. Les Sang et Or se sont inclinés sur le terrain de Bergerac (2-0), équipe de CFA. Ce n'est pas la première élimination du genre. Tous les clubs professionnels comptent d'ailleurs plusieurs défaites du genre, face à des amateurs qui se font une joie de punir des professionnels.

Une telle défaite constitue toujours une tache dans une saison. Elle passe d'autant moins inaperçue que le Racing s'était incliné lors de ses deux précédentes rencontres, contre Nîmes (1-3) et à Amiens (2-1). Lens compte désormais trois défaites de rang et quatre lors de ses sept derniers matches.

Alain Casanova estimait que la Coupe de France constitue "une autre approche que celle d’un match de championnat. Il faut vraiment avoir un état d’esprit différent car c’est un match couperet." On n'a pourtant pas vu de différence avec nombre de rencontres disputées en Ligue 2. Largement remaniée (sept changements au coup d'envoi), son équipe a joué son football : elle a souvent eu le ballon, a joué lentement (difficile de ne pas s'endormir devant l'écran après une journée de travail...), n'a jamais su construire de véritables actions et a balancé de longs ballons. Incapables d'inquiéter la défense adverse avant la 80ème minute, les Nordistes ont craqué à deux reprises (38ème et 48ème) et se sont logiquement inclinés.

L'entraîneur lensois s'est comme à son habitude montré impuissant face aux vents contraires. Son discours à la mi-temps n'a pas eu d'effets, si ce n'est un but encaissé moins de deux minutes après le coup d'envoi de la deuxième période. Ses changements, pour une fois effectués assez tôt, n'ont pas apporté grand chose, seul Lopez se distinguant après plus de trente minutes passées sur le terrain. Le football de possession qu'il cherche à mettre en place depuis sept mois est bien là. Il n'a produit aucune rencontre ayant enthousiasmé les supporters et apporte des résultats bien insuffisants. Ne serait-il pas le moment de passer à autre chose ?

Lance

Coupe de France 2016-17
1/16 de finale

Bergerac-Lens : 2-0
Buts : Bouscarrat (38ème), Covin (48ème)
Avertissements aux Lensois Zukanovic (40ème), Zedadka (69ème)

Lens : Vachoux (cap.) - Zedadka, Duverne, Lala, Scaramozzino - Beghin, Koukou, Bellegarde (Fortuné, 59ème) - Erasmus (Gérard, 52ème), Zukanovic (Lopez, 49ème), Autret. Entraîneur : Alain Casanova.

Lens

Publié dans Humeur

Encore un raté pour Casanova...

Publié le par FatherTom

Si les entraîneurs de foot ont toujours été soumis à l'instabilité de leur profession, il est de coutume depuis quelques saisons pour les présidents français de se séparer de leur technicien en invoquant une faute grave. Alors que le bilan actuel du Racing est aussi inquiétant que terne (voir notre article À force de reculer...), les dirigeants lensois comptent-ils se séparer, avant qu'il ne soit trop tard, d'Alain Casanova ? Celui-ci leur a en tout cas servi sur un plateau un motif qu'ils pourraient transformer en faute grave.

Alors qu'ils pouvaient enfin recruter, une fois la page Mammadov tournée, les dirigeants lensois été parvenus à obtenir la signature de Teddy Chevalier, attaquant suivi depuis plusieurs saisons. Malheureusement, le natif de Denain n'a guère eu la possibilité de montrer ce qu'il savait faire (voir notre article Le rêve de Chevalier a déjà pris fin). "C'est un formidable garçon avec beaucoup de qualités qui n'ont pas correspondu à ce que je pouvais attendre par rapport à mon modèle de jeu", avait justifié Casanova après le départ du joueur connu en Belgique pour tout donner sur le terrain.

"Je pense qu'il a rapidement perdu confiance en lui et en nous", avait poursuivi l'entraîneur lensois. Chevalier semble avoir rapidement retrouvé confiance en lui : comme il l'avait fait cet été avec l'équipe réserve lensoise avant d'être définitivement écarté, il vient d'enchaîner trois buts en deux matches. Le nouveau joueur de Courtrai a en effet inscrit ce week-end un doublé, une semaine après avoir retrouvé le chemin des filets.

Être resté borné et ne pas avoir vu les qualités d'un joueur recruté à titre onéreux, n'est-ce pas une faute grave pour un entraîneur ? Comme Chevalier, nombreux sont ceux à avoir perdu confiance en Alain Casanova, à condition du moins d'en avoir un jour éprouvé...

FatherTom

Publié dans Humeur

À force de reculer...

Publié le par Lance

Les supporters lensois étaient nombreux cet après-midi au Stade de la Licorne. Ils en sont revenus avec une défaite. Rentrer d'Amiens vaincu est une bien mauvaise habitude pour les fans du Racing. C'était arrivé à huit reprises à l'occasion des seize matches de Ligue 1 joués à Amiens durant la rénovation de Bollaert, en 2014-15. Cette saison-là, Lens avait été interdit de recrutement en raison des engagements non tenus par son actionnaire, Hafiz Mammadov. Repris cet été par Solférino, le Racing a cette saison pu recruter. Il a pourtant rarement séduit et accumule les déceptions.

Une semaine après s'être inclinés contre Nîmes (1-3), les Lensois ont perdu en Picardie (1-2). Menant au score grâce à un penalty de Lopez (19ème), ils n'ont pas réussi à creuser l'écart malgré des situations intéressantes. Puis ils ont comme d'habitude reculé, reculé, reculé. Déjà mis en difficulté en fin de première période, les Sang et Or ont subi les assauts amiénois au retour des vestiaires. Lens voulait avant tout tenir, ce que reconnaît Alain Casanova. "On s'est un peu arrêté de jouer, constatait ainsi l'entraîneur à l'issue de la rencontre. Notre objectif était de gérer notre avantage mais on ne peut pas se reposer sur un contrôle du résultat. Il fallait, au contraire, avoir pour objectif d'avoir un minimum de contrôle sur le jeu." À force de vouloir se contenter du minimum, l'inéluctable est arrivé. Les 12 000 personnes présentes au stade l'avaient deviné depuis bien longtemps... à l'exception d'un entraîneur qui passe ses matches à marcher devant son banc de touche sans avoir beaucoup d'influence positive sur son équipe. Mamilonne a égalisé dans la dernière minute du temps réglementaire puis Kamara a permis à son équipe de prendre les trois points de la victoire (90ème +2). Le miracle de Tours ne s'est évidemment pas répété. Le Racing n'a pas marqué dans les dernières secondes de jeu. Comme à Troyes, à Clermont ou à Auxerre, Lens a perdu des points en déplacement en raison d'une philosophie de jeu néfaste.

Le RCL est désormais troisième avec six points de retard sur le leader, Brest. Une victoire de Reims sur la pelouse du Red Star, lundi, lui ferait encore perdre une place alors que Strasbourg (sixième avec deux points de moins que le RCL) compte un match en retard à jouer contre Tours. La thèse de l'accident développée après la défaite contre Nîmes par Alain Casanova n'était évidemment pas la bonne (voir notre article Pas qu'un accident). Nicolas Douchez et ses partenaires se sont inclinés à trois reprises lors des cinq dernières journées et sont douzièmes au classement établi depuis la dix-huitième journée (treizième si Reims prend un point lundi). Une place conforme aux prestations lensoises. Il est urgent de changer d'hommes, de philosophie de jeu et/ou d'état d'esprit avant qu'il ne soit trop tard...

Lance

Championnat de France 2016-16 - Ligue 2
Vingt-deuxième journée

Amiens-Lens : 2-1
Buts : Lopez (19ème, s.p.) pour Lens ; Mamilonne (90ème), Kamara (90ème +2) pour Amiens
Avertissements à l'Amiénois Kamara (59ème) ; au Lensois Bourigeaud (45ème)

Amiens : Gurtner - El-Hajjam, Adenon, Dibassy, Ielsch - Monconduit (cap.) (Ndombele, 79ème), Fofana - Soumah, Bourgaud (Manzala, 63ème), Charrier (Mamilonne, 78ème) - Kamara. Entraîneur : Christophe Pélissier

Lens : Douchez (cap.) - Opare (Zedadka, 68ème), Duverne, Cvetinovic, Lala - Bostock, Bourigeaud - Gérard (Autret, 85ème), Fortuné, Zoubir (Erasmus, 90ème +3) - Lopez. Entraîneur : Alain Casanova.

Publié dans Humeur

Coaching manquant

Publié le par FatherTom

Il y a des matches qui paraissent plus longs que d'autres... Au cours de la seconde mi-temps du match Lens-Nîmes (1-3), samedi dernier, le chronomètre semblait aussi gelé que les spectateurs de Bollaert. Il est vrai que les Sang et Or, menés au score, en faisaient peu pour les réchauffer.

Quand l'équipe en place semble être dans une impasse, du sang frais peut être le bienvenu. Depuis le début de la saison, cinq remplaçants se sont d'ailleurs montrés décisif : Kévin Fortuné, auteur de l'égalisation finale face à Tours (2-2) le 5 août ; Benjamin Bourigeaud, amenant la victoire à Valenciennes (1-2) le 24 septembre ; Viktor Klonaridis, auteur de l'égalisation face à Reims (1-1) le 22 octobre ; Jean-Ricner Bellegarde, auteur de la passe décisive face aux Champenois ; Mathias Autret, lançant Fortuné vers le but de la victoire face au Gazélec Ajaccio (2-1) le 17 décembre.

Malheureusement, face à Nîmes, la résignation avait envahi le banc de touche. "Le troisième but a sonné la fin de nos espérances", lançait ainsi Alain Casanova. Il restait pourtant près d'une demi-heure à ses joueurs pour tenter de revenir dans le match. Pour la neuvième fois de suite en Ligue 2, l'entraîneur lensois allait se contenter de ne procéder qu'à deux changements, alors qu'il est autorisé à en faire trois.

Depuis le 22 octobre, dernière fois où le coach artésien a remplacé trois joueurs, c'est donc l'équivalent de neuf joueurs qui auraient pu prétendre jouer mais qui ont dû se contenter de regarder leurs partenaires. La gestion de son effectif par Casanova interpelle : en plus de se passer définitivement des services de certains joueurs (voir notre article Le rêve de Chevalier a déjà pris fin), l'ancien Toulousain réduit drastiquement le groupe de ceux qui jouent.

FatherTom

Photo : rclens.fr

Publié dans Humeur

L'éphémère capitaine quitte le navire

Publié le par Lance

Arrivé au RC Lens en juillet 2014, Loïck Landre a été transféré au Genoa. Le défenseur a disputé 79 matches de Championnat (53 de L2, 26 de L1) dont un seul cette saison alors qu'il venait d'accepter le brassard de capitaine. Chacun entre dans l'histoire du club comme il le peut !

"Je suis serein dans ma tête, affirmait le joueur le 27 juillet, à deux jours du début du Championnat. Je suis à Lens et je suis à 100% lensois. Tout va bien !" Tout allait tellement bien que le nom de Landre, inscrit dans le groupe retenu pour la deuxième journée contre Tours, ne figurait pas sur la feuille de match. "Loïck Landre a eu une sollicitation le concernant d’un club étranger, expliquait Alain Casanova à l'issue de la rencontre. J’ai donc décidé de me passer de ses services car pour réussir notre mission qui était de gagner ce soir, je veux faire avec des joueurs que je sens totalement concernés par l’objectif et le respect de l’écusson du RC Lens. Je préfère donc l’écarter du groupe tant que le mercato n’est pas terminé."

Le 22 août, l'entraîneur lensois faisait part de sa déception au sujet du joueur. "On n’a jamais de garantie sur les joueurs, déplorait-il. Je ne le condamne pas. Je l’ai juste un peu mauvaise car j’avais pris des engagements envers lui et vice versa. Je croyais vraiment qu’il allait être un joueur majeur et important pour tenir nos objectifs. Maintenant, il a décidé d’avoir un autre discours vis-à-vis du club et de l’équipe. On va attendre ce qui se passera le 31 août. Si jamais il est encore là le 1er septembre, il redeviendra un joueur lensois qui devra être compétitif. Ça fait trois semaines que ça dure, et depuis, des joueurs se sont affirmés. Je ne tiens compte ni du statut, ni du contrat, ni de l’âge. Je tiens compte de la performance ! Des joueurs sont installés en défense centrale. Il faudra être costaud pour les déloger. Il faut réagir de manière professionnelle. Loïck a peut-être fauté mais ça reste un humain avec un jeune âge. Sur le plan humain, il est respectable donc il n’est pas question d’avoir une mauvaise approche avec lui ou de lui faire payer quoi que ce soit. Il s’entraîne donc comme les autres mais à l’écart, pour être prêt s’il s’en va ou jusqu’à ce que le mercato soit terminé." La période estivale des transferts close, Loïck Landre n'est jamais réapparu dans le groupe et n'a eu l'opportunité de regagner sa place. Il est vrai qu'on n'avait pas vraiment envie de revoir sous les couleurs Sang et Or un joueur acceptant la fonction de capitaine et jurant être 100% lensois pour finalement changer d'avis au premier beau chèque proposé...

À 24 ans, Landre quitte le Pas-de-Calais avec l'image d'un joueur disposant d'un potentiel intéressant mais manquant encore de régularité. Il a participé à la montée de 2014... et contribué par sa volonté de transfert à l'abandon du 5-3-2 cet été.

Lance

Photo : rclens.fr

Publié dans Humeur

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 > >>