Mammadov avait-il eu connaissance du budget 2014-15 ?

Publié le par Lance

Lors de son entretien avec Daniel Percheron, Xavier Thuilot et Pascal Meunier (ambassadeur de France en Azerbaïdjan), Hafiz Mammadov "a rappelé qu'il avait alerté les dirigeants lensois, dès avril 2014, sur ses difficultés de trésorerie, leur expliquant qu'il ne pourrait plus remettre d'argent avant un certain temps. Selon lui, ces derniers devaient en tenir compte et provisoirement s'autogérer financièrement. Mais Gervais Martel l'aurait volontairement doublé en proposant un budget de L1 bien supérieur à la DNCG." Le président lensois a à plusieurs reprises démenti cette accusation, reprise hier sous la plume de Joël Domenighetti dans les colonnes de L’Équipe.

Le 24 juin, au lendemain de la validation du budget 2015-16 par la DNCG, Martel répétait ne pas avoir été informé par l'actionnaire majoritaire du club de ses problèmes financiers : "Ce que je peux reprocher à Hafiz Mammadov, c’est de ne pas nous avoir mis dans la confidence en juin dernier." Le natif de Oignies avait pourtant déjà déclaré dans les colonnes de But! Lens avoir connaissance des problèmes de Mammadov en avril, comme ce dernier l'affirme. Cependant, dans la même interview, il avait affirmé que le budget 2014-15 avait été fait avec l'aval de l'homme d'affaires azerbaïdjanais, contrairement à ce qu'indique L’Équipe. "Les gens parlent et critiquent des chiffres qu'ils ne comprennent pas, déplorait le président lensois. Le budget du club a toujours été bien fait. D'abord, je rappelle qu'il a été proposé à Mammadov pour la saison 2014-15 dès le mois de février 2014. Avec l'ensemble des dirigeants, on s'était rendu en Azerbaïdjan. Au mois d'avril, on lui avait refait une proposition sur laquelle Hafiz voulait même qu'on rajoute 10 M€ de recrutement pour avoir une meilleure équipe et jouer les six premières places. Je lui avais dit : "Écoute, il me semble que c'est déjà compliqué pour toi de verser l'argent donc on ne va pas mettre 10 M€ en plus, c'est hors de question". On a donc avalisé un budget avec une masse salariale qui était à peu de choses près dans la moyenne de ce qui se fait en Ligue 1 pour finir aux alentours de la dixième ou douzième place. Il a validé ! Ce n'est tout de même pas moi, actionnaire ultra-minoritaire, qui allait prendre la décision finale ! C'est donc précisément le budget qu'on a déposé en mai au niveau de la DNCG."

Gervais Martel s'appuie sur l'article 12.5 de RCL Holding selon lequel le président ne peut "accomplir seul [...] la détermination du budget annuel de la société et de ses filiales." C'est pourtant bien ce qu'il s'est passé cette saison, Mammadov n'assumant pas son rôle d'actionnaire. "On se débrouille tout seul", avait indiqué Martel après avoir été auditionné par la DNCG, le 11 juin.

Un élément laisse cependant penser que Mammadov a bien validé le budget de la saison 2014-15. Le 5 juin 2014, jour où le Racing avait présenté son budget devant la DNCG, l'homme d'affaires était en effet venu à Paris, comme l'avait relaté Joël Domenighetti le lendemain dans les colonnes de L’Équipe.

Mammadov avait-il eu connaissance du budget 2014-15 ?

Lance

Publié dans Humeur