Kondogbia à l'Inter : une petite part du gros gâteau pour Lens

Publié le par Lance

Kondogbia à l'Inter : une petite part du gros gâteau pour Lens

Deux ans après avoir rejoint Monaco, Geoffrey Kondogbia a donné son accord pour porter la saison prochaine les couleurs de l'Inter Milan. Également courtisé par le Milan AC, l'international français (quatre sélections) est transféré en échange d'une indemnité de transfert estimée à 40 M€ auxquels s'ajoutent des bonus compris entre trois et cinq M€. Une bouffée d'oxygène pour le RCL.

Originaire de Nandy, en Seine-et-Marne, Kondogbia est arrivé à la Gaillette en 2004, à l'âge de onze ans. "Un recruteur était venu voir mon père pour lui dire que Lens voulait me faire passer un test de trois jours, racontait-il en avril dans les colonnes de France Football. Il avait accepté que je le fasse, mais refusait de me voir signer là-bas. Sauf que j'ai réussi le test et que Lens a voulu me garder. Mon père ne voulait pas du tout. J'ai commencé à lui faire la tête. Je ne lâchais rien. Il a vu dans quel état j'étais. Un père veut le bonheur de ses enfants. Il n'aimait me voir en colère contre lui et il a fini par accepter."

Lancé en Ligue 1 par Jean-Guy Wallemme, le 21 octobre 2010 contre Lyon, Geoffrey Kondogbia a disputé trois matches de L1 et trente-deux de L2 sous les couleurs Sang et Or avant de rejoindre le FC Séville. "Lens n'allait pas bien au niveau sportif et économique. J'avais discuté avec la direction [Luc Dayan et Antoine Sibierski], qui m'avait autorisé à partir. Raphaël Varane et Serge Aurier étaient partis. Je voulais connaître autre chose. Bordeaux me voulait, Lille aussi était intéressé, mais c'était beaucoup trop cher pour un joueur de Ligue 2. Lens avait fixé mon pris à quatre M€*. À l'étranger, la Juventus s'était aussi renseignée mais je me suis tout de suite très bien entendu avec les dirigeants du FC Séville. J'avais déjà quitté la maison de mes parents à onze ans. Là, j'avais dix-neuf ans, j'étais blindé et prêt à rejoindre l'étranger."

Aujourd'hui, son retour à l'étranger va permettre au RCL de toucher une contribution de solidarité d'environ 1,2 millions d'euros (sur chaque transfert entre deux pays, une taxe de 5% est prélevée et redistribuée entre les clubs formateurs où le joueur est passé entre en 12ème et son 23ème anniversaire. Cette somme s’ajoute à l’indemnité de formation qui, elle, n’est pas indexée sur le montant du transfert.). Le club artésien doit également percevoir 750 000 euros dans le cadre du transfert du milieu de terrain de Séville à Monaco (décision du Tribunal arbitral du sport, Séville refusant de payer) et 50 000 euros dans le cadre du récent transfert de Gaël Kakuta de Chelsea à Séville. Pas négligeable pour un club abandonné par son actionnaire majoritaire et donc confronté à des problèmes financiers.

Lance

Kondogbia aurait finalement été transféré à Séville pour une indemnité estimée à 3,5 M€.

Publié dans Infos