Touzghar s'est fait pardonner

Publié le par Lance

Touzghar s'est fait pardonner

Auteur d'une première partie de saison décevante (quatre buts, une passe décisive et de nombreuses occasions manquées en 978 minutes de jeu), Yoann Touzghar avait surpris et déçu en annonçant soudainement sa volonté de quitter le RCL. L'attaquant accusait son entraîneur de lui avoir fait subir des pressions pour qu'il décline sa sélection à la CAN et jurait qu'il ne jouerait plus dans l'équipe entraînée par Antoine Kombouaré. "Il a tout fait pour ne pas que je me rende à la Coupe d’Afrique des Nations, déclarait-il le 8 janvier (voir notre article Touzghar se met hors-jeu). J’ai subi des pressions, ça m’a rendu malade et il faut que je rétablisse certaines vérités. Depuis que j’ai obtenu la nationalité tunisienne, la donne a changé. Le week-end suivant, je me suis retrouvé sur le banc. Cela s’est enchaîné. J’ai vite compris dans ma tête. Et ensuite, le coach m’a expliqué clairement que j'étais remplaçant car je souhaitais me rendre à la CAN. Ça me dégoûte. Après tout ce que j’ai fait pour le club, c’est dur. [...] Je suis touché, ma famille et mes valeurs aussi. J’ai toujours été honnête et super sympa. Personne ne peut me reprocher quoi que ce soit. Mais même avec tout l’amour que je voue à ce club, je n’accepte pas ces propos. Je me sens trahi par mes dirigeants. A tel point que ça me semble compliqué de rejouer au RC Lens. Moi qui fonctionne à la confiance, je n’ai plus confiance en l’entraîneur. [...] Je ne vois pas 36 000 solutions. Je pars de Lens."

Deux jours plus tard, Touzghar annonçait son intention de rejoindre Lorient, club avec lequel il était en contact. "Pas question", lui répondit Gervais Martel. Écarté du groupe et obligé de s'entraîner avec les joueurs de l'équipe réserve alors que les clubs intéressés par ses services optaient pour d'autres attaquants (arrivée de Gianni Bruno à Lorient et de Gaëtan Courtet à Brest), le natif d'Avignon n'avait plus le choix. Contraint de rester dans le Pas-de-Calais, Touzghar a officiellement "tenu à réaffirmer clairement son attachement aux valeurs, au maillot, aux supporters et à l’institution RC Lens" (communiqué du 20 janvier). Avant de pouvoir à nouveau défendre les couleurs d'un maillot qu'il ne voulait plus porter, le joueur a cependant été puni par son entraîneur, ce qui officialise les torts de l'attaquant, accusé d'avoir inventé des pressions pour faciliter son départ du RCL. "J'ai pris une sanction sportive que j'ai annoncée au groupe cette semaine, indiquait Kombouaré. Jusqu'à lundi, Yoann est laissé à la disposition de la CFA. Il fera son retour ensuite avec nous."

Convoqué en quatrième division pour affronter Sedan au lieu d'être intégré au groupe en déplacement à Reims (voir notre article Touzghar au purgatoire) puis malade pour la réception de Bastia, Yoann Touzghar a retrouvé la Ligue 1 à Saint-Étienne. L'attaquant n'a pas tardé à montrer son meilleur visage. Un quart d'heure après son entrée en jeu, il a trompé Ruffier puis a récidivé sur penalty neuf minutes plus tard.

En une mi-temps, Touzghar a su faire changer le regard porté sur lui. L'ancien Amiénois n'est plus aujourd'hui l'attaquant maladroit qu'il a trop souvent été lors du deuxième semestre 2014 mais a fait ressurgir le souvenir du meilleur buteur lensois des deux derniers exercices (11 buts en 2012-13 et 12 buts en 2013-14). Auteur du premier doublé lensois de la saison (son troisième sous le maillot frappé de la lampe de mineur après ceux contre Châteauroux et Sedan en février et avril 2013), il n'est plus celui qui avait logiquement perdu sa place de titulaire mais celui qui présente les meilleures statistiques* (six buts en 1023 minutes soit un but toutes les 171 minutes, 25% des buts lensois et un tiers des réalisations à l'extérieur). Buteur sur les trois penalties qu'il a frappés cette saison (contre Reims, contre Bordeaux et à Saint-Étienne), il n'est plus celui qui avait lamentablement échoué dans cet exercice contre Brest, vaincu par la pression au moment d'emmener le RCL en Ligue 1, mais celui qui ose se présenter face aux gardiens quand trop d'autres échouent dans cet exercice (Valdivia à Monaco, Coulibaly contre Nice) et préfèrent ensuite céder leur place.

Auteur de soixante-cinq frappes (vingt cadrées) en janvier, le RCL n'avait pourtant inscrit qu'un penalty grâce à la complicité d'Areola et se cherchait un buteur. Lens espère aujourd'hui l'avoir trouvé et même Antoine Kombouaré se met à rêver que Touzghar "marquera le but du maintien". Il faudra pour cela que l'attaquant - qui a marqué trois buts lors de ses soixante-cinq dernières minutes de jeu - ne retombe pas dans ses travers fasse souvent trembler les filets lors des quatorze derniers matches de la saison.

Lance

* Statistiques des attaquant lensois :
- Touzghar : 6 buts en 1023 minutes, soit un but toutes les 171 minutes (25% des buts lensois) ;
- Coulibaly : 4 buts en 1557 minutes, soit un but toutes les 389 minutes (17% des buts lensois) ;
- Chavarria : 3 buts en 1307 minutes, soit un but toutes les 436 minutes (13% des buts lensois) ;
- Guillaume : 2 buts en 1072 minutes, soit un but toute les 536 minutes (8% des buts lensois)

Photo : RMC

Publié dans Humeur