Retour au Stade du Commandant Hébert

Publié le par FatherTom

Actuellement en stage en Normandie, les joueurs lensois logent sur les hauteurs de Deauville, à l'hôtel du Golf (voir notre article Hôtels 4 étoiles). Aujourd'hui fréquentée par les golfeurs, la colline a eu jadis son heure de gloire quand le Marquis de Lassay y avait fait ériger un château pour mademoiselle de Montpensier, ou quand les troupes britanniques y avaient établi leur camp lors de la Première Guerre mondiale. Depuis leur lieu de villégiature, les Sang et Or dominent l'embouchure de la Touques, l'hippodrome de Deauville et le Stade du Commandant Hébert, qu'ils rejoindront une nouvelle fois ce soir après avoir descendu les quelques lacets qui traversent le golf, pour y affronter Avranches, trois jours après y avoir battu Quevilly (0-1).

Les Lensois pourront retrouver une touche britannique dans ce stade désuet. Le panneau de score n'est pas sans rappeler ceux qui existaient encore il y a quelques années au tournoi de tennis de Wimbledon, dont l'édition 2017 a débuté hier. À chaque but, le préposé au tableau d'affichage doit mettre à jour manuellement le score en utilisant le carton prévu à cet effet !

Retour au Stade du Commandant Hébert

Toute analogie avec le temple du tennis s'arrêtera cependant là. Alors que Roger Federer s'enthousiasmait en fin de semaine dernière devant la "beauté" des courts, Alain Casanova n'a guère apprécié le gazon du stade de Deauville. "Nous avons un bon terrain d'entraînement. Je regrette que le terrain de match ne soit pas à ce niveau, déclarait-il après la victoire face à Quevilly. Il était très lent et n’a pas permis de mettre la vitesse que nous souhaitons par faute d’arrosage ou de tonte comme on l’aime."

FatherTom

Publié dans Infos