Tout est encore possible

Publié le par FatherTom

"Si on avait gagné ce match [contre Strasbourg], comme on l’aurait mérité, on aurait quand même dû prendre le maximum de points sur les deux derniers matches, a estimé cette semaine Alain Casanova. La situation reste la même." L'entraîneur lensois se trompe au sujet de l'objectif de deux victoires lors des deux dernières journées. Ce qui aurait pu ne pas être nécessaire en cas de succès face aux Alsaciens pourrait en effet désormais ne plus être suffisant. Ce qui change, c'est que les Sang et Or doivent maintenant espérer au moins un faux pas d'Amiens ou de Troyes pour prétendre à une des trois premières places du classement.

"Si nous gagnons, d’autres équipes ne le feront peut-être pas, pense Cristian Lopez. Tout est possible dans le football." Les Lensois doivent avoir pour objectif de battre le Gazélec Ajaccio ce soir, puis de conclure le Championnat sur un succès face à Niort vendredi prochain. Ils pourront alors avoir en tête l'exemple donné en 2010-11 par l'autre club d'Ajaccio. Si ces dernières saisons les classements étaient figés au soir de la trente-sixième journée, l'AC Ajaccio avait en effet su tirer son épingle du jeu dans les ultimes journées. Comme les Artésiens aujourd'hui, les joueurs d'Olivier Pantaloni occupaient la quatrième place du classement, à un point du podium. Ils avaient profité d'une défaite du Mans à Vannes (4-3) lors de l'avant-dernière journée et d'un ralentissement de Dijon (nul face à Boulogne 1-1 et défaite à Angers 1-0) pour grimper à l'issue de l'exercice à la deuxième place, au prix de deux victoires obtenues face à Istres (2-1) et à Nîmes (1-2).

Pour Lens, la clé pourrait venir de Reims, qui sera confronté aux deux équipes classées derrière Strasbourg. Se souvenant probablement de la victoire surprenante de Metz à Dijon (0-4) la saison dernière alors que les Bourguignons étaient déjà assurés de monter en Ligue 1, Gervais Martel a mis en garde contre une possible démobilisation des Champenois. "Il nous reste deux matches qui sont évidemment à gagner pour nous, commentait le président lensois après le nul concédé face à Strasbourg. On va être en attente de ce qui va se passer sur les résultats de Troyes et Amiens, entre autres. [...] J’attends que le Stade de Reims joue le jeu. Je suis persuadé qu’il va le faire comme toutes les équipes." Entraîneur des Rémois, Michel Der Zakarian a en quelque sorte répondu à Martel : la confrontation de ce soir face à Troyes est pour les Champenois un derby qui réunit tout son lot de motivation. "L’an passé, [...] les Troyens étaient dans la panade et ont tout fait pour faire descendre Reims, se souvient-il. J’espère que les joueurs qui étaient là et sont encore là ont un peu d’orgueil et n’ont pas la mémoire courte".

FatherTom

Publié dans Infos