Une sanction, et après ?

Publié le par Lance

Une sanction, et après ?

La tribune Marek sera peu remplie et l'ambiance à Bollaert sera très faible, ce soir contre Brest. Trois jours après les incidents ayant marqué le déplacement au Havre (voir notre article Un déplacement pour rien), les Tigers ne sont pas autorisés à assister à la rencontre. Plusieurs associations ont décidé de se montrer solidaire avec le groupe qui est le moteur du kop en ne se rendant pas en tribune.

"La tribune Marek devait être fermée demain soir suite aux nombreux incidents survenus sur les grilles et les sièges du stade Bollaert-Delelis lors des réceptions de Sochaux, Laval, Nancy, Niort, Nîmes et Dijon, a expliqué Gervais Martel hier en conférence de presse puis lors d'une réunion avec les associations de supporters. Les événements qui se sont passés samedi après-midi au Havre n’ont fait qu’accentuer cette prise de position. On a eu beaucoup de discussions ce week-end avec les pouvoirs publics et les instances du football. Nous avons obtenu le maintien de l’ouverture de la Marek à deux conditions : que des travaux des structures soient effectués avant la rencontre et que l’association de supporters des Red Tigers, à l’origine de la grande majorité des incidents rapportés depuis plusieurs mois aussi bien à domicile qu’à l’extérieur, soit interdite de présence dans l’enceinte sportive jusqu’à nouvel ordre. [...] Cette décision est difficile, ce n’est pas de gaieté de cœur que je la prends mais aujourd’hui mon rôle est de protéger l’ensemble des gens qui aiment ce club. Les autres n’ont rien à faire avec nous à Lens ! Trop, c’est trop ! Il faut savoir que l’on a plus de 100 000 euros d’amende qui ont déjà été payées depuis le début de la saison. Les incidents qui incriminent malheureusement cette association sont nombreux. Lors du dernier match, notamment, des sièges ont été arrachés et lancés sur la pelouse. Vis-à-vis des autres tribunes, il y avait danger de mort ! À un moment donné, on ne peut plus défendre ce qui est indéfendable ! C’est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase."

La menace d'une fermeture de la Marek planait depuis le début du mois de novembre. Agacée par les multiples incidents en tribune, Élodie Degiovanni, sous-préfète de Lens depuis juillet, avait alors convoqué les représentants des associations de supporters et le leur avait clairement annoncé. Après le nouveau problème survenu contre Dijon, Gervais Martel a à son tour été reçu par la représentante de L’État. L'épisode normand n'a fait qu'accroître la pression sur le RCL et son président. Confronté au choix de fermer la Marek ou de l'ouvrir en y interdisant l'accès à un peu plus de trois cents abonnés, Gervais Martel a fait un mauvais choix. Mais fermer l'ensemble de la tribune aurait-il vraiment constitué un moins mauvais choix ? Il aurait probablement été plus simple pour le président lensois de fermer la tribune et de souder les supporters contre les autorités et la LFP. En choisissant de ne fermer la tribune que pour un groupe, il soude plusieurs associations contre lui.

Interdire d'accès à Bollaert l'ensemble des Tigers est une injustice comparable à celle provoquée par les nombreuses interdictions de déplacement. Des personnes ayant toujours respecté la loi seront ce soir privées de leur passion tandis que des délinquants n'étant pas cartés chez les RT pourront prendre place dans les travées. Le choix qui a été fait permet de limiter l'ampleur de l'injustice. Alors que le public évolue, que les incidents autour du Racing sont de plus en plus nombreux et que leurs auteurs semblent rarement inquiétés, il est à espérer que de ce triste épisode naîtra une politique plus stricte interdisant de stade l'ensemble des individus n'ayant pas leur place dans une enceinte sportive. Et seulement eux.

Lance

Publié dans Humeur