Éléments de langage

Publié le par FatherTom

Éléments de langage

Entraîneur auxerrois, Cédric Daury était samedi dernier aux premières loges pour observer la performance des Sang et Or. L'ancien joueur du Havre a remarqué que "se créent des déformations dans le jeu lensois. Des brèches peuvent s’ouvrir derrière et il faut savoir les utiliser".

Il y a cependant un domaine dans lequel les Artésiens ont montré samedi qu'ils savent rester à l'unisson. Les discours d'après match des uns et des autres ont de nombreuses similitudes et des éléments de langage apparaissent. Plus ou moins volontairement ? Comme lors des soirées électorales, ont-ils pour but de minimiser les défaites ?

Ainsi, quelques instants après la huitième défaite de la saison, Alain Casanova manifestait sa frustration. "C’est difficile à accepter d’avoir une telle supériorité et autant d’occasions mais d’être mené sur une demie-occasion d’Auxerre". Ses propos trouvaient un écho chez ses joueurs. "Ils jouaient le contre, racontait ainsi Mathias Autret. Nous avons plutôt bien géré cela en première période et ils ont beaucoup de réussite, avec la moitié d’une occasion." Habib Habibou avait également cette vision du match. "Nous avions la possession, déclarait-il. Ils ont fait preuve de beaucoup de réalisme. Chapeau à eux, ils marquent sur un tir et demi." Voulait-il plutôt parler d'un demi tir ?

À dire vrai, si l'action qui a mené au but de Lionel Mathis est considérée par les Lensois comme une demie occasion, les Auxerrois n'y sont pour rien. Le coup offensif était bien mené mais la part défensive de l'action était inexistante : trop éloigné, Kenny Lala n'a été d'aucun danger pour le centreur ; mal coordonnée, la défense centrale lensoise n'a pas su gérer la présence du buteur.

FatherTom

Publié dans Humeur