Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

273 articles avec humeur

Que Bollaert soit une nouvelle fois une force !

Publié le par FatherTom

Que Bollaert soit une nouvelle fois une force !

Dans sept semaines, il en sera terminé de la saison 2016-17. Les Sang et Or sauront s'ils ont atteint leur objectif de remontée en Ligue 1. Hasard du calendrier, les Lensois auront la chance de jouer cinq fois à Bollaert lors des huit dernières journées, dont deux fois contre des concurrents directs : cet après-midi ils accueilleront Brest avant de recevoir Strasbourg en mai, au cœur d'une série de trois matches à domicile lors des quatre dernières rencontres de la saison.

Si l'ennui et la déception ont souvent plané sur Bollaert cette saison, les joueurs d'Alain Casanova ont su dernièrement inverser le cours des choses en affichant une nouvelle mentalité de conquérants. À l'entame de la trente-et-unième journée, les Nordistes possédaient le sixième meilleur bilan de Ligue 2 à domicile alors qu'ils comptaient un match de moins chez eux que leurs concurrents. Ils restent sur trois victoires de rang à Bollaert (face à Clermont 3-1, Valenciennes 2-0 et Sochaux 2-1) où ils n'ont été battus que deux fois (face à Amiens 0-1 et Nîmes 1-3), record de la division. "À domicile, le Racing est la seule formation à concéder moins de huit tirs en moyenne par match", peut-on lire cette semaine dans un article chiffré publié par le site de la Ligue.

"Ce public est une force et non pas une faiblesse", a lancé cette semaine Kenny Lala. Après avoir longtemps inhibé les joueurs d'Alain Casanova, la ferveur de Bollaert leur est enfin une aide. Comme lors des récentes rencontres, le douzième homme lensois devra tout donner aujourd'hui pour accompagner les joueurs vers la victoire. "On a eu l’aide d’un public extraordinaire, s'enthousiasmait par exemple l'entraîneur lensois après la victoire face à Valenciennes, le 25 février. Il a été très important dans notre victoire. Je dédie les trois points à nos supporters responsables de ce que l’équipe a fait aujourd’hui." Deux semaines plus tard, 28 000 spectateurs avaient marqué le but de la victoire face à Sochaux (voir notre article Bollaert vibre et Lens vire en tête). "Le public aide Lens à aller chercher le résultat en seconde période", n'avait pu que constater Albert Cartier, entraîneur des Lionceaux.

"Je n’ai jamais connu ça. Que ce soit à domicile ou à l’extérieur, les supporters chantent de la première à la dernière minute, racontait récemment Habib Habibou. Je pense qu’il n’y a qu’à Bollaert qu’on ressent ça." Il reste encore de très rares places à vendre sur la billetterie en ligne du club si vous n'avez pas encore votre billet pour venir aider les Sang et Or à prendre les trois points.

FatherTom

Publié dans Humeur

Enfin du foot !

Publié le par Lance

L'équipe d'Alain Casanova a souvent fait naître l'ennui depuis le début de saison. Hier face au Red Star, sur le pelouse de Jean Bouin, elle s'est enfin montrée séduisante. Qu'a-t-elle fait pour cela ? Elle a joué, tout simplement. Les longues phases de possession menant à Nicolas Douchez ont été rares. Le Racing avait envie d'aller de l'avant et de se créer des occasions. Il a frappé vingt-quatre fois au but et cadré à dix reprises.

Des mauvais choix, de la maladresse et un très bon gardien adverse ont longtemps empêché les Sang et Or de marquer. Menés à deux reprises contre le cours du jeu à la suite d'erreurs défensives, les Lensois sont à chaque fois revenus à la marque et ont été récompensés de leur bon match dans le temps additionnel, Lopez offrant la victoire au RCL sur un bon centre d'Hafez.

Dix-septième équipe de Ligue 2 entre la vingtième et la vingt-quatrième journée, Lens est premier sur les quatre derniers matches (trois victoires et une défaite). Les succès face à Clermont (3-1) et Valenciennes (2-0) n'avaient pas été convaincants, celui face au Red Star (2-3) l'est beaucoup plus. C'est en jouant comme il l'a fait hier que le RCL se montre dangereux, a le plus de chances d'atteindre son objectif de montée et peut espérer revenir la saison prochaine à Paris pour jouer dans l'enceinte située de l'autre côté de la rue Claude Farrère.

Lance

 

Championnat de France 2016-17 - Ligue 2
Vingt-huitième journée

Red Star - Lens : 2-3
Buts : Ngamukol (32ème), Sané (80ème) pour le Red Star ; Bourigeaud (51ème), Habibou (87ème), Lopez (90ème +2) pour Lens
Avertissements aux Audoniens Lefebvre (83ème), Hergault (88ème), Lembet (89ème) ; au Lensois Zoubir (78ème)

Red Star : Lembet - Hergault (cap.), Demel (Mendy, 53ème), Palun Lefebvre - Ngamukol, Makhedjouf (Mexique, 67ème), Sylvestre, Chavalerin - Mhirsi - Toudic (Sané, 75ème). Entraîneur : Claude Robin

Lens : Douchez (cap.) - Lala, Duverne, Cvetinovic, Hafez - Bostock, Bourigeaud - Zoubir, Erasmus (Fortuné, 52ème), Autret (Habibou, 78ème) - Lopez. Entraîneur : Alain Casanova.

Photo : La Voix du Nord

Publié dans Humeur

C'était mieux avant

Publié le par Lance

Les matches entre Lens et Valenciennes ont longtemps échappé aux ambiances tendues existant très souvent entre les clubs géographiquement proches. Les couleurs des deux clubs pouvaient se mélanger en tribune. Les supporters des deux clubs, socialement très proches, se respectaient, voire s'applaudissaient.

Depuis le refus du VAFC de louer le Stade du Hainaut au RCL, en 2014, l'ambiance entre les deux publics a changé. Les deux clubs, séparés d'une soixantaine de kilomètres, se sont retrouvés samedi à Bollaert pour la quatrième fois depuis l'épisode du stade. L'ambiance n'avait probablement jamais été aussi mauvaise. Les insultes - souvent lancées par les capos, est-ce vraiment leur rôle ? - ont été nombreuses. Lorsque Mathias Autret a inscrit le deuxième but de la rencontre, beaucoup ont choisi de s'en prendre verbalement aux voisins. C'est seulement après que le nom du buteur a été scandé. Il y a apparemment des priorités...

L'ambiance du derby contre Valenciennes tend à se rapprocher de celle existant lors des rencontres face à Lille. Ce n'est pas une bonne idée. C'était mieux avant.

Lance

Publié dans Humeur

Incroyable mais vrai, Lens est deuxième !

Publié le par Lance

Lens s'est imposé hier face à Valenciennes (2-0) et occupe désormais la deuxième place du classement (le Racing reculerait d'une place en cas de victoire de Reims contre Brest, demain). Un miracle pour un club qui pointait avant le match à la quinzième place du bilan 2017 avec deux victoires, deux nuls et trois défaites. Un miracle au vu de la pauvreté du jeu encore une fois affichée.

Alain Casanova avait enfin décidé de procéder à de nombreux changements dans son onze de départ. Hafez, Bourigeaud, Autret, Erasmus et Habibou ont hier été préférés à Opare, Koukou, Gérard, Zoubir et Lopez. Le jeu mis en place par les Artésiens a cependant été identique à celui pratiqué depuis le début de saison. Le ballon circule lentement, les changements de rythme sont rares, les joueurs font preuve de la plus grande prudence et repassent souvent par derrière. Bref ça ronronne, ce n'est pas très dangereux pour l'adversaire et ça ennuie le public. Face à un adversaire d'un faible niveau, la première mi-temps lensoise a été très mauvaise, la deuxième sauvée par quelques bonnes minutes.

Le RCL a pris les trois points. C'est l'essentiel et c'est même la seule chose à retenir de ce match. Mais comment enchaîner les victoires et réaliser un véritable parcours d'équipe aspirant à la Ligue 1 en jouant aussi mal ?

Lance

Championnat de France 2016-17 - Ligue 2
Vingt-septième journée

Lens-Valenciennes : 2-0
Buts : Cvetinovic (58ème), Autret (63ème)
Avertissements aux Lensois Erasmus (21ème), Bostock (42ème), Lala (65ème), Fortuné (87ème) ; au Valenciennois Aloé (20ème)

Lens : Douchez (cap.) - Lala, Duverne, Cvetinovic, Hafez - Bostock, Bourigeaud - Fortuné, Erasmus (Zoubir, 58ème), Autret (Gérard, 75ème) - Habibou (Lopez, 54ème). Entraîneur : Alain Casanova

Valenciennes : Perquis - Néry (Tameze, 70ème), Aloé, Kantari, Niakhaté (Faustin, 70ème) - Fulgini, Nestor, Ciss - Roudet (cap.) - Ndao, Azbague (Ambri, 59ème). Entraîneur : Faruk Hadzibegic.

Publié dans Humeur

La colère monte

Publié le par Lance

"Ça grince déjà un peu parmi les supporters", pouvait-on lire dans La Voix du Nord quelques jours après le match contre Troyes (23ème journée). Ce soir là, une partie du public s'en était pris aux joueurs par des "Lensois, bouge ton cul" mais aussi à l'entraîneur. Le nom de Casanova avait pour la première fois été sifflé quelques minutes avant le coup d'envoi de la rencontre, lors de l'annonce de la composition des équipes, puis son départ avait été réclamé à la fin d'un triste 0-0 (voir notre article "Casanova casse-toi").

L'arrivée de l'ancien entraîneur de Toulouse dans le Pas-de-Calais, en juin, n'avait pas soulevé un enthousiasme particulier. Le jeu qu'il avait mis en place sur les bords de la Garonne avait endormi les spectateurs du Stadium et le même phénomène était redouté dans l'enceinte artésienne. La philosophie de jeu de Casanova a rapidement lassé les supporters lensois. Bollaert n'est pas habitué à ce jeu de possession et n'y aspire pas. Faire tourner le ballon sans provoquer le danger chez l'adversaire est non seulement pas spectaculaire mais en plus pas efficace. Le Racing a rarement séduit depuis le début du Championnat et n'a pas encore livré de "match référence". L'absence de progrès, des compositions d'équipes qui ne convainquent pas mais sont souvent reconduites match après match, des changements de joueurs trop rares et trop tardifs, la mise à l'écart de trop nombreux joueurs et une mauvaise communication (voir nos articles Comme une incompréhension et Le Top 10 des mauvaises excuses de Casanova) sont d'autres reproches faits à un entraîneur de plus en plus contesté.

Casanova conserve sa place malgré la très mauvaise série de résultats (quatre défaites, deux nuls, une victoire lors des sept dernier matches, toutes compétitions confondues). Il le doit essentiellement au rythme lent adopté par la plupart des autres candidats à la montée. "Mis à part Brest qui a quelques points d’avance, il y a beaucoup d’irrégularités dans le championnat, observait l'ancien gardien de but hier face à la presse. Il y a un manque de constance sinon les équipes se seraient envolées. On s’aperçoit que les cinq équipes qui sont en tête ont un minimum de six défaites. C’est compliqué pour tout le monde."

Les supporters lensois sont déçus depuis le début de saison et en colère depuis un peu plus d'un mois. Dans ce contexte, n'importe quel événement peut devenir explosif. Les gestes* de Kévin Fortuné et de Abdellah Zoubir après leur but contre Clermont ont été condamnés par une banderole à Orléans ("Zoubir, Fortuné, ne prenez pas le melon, vous avez juste battu Clermont"), les tweets de Habib Habibou saluant la victoire du PSG contre Barcelone ont été à l'origine de sifflets et d'insultes lors de sa première apparition sous le maillot Sang et Or (le joueur ne pourrait donc pas se féliciter d'un exploit de son club formateur ?) et la sixième défaite de la saison en Ligue 2 a provoqué quelques incidents à la sortie du Stade de la Source (insultes et jets de boissons lorsque les joueurs ont regagné leur bus).

Gervais Martel a demandé à chacun de reprendre ses esprits et de jouer son rôle. "Un joueur qui fait un geste déplacé, c’est répréhensible, tout comme un supporter qui va trop loin. Il faut que tout le monde se calme. [...] Je n’excuse rien de ce qui s’est passé à Orléans, mais là on est dans une frustration collective qui dépend surtout des résultats. Mon entraîneur, mes joueurs n’ont pas lâché, et le public non plus. Contre Clermont, quand on a été menés, ils nous ont aidés. On est ensemble, dans la même barque, et on doit se remettre dans le sens de la victoire. Il n’y a rien qui soit irrattrapable." Alain Casanova est, lui, moins affirmatif et ne semble pas dérangé à l'idée que tout le monde puisse ne pas être dans le même bateau. "Que les gens soient avec nous, ce serait la meilleure des choses. Mais s’ils ne le sont pas, on va quand même tout faire pour monter. [...] Je ne veux pas faire d’amalgame. Cette impatience est peut-être encore plus caractérisée par une petite frange. J’ai assez d’expérience pour savoir que parfois, il peut y avoir certains débordements regrettés par ceux qui les commettent. Je pense qu’il y a une grande partie du public qui est avec l’équipe. L’autre partie est là quand les choses vont bien. Quand elles vont moins bien, j’ai l’impression que les émotions sont difficiles à gérer." Ce n'est pas complétement faux mais ce n'est assurément pas le meilleur moyen d'obtenir l'union sacrée, demain contre Valenciennes...

Lance

* Réactions de Fortuné et de Zoubir contre Clermont (source : Quentin Dagbert, Twitter).

Photo : La Voix du Nord

Publié dans Humeur

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 > >>