Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

273 articles avec humeur

C'est pas encore les vacances !

Publié le par FatherTom

C'est pas encore les vacances !

Ce soir, à l'issue de la réception de Nice à la Licorne, les Lensois auront fait le tour de la Ligue 1. La journée de ce week-end marquant la fin des matches aller, les Sang et Or auront en effet rencontré chacun de leurs adversaires depuis le 9 août, date de leur retour sur une pelouse de Ligue 1, à Nantes... avec cette sensation de ne jamais avoir été ridicules et d'être plus d'une fois tombés sur moins bon qu'eux. Mais la traduction au classement n'est malheureusement pas automatique : au coup d'envoi de la rencontre face aux Aiglons, les Lensois seront relégables avec trois points de retard sur le dix-septième.

"Pour nous, il s’agit d’un rendez-vous très important car nous souhaitons finir l’année sur un succès et posséder dix-neuf points à la trêve, explique Antoine Kombouaré. Cela nous permettrait d’envisager les matches retour dans les meilleures conditions. Par contre, si l’on ne gagne pas, cela deviendra très compliqué…" Face à des Azuréens qui ont déjà gagné à trois reprises loin de la Promenade des Anglais, les Lensois devront utiliser les armes qui font la fierté de leurs supporters. "Cette saison, nous n’avons d'autre choix que de proposer cette même marque de fabrique : ne jamais lâcher, continue l'entraîneur artésien. Nous devons donner le meilleur de nous-mêmes. Notre générosité permet de compenser les lacunes techniques, le manque d’expérience et la jeunesse de notre effectif."

Même si les joueurs nordistes ont peu d'expérience, tous étaient déjà au club il y a un an. Tous se souviennent donc que les seize joueurs convoqués le 19 décembre 2013 pour affronter Istres étaient déjà en vacances au moment de clore les cinq premiers mois du précédent exercice. La tête ailleurs, les Sang et Or avaient complétement raté leur match, à l'image d'un penalty mal frappé par Danijel Ljuboja et arrêté par Lejeune dès les premières minutes de jeu. Battus dans les duels, désorganisés, peu dangereux offensivement, les dauphins du leader messins avaient laissé les Provençaux l'emporter (1-2) alors que ces derniers n'avaient pris que deux points à l'extérieur à ce stade de la compétition ! "On partait en vacances avec une défaite, se souvient aujourd'hui Kombouaré. On s’est rendu compte à la fin de la saison que ça avait causé pas mal de dégâts parce que l’on avait été grande difficulté à partir de ce match à Bollaert".

Aujourd'hui, Lens ne peut se permettre de s'ajouter des handicaps en passant la trêve avec le souvenir d'un résultat négatif. Il faudra aux jeunes artésiens imiter leurs ainés de la saison 2009-10, vainqueurs de Saint-Étienne (1-0) trois jours avant Noël. Les Lensois n'ont en effet plus remporté leur dernier match à domicile d'une année civile depuis le 22 décembre 2009 ! Depuis, ils ont successivement déçu face à Auxerre* (1-1 le 4 décembre 2010), Châteauroux (2-3 le 20 décembre 2011), Guingamp (1-1 le 17 décembre 2012) et Istres. "C'est essentiel et capital de gagner pour pouvoir passer de bonnes fêtes et surtout préparer la deuxième partie de saison avec le sourire", clame Kombouaré. Le message adressé aux joueurs doit donc être clair : les vacances, c'est seulement à partir de demain !

FatherTom

*En 2010-11, Lens avait bien gagné face à Caen (2-0) lors de la dix-huitième journée mais le match, initialement programmé le 18 décembre, s'était joué le 22 janvier en raison des difficultés d'accès au stade dues aux intempéries.

Déclarations : lensois.com et rclens.fr

Publié dans Humeur

Ils étaient quatre ; il n'en reste que deux

Publié le par Lance

Ils étaient quatre ; il n'en reste que deux

Lorsque la DNCG l'a interdit de recrutement, le 5 août, le RC Lens avait prévu de faire signer des prolongations de contrat à trois joueurs : Ala-Eddine Yahia (22 matches de L2 en 2013-14), Benjamin Boulenger (2 matches) et Samuel Atrous (troisième gardien derrière Alphonse Areola et Rudy Riou la saison passée). Quinze jours plus tard, Landry N'Guemo (sans club depuis la fin de son contrat à Bordeaux) venait s'entraîner à la Gaillette. "S’il n’était pas chez nous, il se trouverait seul à courir dans les bois, expliquait Antoine Kombouaré fin août. Nous lui offrons une structure, un cadre, des copains, un staff. Il est donc super content et a hâte d’une issue favorable à sa situation. La chose qu’on peut faire pour ce garçon est de le laisser venir s’entrainer avec nous, de se préparer. Et s’il est là, c’est parce que je ne pense qu’à le faire signer pour le voir intégrer l’effectif."

Autorisé depuis mardi à recruter dans la limite de 500 000 euros de masse salariale supplémentaire*, Lens a fait signer deux des quatre joueurs qui espéraient en août porter le maillot Sang et Or : Benjamin Boulenger et Samuel Atrous (la durée de leur contrat n'a pas été communiquée). Les deux autres joueurs ont, eux, quitté le Pas-de-Calais.

Ala-Eddine Yahia s'est engagé le 1er octobre à Caen."Je suis vraiment triste d’avoir quitté Lens dans ces conditions, confiait alors le défenseur. Tout le monde sait à quel point je suis attaché à ce club, j’y ai quand même passé six ans.En aucun cas, quand j’étais en centre de rééducation cet été, j’imaginais attaquer la saison autre part. Je me suis fait opérer le 15 avril, j’avais signé un nouveau contrat le 11. Et puis la DNCG a interdit le club de recrutement. Ça faisait six ans que j’étais là-bas, mais étant donné que c’était un nouveau contrat, j’étais considéré comme une recrue. Je me suis retrouvé au chômage, dans l’attente que la situation se débloque. Au début je ne m’en préoccupais pas trop, vu que j’étais blessé. Ensuite, plus je sentais mon retour arriver, plus j’avais de craintes parce qu’à trente-trois ans, j’avais toujours envie de jouer. Je ne me voyais pas attendre que les 4 millions arrivent. Il n’y avait aucune certitude, et moi je n’aime pas vivre comme ça."

Comme le Tunisien, Landry N'Guemo se voyait intégrer l'effectif d'Antoine Kombouaré. "J’ai hâte de pouvoir reprendre la compétition et j’espère vraiment que ce sera avec Lens, où j’ai été merveilleusement bien accueilli, déclarait-il début octobre. On sent qu’il y a une passion incroyable pour le club. Lorsque les entraînements sont ouverts au public, il y a un monde fou. Après 3 saisons à Bordeaux, c’est ici que j’ai envie de continuer ma carrière. Dans mon esprit, je suis déjà Lensois." Depuis hier, le milieu de terrain s'entraîne pourtant avec l'équipe réserve de Nancy."Le feu vert de la DNCG pour recruter est enfin arrivé mais je ne signerai pas au RC Lens, reconnaît le Camerounais. J’ai discuté avec le président Gervais Martel qui m’a dit qu’il restait malgré tout bloqué financièrement et qu’il ne pouvait pas m’offrir le contrat prévu au départ. Je suis déçu, bien sûr, j’aurais aimé défendre les couleurs lensoises après avoir partagé la vie du groupe pendant quatre mois, mais c’est comme ça, c’est le football." N'Guemo a refusé le contrat revu à la baisse qui lui était proposé et se trouve donc toujours au chômage.

Avant de clore sa phase aller, demain contre Nice, le RCL compte donc deux joueurs de plus. Samuel Atrous et Benjamin Boulenger renforcent quantitativement l'effectif lensois et leur présence permettra à Valentin Belon et Quentin Lecœuche de pouvoir évoluer davantage en équipe réserve.Les renforts qualitatifs n'ont pas pu signer au Racing. Pour recruter des joueurs prétendant à une place de titulaire, il faudra attendre janvier.

Lance

* Dans son édition de mercredi, L’Équipe évoquait une augmentation de la masse salariale de 300 000 à 400 000 euros ; le quotidien évoque aujourd'hui 500 000 euros.

Publié dans Humeur

Coupe de France : la fidélité non récompensée

Publié le par FatherTom

Coupe de France : la fidélité non récompensée

Après le match de vendredi face à Nice et quelques jours de repos, les Sang et Or entreront de plain-pied dans la seconde partie de saison à l'occasion du 1/32 de finale de Coupe de France face à Lyon, actuel troisième du Championnat. Lorsque Jean-Claude Blanc, directeur général délégué du PSG, et Alain Roche, corecordman du nombre de victoires dans la compétition, ont tiré successivement les boules de Lens et de Lyon, certaines questions sont apparues. La communication ce mardi du Racing permet d'y voir un peu plus clair.

Alors que le match de Coupe de la Ligue face à Créteil s'est disputé à Amiens et que Antoine Kombouaré souhaite habituer le plus possible ses joueurs à évoluer à la Licorne, l'entrée en lice du RCL se fera le dimanche 4 janvier à 14h15 à Calais. "En début de saison, on avait été extrêmement bien reçu par l’équipe municipale de Calais, explique Gervais Martel. Nous envisagions de jouer les matches de championnat dans cette ville qui est de notre département. Malheureusement, Calais ne peut recevoir que des matches de Coupe de France et non de Coupe de la Ligue et de Championnat pour des raisons de vidéo surveillance. [...] Je m'étais engagé auprès de la ville de Calais. Si c'était un tirage à domicile en Coupe de France, on jouerait à Calais."

Une fois le stade accueillant le match connu, restait à décider de la manière de le remplir. Contrairement aux saisons précédentes, les abonnés n'ont ni réduction du prix de la place, ni priorité d'achat ! Les nombreux supporters contraints de parcourir bon nombre de kilomètres depuis le Bassin Minier, l'Artois, la métropole lilloise, le Hainaut, la Côte, les Flandres, la Belgique ou la Picardie pour se rendre à Amiens ou à Saint-Denis n'ont donc aucun geste de la part du club. En cette saison où aller encourager les Sang et Or "à domicile" représente un coût non négligeable, il aurait été de bon ton de récompenser les plus fidèles supporters... Le match de Coupe de France s'apparente plutôt à une étape maritime d'une tournée du Racing Club de Lens. La communication du club de n'y est pas trompée en mettant en lumière le Calaisien Benjamin Bourigeaud sur l'affiche de la rencontre.

Chacun devra donc acheter ses places au même moment, demain, jour d'ouverture de la billetterie. A moins de vingt-quatre heures du début des transactions, toutes les interrogations n'ont pas été levées. Le club n'a ainsi pas encore indiqué dans quelle tribune se trouverait le kop...

FatherTom

Le RCL a finalement indiqué que le kop serait placé en tribune Est (catégorie 3, 15 euros).

Publié dans Humeur

Lens a rendez-vous avec la DNCG

Publié le par Lance

Lens a rendez-vous avec la DNCG

Le Racing Club de Lens sera auditionné par la DNCG ce mardi à 14h30. Gervais Martel retrouvera au siège de la LFP Richard Olivier, l'homme qui avait prédit en août le dépôt de bilan du Racing. "Lens ira-t-il au bout de la saison, s'interrogeait-il alors ? Je ne le crois pas, malheureusement. Les faits nous ont toujours donné raison." C'est peut-être aussi en pensant au président de l'instance de contrôle de gestion que Martel s'en est pris hier à ceux qui ont annoncé la mort du RCL. "Je suis sidéré d'entendre des choses qui sont totalement fausses, de lire des rumeurs de malades."

La DNCG avait exigé le versement sur le compte du club de quatre millions d'euros pour lever l'interdiction de recrutement infligée le 5 août. Cette somme ayant enfin été réunie, Lens devrait en toute logique être enfin autorisé à recruter. Le gendarme financier pourrait toutefois contrôler le recrutement artésien en encadrant sa masse salariale et/ou en l'interdisant de transferts onéreux. De telles décisions n'auraient en fait aucune conséquence pour le club du Pas-de-Calais qui n'a l'intention de se renforcer qu'avec des joueurs libres ou prêtés et qui a de la marge dans la gestion de sa masse salariale (fixée à treize millions d'euros lors de la présentation du budget 2014-15, elle est actuellement de six millions).

S'il est autorisé à recruter, le RCL proposera alors dans la foulée un contrat à Samuel Atrous, Benjamin Boulenger et Landry N'Guemo avant d'accueillir deux ou trois joueurs supplémentaires en janvier. Une prolongation de contrat sera également proposée à plusieurs jeunes talents lensois.

La DNCG peut-elle maintenir l'interdiction de recrutement prononcée à l'encontre du RCL ? Il serait incompréhensible qu'un supposé versement de quatre millions d'euros en août ait autorisé le club à rémunérer des joueurs pour onze mois alors que le même apport en décembre empêche le paiement de joueurs durant six mois.

Gervais Martel refuse que l'instance de contrôle de gestion attende le versement des quatorze millions attendus en janvier pour permettre au Racing de se renforcer. "Vous connaissez un commerce où on doit avancer l'ensemble des recettes au 1er janvier ? Ça n'existe nulle part sauf à la DNCG en France. Je m'en expliquerai avec eux." Le président lensois compte sur la garantie que constituent les accords signés avec un groupe azerbaïdjanais. "Je présenterai un plan A avec Hafiz Mammadov et un plan B avec un autre actionnaire azéri susceptible de se substituer à Mammadov", indique-t-il ce matin dans les colonnes de L'Equipe. Le natif de Oignies semble davantage compter sur la deuxième hypothèse. "J'ai du respect pour Hafiz Mammadov et pour ce qu'il a fait jusqu'à maintenant. Mais je ne peux pas vivre dans le passé. Je me tourne vers l'avenir." Une page semble se tourner...

Martel espère également que les désaccords apparus ces derniers mois entre la DNCG et le RCL ne porteront pas préjudice à son club. "La DNCG a rétrogradé le RC Lens en deuxième division parce que Hafiz Mammadov n'avait pas amené d'argent en juillet. Le CNOSF a donné raison au RCL et l'a maintenu en première division. La DNCG a été contrariée par cette décision mais je me fous pas mal de ce que pensent les uns et les autres."

Si Lens n'obtenait pas gain de cause cet après-midi, le club "agira en conséquence", prévient Martel. Le Racing pourrait alors faire appel de la décision prise par le gendarme financier puis saisir le CNOSF. Quoi qu'en pense la DNCG.

Lance

Vous pouvez écouter ou réécouter l’intervention de Gervais Martel, hier sur France Bleu Nord, dans notre article "Martel : Des accords ont été paraphés avec un autre groupe azerbaïdjanais".

Publié dans Humeur

Kombouaré s'est trompé... puis s'est rattrapé !

Publié le par Lance

Kombouaré s'est trompé... puis s'est rattrapé !

Privé de son habituelle charnière centrale (Kantari blessé, Landre suspendu), Antoine Kombouaré se devait d'innover à Montpellier. L'entraîneur lensois a choisi de défier la logique, décidant de laisser Jean-Philippe Gbamin sur le banc.

Le choix est surprenant puisque l'international espoir s'est installé avec succès au poste de défenseur central depuis l'expulsion de Landre à Lorient. Contre Metz, Monaco ou Lille comme à Rennes quelques semaines plus tôt ou à Angers, en Coupe de la Ligue, la saison dernière, Gbamin s'est montré performant et a prouvé qu'il était bel et bien un défenseur central.

Alors qu'une association Gbamin-Ba voire Gbamin-Le Moigne était attendue, Kombouaré a titularisé la paire Cavaré-Ba. Aligné à quatorze reprises cette saison au poste de défenseur latéral droit, Dimitri Cavaré a découvert l'axe aux côtés d'un joueur titularisé pour la deuxième fois en Ligue 1, Sylla prenant place dans le couloir droit à l'occasion de sa troisième apparition au plus haut niveau (deuxième titularisation).

Peu à l'aise une semaine plus tôt lors du Derby, Sylla a connu une soirée difficile. Auteur d'une faute après quelques secondes de jeu, il est un des fautifs sur le but de Sanson (1ère), a souffert face à Mounier et a été averti par Monsieur Ennjimi à la 33ème minute. Peu convaincant dans l'axe, Cavaré s'est également retrouvé en difficulté lorsqu'il a été replacé dans son couloir droit, Sylla sortant au profit de Gbamin. Ce dernier a apporté davantage de sérénité et de stabilité à la défense lensoise, laissant penser que Kombouaré s'est trompé dans sa composition d'équipe. Une chose assez rare pour être signalée...

En remplaçant Sylla par Gbamin dès la 48ème minute de jeu, l'entraîneur lensois a reconnu et corrigé son erreur. Depuis le début de saison, il n'avait en effet jamais choisi d'effectuer un changement aussi tôt au cours d'un match*. Ce remplacement s'est avéré bénéfique, comme la décision de remplacer un milieu de terrain (Bourigeaud) par un attaquant (Touzghar) à la soixante-dixième minute, l'ancien Amiénois marquant dix minutes plus tard un but qui rapporte un point.

Lance

* Les sorties de Nomenjanahary contre Reims (25ème), Le Moigne à Marseille (34ème), Chavarria contre Metz (46ème) et Bourigeaud à Monaco (29ème) étaient dues à des blessure. Celle de Cyprien à Lorient (19ème) s'expliquait par le carton rouge reçu par Landre.

Photo : rclens.fr

Publié dans Humeur

<< < 10 20 30 40 50 51 52 53 54 55 > >>