Et de treize...

Publié le par FatherTom

Et de treize...

"Il y a eu un relâchement et ce penalty qui nous fait mal", constatait Antoine Kombouaré après la défaite lensoise à Nîmes (4-2), vendredi. Alors que les Sang et Or avaient égalisé cinq minutes plus tôt, la faute de Kenny Lala dans la surface de réparation les condamnait à courir à nouveau après le score, vainement cette fois. Certes, un penalty sifflé n'est pas un penalty transformé. Mais le bilan des Nordistes dans cet exercice les condamne presque avant même que le frappeur ne se soit élancé...

Il faut en effet remonter au 19 décembre 2013 pour voir un coup de pied de réparation non transformé par un adversaire des Sang et Or. Ce soir-là, alors que le Racing accueillait Istres, Alphonse Areola avait dévié la tentative de Jérôme Leroy. Depuis, treize penalties ont été sifflés contre les Lensois. Tous ont été transformés. Rudy Riou en a vu passer neuf (marqués par le Parisien Cavani, le Monégasque Ferreira Carrasco, le Guingampais Beauvue, le Lyonnais Lacazette à deux reprises, le Bastiais Boudebouz, le Parisien Ibrahimovic, le Messin Sarr et le Lillois Boufal) ; Valentin Belon a été trompé une fois (par le Caennais Féret) ; Joris Delle s'est incliné à deux reprises (face au Quevillais Ghezoui et à l'Ajaccien Cavalli) et Jérémy Vachoux a été battu par le Nîmois Savanier.

Une telle série est assez exceptionnelle. La saison dernière, en Ligue 1, une défense sanctionnée d'un penalty n'a pas concédé de but dans la foulée dans 23 % des cas. Avec de tels chiffres, la série actuellement en cours à Lens ne devrait se produire que dans 3 % des cas...

FatherTom

Publié dans Infos