Grégory Maquet : "Nous souhaitons investir à Lens"

Publié le par Lance

Grégory Maquet : "Nous souhaitons investir à Lens"

"Aujourd’hui, il y a deux solutions, répétait Gervais Martel le mois dernier : soit Hafiz Mammadov revient avec de bonnes nouvelles, soit il ne revient pas et il faudra que l’on trouve une autre solution que lui. Solution que l’on a. Il faudrait qu’il cède ses parts car des entreprises étrangères associées à des entreprises françaises ont travaillé avec moi concernant cette question, et sont prêtes à intervenir immédiatement. Mais c’est l’actionnaire majoritaire qui fera ce qu’il a envie de faire pour le club."

Les intentions (et les possibilités) de l'homme d'affaires azerbaïdjanais sont toujours inconnues. Invité pour la cérémonie de remise des clés du Stade Bollaert, le jeudi 19 novembre, Hafiz Mammadov est attendu en France deux jours plus tôt. S'il vient, "le spécialiste des rendez-vous manqués et des promesses non tenues" (France Football) devrait alors livrer ses intentions pour l'avenir du club. Daniel Percheron l'a invité à "ouvrir la gouvernance du club aux forces vives du territoire, collectivités locales, entreprises et d'abord aux supporters." L'actuel président de la région Nord-Pas-de-Calais estime que "si nous disons aux supporters : achetez votre part de coopérateur 50€ ou aux entreprises : devenez coopérateur pour 500€ et aux collectivités comme la CALL de Lens, devenez coopérateur, 1€ par habitant, je pense que nous aurons des sommes assez modestes mais que nous serons au cœur des ambitions du Racing." Sans avoir réglé le problème de l'actionnariat du club, Mammadov possédant alors plus de 98% des parts de RCL holding (contre 99,99% aujourd'hui).

Gervais Martel considère que l'actionnaire majoritaire du Racing - qui "a amené directement ou indirectement 22 millions d’euros au club" - doit à nouveau être en mesure de jouer son rôle ou doit céder ses parts. Dans son édition d'hier, France Football indiquait que le président lensois "ne cache plus ses doutes et reconnaît qu'il cherche toujours des solutions alternatives à Mammadov. l'une d'entre-elles conduit à un entrepreneur belge ayant pignon sur rue dans son pays. Il a déjà fourni une évidence de fonds de 5 M€. preuve de sa solvabilité, cette formalité lui a permis d'avoir accès à tous les comptes. La semaine dernière, un cabinet d'experts reconnu a ainsi pu réaliser un audit complet de la situation financière du RC Lens."

L’Équipe apporte ce matin davantage de précisions. Cet entrepreneur belge est Grégory Maquet (44 ans), PDG du réseau immobilier Century 21 Benelux (200 franchises) et membre actif d'un groupe immobilier qui a réalisé des investissements annuels de 80 M€ en Belgique, en France, au Portugal, au Luxembourg. Selon Joël Domenighetti, Maquet "est en contacts avancés et amicaux avec Gervais Martel depuis plus de deux mois. En septembre, le patron bruxellois avait déjà déposé une lettre d'intention de reprise du club sur lequel il a jeté son dévolu pour sa proximité géographique, son potentiel de développement, ses infrastructures et son public. Avec l'aide de cabinets spécialisés, il procède actuellement à un audit poussé pour connaître son fonctionnement juridique et comptable. [...] Il va déposer une offre officielle de rachat du RC Lens d'ici demain." Maquet serait prêt à racheter le club pour 2,5 M€, soit le prix auquel le Crédit Agricole a vendu le club à Hafiz Mammadov. "Nous avons une très bonne collaboration avec Gervais Martel qui fait tout ce qu’il peut faire pour sauver son club, déclare l'homme d'affaires belge. Mais on est encore loin de l’avoir repris. La grande inconnue sera le positionnement de M. Hafiz Mammadov. Mais nous allons transmettre une offre qui sera acceptée ou non.[...] Nous voulons partir dans un modèle un peu différent de celui existant. Nous voulons assurer la pérennité du club. Ce ne sera pas le projet d’un homme mais d’une équipe avec un actionnariat diversifié et solide, une gouvernance partagée et transparente. Nous voulons remonter en L1 dans les deux ans. Retrouver la stabilité financière. Repartir vers des ambitions qui correspondent aux moyens et non l’inverse. Ce sera aussi un projet social car le club a la chance d’avoir un public qui sort de l’ordinaire et dont le soutien est inconditionnel."

Lance

Publié dans Infos