Après Sochaux, une décision s'impose...

Publié le par Lance

Troisième journée et troisième défaite pour les joueurs d'Alain Casanova, hier à Sochaux (3-2). Pendant plus d'une heure, les Lensois ont pratiqué le football mis en place par leur entraîneur. ils n'ont donc rien montré et ont logiquement été menés 3-0 après soixante-quatre minutes de jeu. Les deux buts inscrits par les Artésiens en fin de rencontre ne doivent pas faire oublier l'écart de niveau constaté entre les deux équipes. Ils montrent en revanche que les joueurs lensois ont les capacités pour réaliser de belles choses lorsqu'ils sortent de leur schéma de jeu habituel et pensent à aller de l'avant.

Casanova - logiquement en difficulté pour défendre la prestation de son équipe - évoque "pas mal de réussite du côté de Sochaux." S'il était lucide, il saluerait le travail de son homologue doubiste qui réussit à concilier jeu et résultats après quelques semaines de présence à la tête du FCSM quand l'ancien technicien toulousain demande sans cesse davantage de temps. "Quand tous les joueurs seront vraiment à cent pour cent, avec l’arrivée de Clément Chantôme, le retour de Karim Hafez et certains joueurs qui commencent à retrouver du rythme de jeu comme Alvaro Lemos ou Cristian Lopez, je pense que d’ici quinze jours trois semaines cette équipe sera beaucoup plus forte." D'ici-là, deux journées supplémentaires auront été disputées. Combien de points de retard comptera alors le Racing ?

Dix-neuvième, Lens accuse déjà un déficit de neuf longueurs sur les deux premières places, celles qui mèneront directement en Ligue 1 en fin de saison. Les joueurs sont sans repères. Djiman Koukou évoque une "pression énorme. On a eu du mal à la gérer. On a été crispés." Si les joueurs se présentaient samedi à Bollaert avec Casanova à leur tête, l'atmosphère serait insoutenable. La colère continue de monter chez les supporters. Hier à Montbéliard, ils s'en sont pris un peu à tout le monde : "Lensois, bouge ton cul", "Casanova démission", "Blanchard démission", "direction démission", etc. Le tube de l'été reste évidemment le chant "Casanova casse-toi", l'entraîneur faisant l'unanimité contre lui. À l'issue de la rencontre, un supporter est passé au-dessus des grilles séparant la tribune de la pelouse sous le regard de stadiers dont la passivité voire la complicité sont troublantes. Le ton est monté. D'autres incidents sont à craindre si la décision qui s'impose n'est pas prise dans les prochains jours.

Les supporters réclament le retour d'Éric Sikora sur le banc de touche et cette piste serait actuellement étudiée par les dirigeants. Gervais Martel n'a pas vraiment soutenu son entraîneur hier. "Ce serait avoir la langue de bois aussi de dire qu’avec zéro point en trois matchs, on n’est pas perturbé, reconnaît le président lensois. C’est un métier à risque, entraîneur, c’est lui qui est en première ligne. [...] Je suis perturbé. Quand on est perturbé, on doit avoir une réflexion. Alain doit l’avoir aussi. Le plus important, ce qui dépasse tout, les hommes, c’est le Racing Club de Lens."

Lance

Championnat de France 2017-18 - Ligue 2
Troisième journée

Sochaux-Lens : 3-2
Buts : Teikeu (40ème), Martin (55ème, 64ème) pour Sochaux ; Lendric (74ème), Lopez (83ème, s.p.) pour Lens
Avertissements aux Sochaliens Ba (36ème), Teikeu (37ème), Kalulu (73ème), Bakayoko (76ème) ; aux Lensois Cvetinovic (39ème), Lendric (49ème)

Sochaux : Prévot - Alphonse, Teikeu, Ruiz, Fuchs - Ba (Bergdich, 61ème), Tardieu (cap.) (Ogie, 88ème), Daham - Martin, Touzghar, Kalulu (Bakayoko, 73ème). Entraîneur : Peter Zeidler

Lens : Vachoux - Duverne, Dankler, Cvetinovic (cap.), Lemos - Koukou, Bostock - Zoubir, Fortuné, Gérard (Lendric, 46ème) - Lopez. Entraîneur : Alain Casanova.

Publié dans Infos