Comparaisons hasardeuses

Publié le par Lance

Comparaisons hasardeuses

Il y a dix jours, Daniel Percheron a critiqué plusieurs des choix faits par Antoine Kombouaré. "Se passer d’un futur Didier Deschamps comme Benjamin Bourigeaud est un contresens, estime notamment le président de la région Nord-Pas-de-Calais. Se passer d’un tel milieu récupérateur qui sait être créatif, c’est un contresens."

Âgé aujourd'hui de vingt-et-un ans, Benjamin Bourigeaud a débuté en équipe première il y a deux ans, à Niort. Depuis, il a disputé un total de quarante matches professionnels (20 en L1, 20 en L2), dont vingt-et-un comme titulaires. Le milieu de terrain peine à s'imposer et ne parvient à convaincre son entraîneur de lui accorder davantage de temps de jeu ni lors de ses entrées en match, ni lors des rencontres disputées en CFA.

Au même âge, Didier Deschamps avait rejoint Marseille après avoir disputé plus de cent matches de Première Division sous les couleurs nantaises et jouait déjà en équipe de France (103 sélections dans sa carrière). Percheron considérant Bourigeaud comme "un futur Deschamps", pense-t-il vraiment que le joueur formé au RCL sera Champion du Monde et d'Europe avec les Bleus, remportera deux fois la Ligue des Champions, sera sacré deux fois Champion de France, trois fois Champion d'Italie, une fois Champion d'Angleterre, remportera la Coupe d'Italie et la Coupe d'Angleterre ?

L'homme politique n'est évidemment pas le premier auteur d'une comparaison hasardeuse. Lors de sa nomination au poste de directeur sportif du Racing, Antoine Sibierski avait comparé David Pollet à Anto Drobnjak, Champion de France avec Lens en 1998 et auteur de 64 buts en 132 matches de D1.

Pour se présenter, Milos Zukanovic (attaquant de l'équipe réserve lensoise) avance lui aussi un nom prestigieux : "On compare très fréquemment mes qualités à celles de Zlatan Ibrahimovic". Après deux mois de compétition, ça ne saute pas aux yeux.

Lance

Photo : rclens.fr

Publié dans Humeur