Quel ennui...

Publié le par Lance

Quel ennui...

Lens est déjà éliminé de la Coupe de la Ligue. On s'en est déjà remis. Les Sang et Or sont sortis de la compétition par une équipe de National à l'issue de la séance des tirs aux buts (0-0, 6 tirs au but à 7). Après Hugo Robert, Teddy Chevalier n'a pas transformé son coup de pied de réparation. Bollaert l'avait senti venir. Quand un professionnel laisse frapper les jeunes et attend le huitième passage pour se confronter au gardien adverse, l'exercice n'est pas fait pour lui. Djimane Koukou n'a de son côté pas dû être déçu qu'un neuvième tireur ne soit pas appelé...

Alain Casanova a perdu son pari. Le technicien avait choisi de faire tourner son effectif. Koukou était le seul titulaire préalablement aligné au coup d'envoi à Nîmes et contre Amiens. Entrés en cours de jeu lors des deux derniers matches de Championnat, Jean-Ricner Bellegarde, Teddy Chevalier et Abdelrafik Gérard ont également été titularisés au sein d'une équipe dans laquelle cinq jeunes joueurs faisaient leur début en équipe première. Difficile de critiquer le choix de l'entraîneur lensois. Programmée dans une série de quatre matches en douze jours (dont trois en sept jours), la rencontre de Coupe de la Ligue n'était pas une priorité. Après avoir déploré lundi "qu'on ne peut pas avoir beaucoup de rotations" (ah bon ?), il a nié hier avoir logiquement donné la priorité au Championnat. ("Ma composition pouvait faire penser que l’on privilégiait le Championnat à la Coupe de la Ligue. Pas du tout."). Son discours lasse déjà.

Mais que dire du jeu prôné par Casanova ? Les joueurs les plus expérimentés n'ont pas assumé le statut de cadre qui leur est soudainement tombé dessus ; les jeunes ont fait ce qu'ils pouvaient et ne peuvent être critiqués. Mais au-delà des performances individuelles, la stratégie de jeu est troublante. L'ancien Toulousain a ressorti le 5-3-2 qui a si longtemps endormi la Ville Rose et qui pourrait produire le même symptôme dans le Pas-de-Calais. Il faisait très beau hier sur Bollaert, l'équipe alignée était jeune et en grande partie issue de la Gaillette et l'enjeu était limité. Les ingrédients étaient réunis pour prendre du plaisir. Et pourtant... Il y avait bien longtemps qu'on ne s'était pas ennuyé à ce point à Bollaert. L'ennui était tel que le Lens-Amiens disputé trois jours plus tôt apparaît aujourd'hui être un bijou. Celui qui a décidé de la suppression des prolongations en Coupe Machin a ce matin toute notre reconnaissance. Merci !

Le 5-3-2 de Casanova n'a toujours pas convaincu. Il se transforme rarement en 3-5-2. Il a ainsi fallu attendre la vingt-sixième minute pour que Ebosse prenne son couloir, sans réussir à amener le danger dans la surface adverse. Le manque d'expérience du jeune latéral gauche n'est pas une explication. Depuis le premier match de préparation, le 2 juillet au Touquet, le même problème est constaté avec Scaramozzino comme avec Lala dans le couloir droit. Avec à sa tête un entraîneur défensif qui prétend pourtant ne pas l'être, le RCL pense logiquement à défendre. Mais il ne pense pratiquement qu'à ça. La multiplication des passes entre les cinq défenseurs fait déjà figure de circuit préférentiel dans le schéma de jeu lensois. Les milieux de terrain se projettent trop rarement vers l'avant. Il ne faut jamais prendre de risque, on pourrait prendre un but. Mais en se montrant plus ambitieux, on pourrait aussi en marquer, non ?

Il y a cependant pire encore que ce 5-3-2 défensif. Difficile à imaginer en quittant Bollaert après quatre-vingt-dix minutes d'ennui. Et pourtant... Alain Casanova est satisfait ce qu'il a vu ! Son banc ayant été à l'ombre toute la rencontre, il n'a pas été victime d'un coup de chaleur. Ses propos traduisent donc pleinement sa pensée. "Les joueurs ont su mettre en place le jeu que l'on veut pratiquer", a-t-il osé déclarer face à la presse. Qu'il sache que ce n'est pas ce jeu que l'on veut voir !

Avec le retour des joueurs blessés en septembre et l'arrivée espérée de deux ou trois joueurs dans les prochains jours, Lens a les moyens de changer la moitié de l'équipe alignée habituellement en Championnat. L'avenir dira si c'est suffisant pour améliorer les résultats de l'équipe. Il semble en revanche n'y avoir aucune illusion à se faire sur la qualité du spectacle proposé. L'ennui correspond au jeu que Casanova veut pratiquer...

Lance

Coupe de la Ligue 2016-17
Deuxième tour

Lens - Paris FC 0-0 (6 t.a.b à 7)
Tirs-au-but pour Lens : Autret, Sylla, Robert (arrêté), Chouiar, Beghin, Milville, Ebosse, Chevalier (arrêté)
Tirs-au-but pour le Paris FC : Marie, Martin, Pierre, Massouema (arrêté), Camara, Missi Mezu, Bakayoko, Pierazzi

Lens : Vachoux (cap.) - Sylla, Milville, Wojtkowiak, Robert, Ebosse - Gérard (Chouiar, 70ème), Koukou, Bellegarde (Beghin, 72ème) - Chevalier, Banza (Autret, 81ème). Entraîneur : Alain Casanova

Paris FC : Aupic - Marie, Mary, Pierre (cap.), Bakayoko - Gbessi (Pierazzi, 80ème), Martin - Massouema, Alami Bazza (Missi Mezu, 72ème), Madiani - Cissé (Camara, 63ème). Entraîneur : Réginald Ray.

Publié dans Humeur