Un but à atteindre

Publié le par FatherTom

Un but à atteindre

Trop longtemps fermé au grand public pour cause de cure de rajeunissement, Bollaert ouvrira ses portes une troisième fois en sept jours, ce soir, à l'occasion de la réception de Créteil. Sa pelouse devra supporter les jambes lourdes de joueurs éliminés de la Coupe de la Ligue, mardi, à l'issue de la prolongation. "On aurait préféré ne pas jouer la prolongation et la séance de tirs au but mais il ne faut pas que ce soit une excuse, prévient Antoine Kombouaré en revenant sur l'élimination face à Ajaccio. Il y a un match très important, il faut repartir la tête à l’endroit." La situation est similaire à Créteil, sorti par Dijon après deux heures de jeu. "Ce match était l’occasion de lancer ceux qui n’avaient pas encore pu s’exprimer, explique Thierry Froger, entraîneur cristolien. J’aurais voulu qu’ils soient récompensés car il y a de la qualité. C’est dur mais il faut repartir de l’avant."

Comme le Kanak, l'ancien entraîneur de Lille récupère des éléments qui n'ont pas joué en Coupe Machin, parmi lesquels Diedhiou, Hérelle, Lafon, Mollet, et surtout Andriatsima, meilleur buteur de Ligue 2 avec trois réalisations. Avec ses titulaires, Froger pourra mettre en place une équipe qui, après deux premiers succès cette saison en Ligue 2, voudra tenter la passe de trois. "C’est une équipe qui pense avant tout à bien défendre, à se montrer solide, explique Kombouaré. Il y a une vocation défensive avec un schéma en 4-5-1. Offensivement, ça joue sur les contres et je pense que c’est ce que l’on va voir."

Malheureusement, l'équipe nordiste, en construction , peine à faire le jeu. Les Sang et Or n'ont trouvé le chemin des filets qu'une seule fois en trois rencontres disputées cette saison. "Mardi, on aurait pu jouer trois ou quatre heures sans marquer", concède Kombouaré qui explique que son groupe "n’est pas tout à fait prêt physiquement et tactiquement". "On ne va pas résoudre ce problème du jour au lendemain, continue l'entraîneur lensois. On poursuit notre progression mais il faut faire plus. Ne pas marquer, ce n’est pas non plus que la faute des attaquants. On peut se montrer plus disponible derrière, repartir plus vite dans la relance pour mettre les milieux dans les meilleures conditions, mieux amener les ballons ou avoir plus de soutien de la part des milieux..."

"Il suffit d’un bon déclic pour résoudre en partie nos soucis offensifs", rappelle Kombouaré. Et pour revoir enfin Bollaert s'embraser en fêtant une victoire.

FatherTom

Photo : rclens.fr

Publié dans Infos