Staff minimum pour Lens

Publié le par Lance

L'année 2016 du Racing a notamment été marquée par un changement de staff. Après trois saisons dans le Pas-de-Calais, Antoine Kombouaré, Yves Bertucci et Michel Dufour ont rejoint Guingamp alors que Vincent Lannoy s'occupe désormais à nouveau de la préparation physique des jeunes du centre de formation et de l'équipe réserve. De l'ancien staff technique, seul Jean-Claude Nadon a conservé son rôle. L'entraîneur des gardiens de but a accueilli en juin Alain Casanova, Thierry Uvenard (adjoint), Denis Valour (préparateur physique) et Jonathan Alvès (responsable de la performance).

Proche de Casanova, dont il a été partenaire au Havre (1987-90) puis adjoint à Toulouse (2008-15), Uvenard décrivait en juin la façon dont il travaillait. "Mon rôle est d'être au plus près d'Alain, de préparer les séances et d'animer la partie technique de chacune d'entre elles. Dans le vestiaire, je soulage au maximum Alain des petits problèmes. Enfin, au niveau de la vidéo, Alain gère la partie collective et moi la partie individuelle." Ce duo bien rôdé a pourtant pris fin en octobre, le Racing annonçant dans un bref communiqué le départ de Thierry Uvenard "pour raisons personnelles". "Ce n’est pas facile, a réagi Casanova. Mais je ne vais pas commenter cette décision. Ce que je peux penser, je le garderais pour moi, parce qu’on est amis, et que je n’ai pas à m’immiscer dans sa décision. J’ai une grande amitié pour lui."

Le Normand n'a pas été remplacé dans le staff. Ancien joueur amateur, Jonathan Alvès a  abandonné son titre de responsable de la performance pour celui d'entraîneur adjoint. Le staff lensois est donc passé de cinq à quatre personnes, comme c'est le cas de sept des dix-neuf autres clubs de Ligue 2 (AC Ajaccio, Amiens, Auxerre, Bourg-en-Bresse, Clermont, Orléans et le Red Star).

La majorité des autres clubs de deuxième division possèdent donc un staff technique plus étoffé que le schéma traditionnel (un entraîneur principal, un entraîneur adjoint, un entraîneur des gardiens et un préparateur physique) : cinq personnes pour le Gazélec Ajaccio, Laval, Strasbourg, Valenciennes (deux adjoints), Brest (un assistant technique), Le Havre, Nîmes (deux préparateurs physique), Niort (un entraîneur des attaquants), Sochaux (un responsable de la performance) ; six personnes pour Tours (deux adjoints et deux entraîneurs des gardiens), Troyes (deux adjoints et un "membre du staff") et même sept personnes pour Reims (deux adjoints, deux préparateurs physique, un responsable de la performance) !

Lance

Publié dans Infos