Le Top 10 de l'anatomie lensoise

Publié le par FatherTom

"Nous avons neuf orteils en Ligue 2" a annoncé il y a une semaine Bernard Serin, président messin, à l'issue de la trentième journée de Ligue 1. Avec deux points d'avance sur Metz et neuf de retard sur le premier non relégable, Lens doit de son côté avoir huit orteils dans la division inférieure... Un club de foot possède en effet des orteils... et pas que ça ! Depuis les doigts de pied, remontons l'anatomie du RCL !

Hebergeur d'image   Les fesses de Nouma
Formé au Paris-SG, Pascal Nouma a débuté sa carrière à Lille. L'attaquant prend son rôle de caniche à coeur et n'hésite pas à montrer ses fesses au public lensois lors d'un Derby disputé en 1992. Après avoir récidivé sous les couleurs de Strasbourg, il marquera l'histoire du Racing d'une façon bien plus respectable, notamment en remportant la Coupe de la Ligue 1999 et en qualifiant Lens pour les demi-finales de la Coupe de l'UEFA 2000 grâce à son mémorable but inscrit face au Celta Vigo.
Hebergeur d'image   La hanche de Martel
Durant l'hiver 2007, Francis Collado, alors directeur sportif du RCL, est fier de raconter un peu partout qu'il a su remplacer Gervais Martel, hospitalisé en raison d'une opération à la hanche, dans les dernières heures du mercato hivernal. Il ira même jusqu'à qualifier son mercato de "parfaitement maîtrisé" ! En fait, cet affaiblissement d'une équipe à la lutte pour la Ligue des Champions constitue un tournant dans la vie du club. Une nouvelle ère s'ouvre...
Hebergeur d'image   Le doigt de Cousin
N'appréciant pas les critiques qu'il reçoit de la part d'une partie du public lensois en cette fin de saison 2006-07, Daniel Cousin répond de la matière la plus primitive qu'il soit en adressant à deux reprises un doigt d'honneur aux supporters artésiens. "Je ne regrette absolument pas, sauf pour les enfants présents dans les tribunes" s'enfoncera un peu plus l'attaquant, écarté du groupe pour l'ultime match de la saison à Troyes.
Hebergeur d'image   La main de Demont
Offusqué par le manque d'éducation d'Issam Jemaa, et plus généralement par le manque de solidarité au sein du vestiaire lensois, Yohan Demont laisse libérer sa rage sur une porte de la Gaillette. Bilan : une fracture des phalanges qui lui fait manquer quatre matches en novembre 2010.
Hebergeur d'image   Le bras de Kombouaré
À la veille de recevoir Nice, en décembre, Antoine Kombouaré est victime d'un accident domestique au cours duquel il s'entaille un doigt. Une infection l'oblige à un détour pour les urgences. C'est avec le bras en écharpe qu'il suit la rencontre. Il doit passer ses consignes avec un seul bras et il lui est impossible d'applaudir. Dommage, ce soir-là a lieu l'une des rares victoires lensoises de la saison !
Hebergeur d'image   Le cœur de Vairelles
Tony Vairelles, une des figures de proue du club à la fin du siècle dernier, a marqué l'histoire du RCL. En toute logique, l'attaquant a été imprégné à jamais par son séjour dans le Pas-de-Calais. Au point de lui dédier une chanson maintenant qu'il a raccroché les crampons : dans le morceau Des gens bien, Vairelles déclare avoir le cœur Sang et Or (voir notre article "Mon cœur à moi est Sang et Or").
Hebergeur d'image   La barbe de Smicer
Auteur d'une brillante saison 1997-98, Vladimir Smicer est aussi resté dans l'histoire du club grâce à sa barbe. En début de Coupe de France, il décide, comme Daniel Leclercq, de se laisser pousser la barbe en guise de porte bonheur. Il ne l'a rasera qu'après avoir été éliminé de la compétition... ce qui n'interviendra qu'en finale, face au Paris-SG, le 2 mai 1998.
Hebergeur d'image   Le visage de Dayan
Fidèle à son habitude, le président lensois de l'époque, Luc Dayan, passe sa fin de semaine chez lui, en Provence. Mais ce 15 décembre 2012, un drame a bien failli avoir lieu. Lors d'une randonnée dans le Midi, Dayan chute de plusieurs mètres et perd connaissance. Il se réveillera avec des blessures sur le côté gauche du visage et un traumatisme crânien.
Hebergeur d'image   Le nez de Yahia
Arrivé dans les dernières heures du mercato estival 2008, Ala-Eddine Yahia s'est rapidement identifié aux valeurs lensoises. Le Tunisien était apprécié du public parce qu'il donnait tout, comme ce 8 mars 2014 quand, pour son 200ème match sous les couleurs Sang et Or, il se fracture le nez lors d'un choc avec Rudy Riou, à l'occasion d'un match décisif pour la montée sur la pelouse de Metz. Cela n'empêchera pas le Tunisien de terminer la rencontre !
Hebergeur d'image   Les cheveux de Kovacevic
À son arrivée à Lens en 2006, Nenad Kovacevic n'est pas discret avec ses long cheveux lui tombant dans le dos. "Il a un super état d’esprit, disait alors son entraîneur Francis Gillot. Je vais même vous confier une anecdote : hier, il m’a demandé s’il devait se couper les cheveux. C’est la preuve qu’il a vraiment envie de se fondre dans un groupe."

FatherTom

Publié dans Humour