L'heure est venue de décoller

Publié le par FatherTom

L'heure est venue de décoller

Deux semaines après être revenus de Troyes avec un nul décevant, les Sang et Or retrouvent ce soir la compétition en accueillant Bourg-en-Bresse. Entre temps, les joueurs lensois ont pu disposer de deux semaines pour travailler. Ça tombe bien : les premiers pas des Artésiens cette saison ont laissé les supporters sur leur faim. "Il nous manque quelques points pour pouvoir dire que notre début de saison est conforme à ce que l’on voulait faire", reconnaît d'ailleurs Alain Casanova.

La saison dernière à pareille époque, la déception, plus importante du point de vue comptable (les Sang et Or ont pris six points cette saison contre trois il y a un an), s'était également invitée dans le Pas-de-Calais. Les joueurs d'Antoine Kombouaré avaient profité de la trêve internationale pour monter en régime. Le 14 septembre, à Brest, des signes encourageants avaient été observés malgré la défaite (2-1). Après le déplacement en Bretagne, les Sang et Or n'allaient d'ailleurs plus concéder qu'une défaite en près de cinq mois. Le choix du Kanak avait alors été de "casser la routine, apporter des choses différentes et nouvelles, [...] créer une osmose, une certaine cohésion" en partant en stage au Touquet.

Créer un collectif est également une tâche à laquelle s'est attelé Casanova. "Il y a eu énormément de changement dans l’effectif et il faut que la mayonnaise prenne, concède Nicolas Douchez. Ça ne se fait pas en un mois. Il faut du travail pour que l’équipe tourne à plein régime." L'entraîneur lensois est en tout cas satisfait de l'investissement de ses joueurs et notamment des recrues qui ont signé la semaine dernière. "Ils s’intègrent très bien, a confié le technicien. Ils sont aidés par l’effectif déjà en place. C’est positif !"

Ce soir, à Bollaert, les supporters devraient découvrir pour la première fois Victor Klonaridis et Cristian Lopez. Ils pourront également voir si les difficultés à aller de l'avant et à livrer un match plein ont bien été atténuées durant la trêve internationale. "Mis à part à Nîmes, où on avait fait un match plein, on n’a pas réussi à maintenir ce degré d’exigence que l’on a envie d’atteindre, reconnaît Nicolas Douchez. On doit faire en sorte de prendre des points." Après un mois et demi de compétition, l'heure est venue de décoller.

FatherTom

Publié dans Infos