Une présence inhabituelle en CFA

Publié le par Lance

Une présence inhabituelle en CFA

La quiétude planant d'ordinaire sur le stade François Blin lorsque la réserve du Racing y joue avait hier cédé la place à une ambiance proche de celle existant lorsque le RCL se déplace dans une enceinte où les supporters locaux sont très discrets. Privés de match contre Brest mardi ou ayant choisi ne pas y assister en soutien aux Tigers, une centaine d'ultras lensois (Tigers, KSO, North Devils notamment) s'étaient donnés rendez-vous hier dans un coin de la tribune sud du stade d'Avion à l'occasion de la venue de Poissy.

Lors de l’entrée des joueurs, une banderole "Le club ne veut pas de nous : on est partout" a été déployée tandis que le message "Pseudos supporters présents" a flotté durant toute la rencontre. La première oublie, probablement volontairement, que la décision du RCL a été prise à la demande de la LFP et que pour avoir le droit de pénétrer à nouveau en Marek, les Tigers ne devront pas seulement convaincre Gervais Martel du bien-fondé de leur retour. La seconde fait, elle, référence à un communiqué maladroit publié la saison passée par le Racing après les incidents survenus lors du match Lens-Metz (voir notre article Le Racing condamne les incidents provoqués par de "pseudos supporters"). Certains n'avaient alors pas compris que le terme "pseudo supporters" ne destinait pas l'ensemble des supporters, ni l'ensemble des ultras mais seulement les quelques personnes qui avaient "pour objectif de faire arrêter la rencontre par jets de fumigènes et l'envahissement du terrain". Ces individus n'avaient plus leur place dans un stade de football ; ceux impliqués dans les incidents du Havre doivent également en être éloignés pendant de nombreux mois.

Excepté une personne ayant cru bon de faire usage d'un pot de fumée qui offre certes un beau rendu mais qui est interdit dans les stades, la centaine de supporters présents s'est très bien comportée. S'ils ont protesté contre Gervais Martel, contre la police, contre la justice et ont réclamé la "liberté pour les ultras", ils ont pendant environ 95% du temps apporté leur soutien aux jeunes lensois, auteurs d'un match nul (1-1) contre le leader pisciacais et même réussi à faire chanter quelques personnes de la tribune opposée.

Les ultras semblent avoir apprécié leur inhabituelle présence à un match de l'équipe réserve. "La CFA c'est pas si mal" ont-ils chanté en fin de rencontre. Ils pourront donc revenir samedi prochain encourager les joueurs d'Eric Sikora à l'occasion de la venue de la réserve de Troyes. Deux jours plus tard, les joueurs d'Antoine Kombouaré recevront Valenciennes. Il est à espérer que les délinquants s'étant manifestés au Havre auront d'ici là été interdits de stade et que les nombreux Tigers injustement privés d'accès à Bollaert contre Brest (voir notre article Une sanction et après ?) pourront effectuer leur retour en Marek. Pour encourager le Racing, comme certains d'entre-eux l'ont si bien fait hier contre Poissy.

Lance

Publié dans Humeur