Confiance aveugle

Publié le par FatherTom

Ils sont à trois à Lens à qui Alain Casanova accorde toute sa confiance. John Bostock (carton plein de 1620 minutes de jeu en Championnat), Nicolas Douchez (1620 minutes) et Kenny Lala (1530 minutes de jeu, suspendu face à l'AC Ajaccio) n'auraient ainsi pas pu jouer une minute de plus au cours des dix-huit premières journées de la saison ! Si les performances du Trinidadien et le poste à part de gardien de but permettent de justifier un tel recours au deux premiers, la présence continue de Lala dans le onze nordiste s'apparente à une confiance aveugle qui porterait bien son nom...

L'ancien Valenciennois brille guère depuis l'entame de l'exercice en cours. "En début de saison, j’ai beaucoup parlé avec le coach, concédait le défenseur il y a deux mois. On a eu une bonne discussion qui m’a fait du bien. Ça m’a recadré." Les performances du joueur du Paris FC demeurent pourtant médiocres. Son apport offensif reste limité (une seule passe décisive, face à Orléans, le 20 septembre) et ses approximations défensives pèsent sur son équipe. Samedi dernier, à Strasbourg, les Alsaciens ont ainsi ouvert le score sur un corner qui faisait suite à une perte de balle de Lala sur un mauvais contrôle. Quelques minutes plus tard, les joueurs du RCSA avaient fait le break alors que le défenseur lensois était absent au marquage.

Évidemment, Lala n'est pas le seul responsable des buts encaissés par le Racing. À la Meinau, Karim Hafez et Dusan Cvetinovic ont par exemple également livré une performance bien trop faible. Mais la multiplication des erreurs du latéral droit et la nonchalance qu'il traîne sur les pelouses posent question sur la gestion par Alain Casanova des contre performances individuelles.

Depuis qu'il a signé à Lens durant l'été 2015, Lala est un habitué des erreurs défensives. La saison dernière, Antoine Kombouaré avait choisi de les sanctionner. Peu inspiré face à Valenciennes (0-1, le 15 février), Lala s'était retrouvé en tribune quatre jours plus tard à Sochaux. Impliqué sur l'égalisation clermontoise (1-1, le 11 mars), il était une nouvelle fois dix-septième homme une semaine plus tard à Nancy (1-0). Auteur d'une "petite faute" à Nîmes (4-2, le 22 avril), il avait débuté la rencontre suivante, face au Paris FC (0-1), sur le banc. Cette saison, Casanova n'a pas utilisé ces ressorts. "Je pense pouvoir apporter encore plus à l’équipe, confiait Lala en octobre. Je vais essayer de relever le niveau." Deux mois plus tard, cette déclaration reste d'actualité.

FatherTom

Photo : La Voix du Nord

Publié dans Humeur