Un an après...

Publié le par FatherTom

Un an après...

Samedi, la réception de Bourg-en-Bresse marquera pour Lens la fin des matches aller du Championnat. Hasard du calendrier, cette rencontre se disputera un an jour pour jour après celle qui avait clos, sur une seizième place de Ligue 1 pour les Sang et Or, l'exercice précédent. Le 19 décembre 2014, les Lensois avaient battu Nice (2-0) à Amiens et les 8 705 fidèles qui avaient pris place dans les tribunes pouvaient chanter en fin de rencontre leur joie d'avoir gagné, Adamo Coulibaly ayant mis fin à tout suspens à quatre minutes du terme de la rencontre.

Un an après, les supporters lensois n'ont plus connu ces instants de délivrance lors desquels l'ambiance est décuplée par l'assurance de la victoire. Depuis cette rencontre face à Nice, les Sang et Or n'ont plus jamais mené par deux buts d'avance dans un match officiel ! Ils n'ont pris le large que durant treize minutes, le 17 juillet face à Tubize au cours d'un match de préparation, avant que les Belges ne reviennent à 3-2 (score final). "Aujourd'hui, on parvient à gagner mais c'est toujours avec des scores étriqués, regrettait la semaine dernière Antoine Kombouaré. On n'a jamais gagné avec deux buts d'écart. Ce sont donc toujours des fins de match un peu tendues, un peu stressantes."

Pour gagner avec une marge confortable, il faudrait parvenir à inscrire deux buts. Problème : depuis un an, les Sang et Or ne l'ont fait qu'à cinq occasions... Les filets adverses ont ainsi tremblé deux fois le 4 janvier face à Lyon en Coupe de France (2-3), le 26 octobre à Clermont (2-2) et le 6 novembre à Auxerre (1-2). La défense adverse a également été piégée à trois reprises le 6 février à Saint-Etienne (3-3) et le 17 juillet contre Tubize (3-2).

Si, en fin de saison dernière, l'équipe était dépassée, cette explication ne tient désormais plus, le RCL possédant par exemple le troisième meilleur bilan comptable des trois derniers mois de compétition. Depuis plusieurs semaines, les joueurs lensois ont plutôt tendance à ne pas tout faire pour aller inscrire le deuxième but. "On fait le plus dur en marquant et, après, il fallait finir le travail, ce que l’on n’a pas été capable de faire, déplorait ainsi l'entraîneur lensois après la victoire face au Paris FC vendredi dernier. Inconsciemment, on s’est mis au niveau du Paris FC plutôt que de maintenir un niveau de jeu élevé en jouant vite vers l’avant, en touchant un peu plus nos attaquants, en venant les soutenir. Inconsciemment, on a reculé et l’on s’est montrés passifs." Face à la pire défense de Ligue 2, qui encaisse en moyenne 2,1 buts par match à l'extérieur et qui reste sur cinq buts concédés sur la pelouse de Metz, les Lensois ont l'occasion de mettre fin à cette triste statistique.

FatherTom

Publié dans Infos