Lens est déjà dans le dur

Publié le par Lance

Il ne faut jamais quitter Bollaert avant la fin d'un match. C'est dans les fins de soirées que s'y produisent les plus belles déceptions. Le 19 mai, alors qu'il l'emportait contre Niort (3-1) lors de la dernière journée de l'exercice 2016-17, le Racing avait perdu son billet pour la Ligue 1 à cause d'un but de Troyes (88ème) puis la place de barragiste à cause d'un but d'Amiens (96ème). Ce vendredi contre Nîmes, pour leur premier match de la saison à Bollaert, les Sang et Or ont concédé l'égalisation à la 87ème puis se sont inclinés dans le temps additionnel (90ème +2).

Lundi à Auxerre, les Artésiens avaient livré un match intéressant pendant une heure et n'auraient pas mérité de perdre. Ce soir, il faut chausser des lunettes et s'équiper d'une loupe pour réussir à distinguer quelques phases intéressantes. Cristian Lopez a ouvert le score dès la sixième minute de jeu. Son but, marqué sur une contre-attaque, a été inscrit contre le cours du jeu par une équipe alors déjà dominée. Elle n'a pas montré grand chose en quatre-vingt-dix minutes et les quelques occasions mal négociées ne peuvent être utilisées pour tenter de cacher l'absence de jeu chez les hommes d'Alain Casanova. Lens-Nîmes était un match important pour la confiance et la crédibilité du jeu lensois (voir notre article Un match important pour la confiance et la crédibilité) ? Chacun peut mesurer le chemin qu'il reste à parcourir pour une équipe qui prétend jouer la montée.

Après deux matches, Lens n'a pas inscrit le moindre point et occupe la dix-septième place qui donnera accès en fin de Championnat à un barrage contre le troisième de National. La première place est déjà à six points, la deuxième à quatre points. Le travail et le recrutement des trois joueurs recherchés (Madri étant gravement blessé, une quatrième arrivée ne serait pas de trop) pourraient être source d'espoir. Les supporters lensois ont cependant bien conscience qu'Alain Casanova éprouve bien des difficultés à faire progresser une équipe et l'amener au niveau espéré.

Comme c'est devenu une habitude depuis la fin de saison passée, le nom de l'entraîneur du Racing a été sifflé par Bollaert. Son départ a été réclamé après chaque but des Crocodiles et le nom de Sikora a été scandé par la Marek. "Il semble difficile de repartir avec un entraîneur sifflé avant chaque rencontre et dont une partie du public a à nouveau réclamé le départ ce soir", écrivions-nous le 19 mai, peu après Lens-Niort (voir notre article Le pire des scénarios). Le maintien d'un technicien qui a reconnu "un échec personnel" était évidemment une erreur. Les joueurs comme tous ceux qui ont le cœur Sang et Or ont encore en tête l'échec de la saison passée. Quelques minutes après le coup de sifflet du match contre Nîmes, Thomas Ephestion s'est ainsi remémoré ce qu'il appelle une "tragédie". Les joueurs avaient besoin de changement et d'un nouveau discours. Ils en ont toujours besoin. Comme nous l'avons écrit à de nombreuses reprises au cours de la saison passée (voir notamment nos articles C'en est AC ! publié en novembre, "Casanova casse-toi" et Lens déçoit encore et doit passer à un plan B en février), le RCL doit se donner le maximum de chances pour atteindre son objectif de montée. Cela passe par un changement d'entraîneur, seul moyen de redonner confiance aux joueurs comme aux supporters et d'espérer voir le Racing à un niveau que l'on attend désespérément. Les actionnaires - qui ont choisi de confier l'équipe première lensoise à Casanova - doivent enfin accepter de le limoger. Le premier tour de Coupe de la Ligue, mardi contre l'AC Ajaccio, représente une belle occasion pour permettre à un nouvel entraîneur de commencer à mettre en place ses idées. Les sommes perçues par le club en raison de l'augmentation du prix des places pour les abonnés (voir notre article Coupe de la Ligue : prix en augmentation pour les abonnés) peuvent être utilisées pour financer une part de l'indemnité de licenciement de Casanova. Il y aura beaucoup de volontaires pour faire augmenter la cagnotte !

Lance

Championnat de France 2017-18 - Ligue 2
Deuxième journée

Lens-Nîmes : 1-2
Buts : Lopez (6ème) pour Lens ; Ripart (87ème), Savanier (90ème +2) pour Nîmes
Avertissements aux Lensois Cvetinovic (19ème), Duverne (23ème), Lemos (26ème), Vachoux (36ème) ; aux Nîmois Bozok (54ème), Diabaté (56ème)

Lens : Vachoux - Carlier, Duverne, Cvetinovic (cap.), Lemos - Koukou, Ephestion (Bostock, 69ème) - Zoubir, Madri (Gérard, 14ème), Fortuné - Lopez (Lendric, 65ème). Entraîneur : Alain Casanova

Nîmes : Marillat - Alakouch, Garcia, Briançon (cap.), Diabaté - Thioub (Vlachodimos, 65ème), Valdivia (Bobichon, 82ème), Savanier, Ripart - Bozock (Valls, 87ème), Alioui. Entraîneur : Bernard Blaquart.

Photo : La Voix du Nord

Publié dans Humeur