Lens doit-il changer de tactique ?

Publié le par FatherTom

Lens doit-il changer de tactique ?

"Le football est l'art de savoir attaquer mais aussi de bien défendre" a rappelé cette semaine Lenoardo Jardim, entraîneur d'une équipe monégasque vainqueur sur la pelouse d'Arsenal (1-3). Si cette saison l'attaque lensoise peine, la défense fait pire. Seules trois équipes (Évian, Toulouse et Reims) ont ainsi encaissé davantage de buts qu'elle. Les neuf buts pris au cours des trois dernières journées sont un mal à chasser si les Sang et Or veulent enfin retrouver les joies du clapping d'après victoire ce samedi face à Rennes, alors qu'aucun n'a plus résonné depuis huit rencontres.

Si les Artésiens encaissent autant de buts, ils le doivent autant à des erreurs individuelles en défense qu'à une trop grande générosité collective en attaque. "Nous pensions affronter une équipe regroupée derrière, mais les Lensois ont essayé de l’emporter, constatait la semaine dernière Emiliano Sala après la victoire de Caen face à Lens (4-1). Par contre, ils souffraient d’un léger manque d’organisation en laissant beaucoup d’espaces entre leurs lignes après leurs attaques, avec un déficit dans le replacement défensif, ce dont nous avons profité." Les Normands ne sont pas les seuls à avoir bénéficié du déséquilibre nordiste pour trouver l'ouverture. Une semaine avant, Pierrick Valdivia pestait ainsi contre Évian, vainqueur (0-2) à la Licorne, qui "n’a rien, rien du tout : deux actions et deux buts ! De notre côté, nous voulons jouer, produire du jeu. [...] Alors après, nous ne sommes pas à l’abri d’un contre." Du côté de Rennes, cette faille lensoise a bien sûr été également décelée. "On a réalisé nos meilleurs résultats lorsque l’on a montré une forte solidité défensive, prévient Philippe Montanier, entraîneur breton. Il faudra s’appuyer sur cela. Lens est une équipe généreuse qui attaque en nombre. On devra donc être très vigilants dans ce secteur", avant de certainement lancer les flèches à la récupération du ballon, Paul-Georges Ntep piaffant déjà d'impatience à l'idée des espaces qui lui semblent promis...

Sans surprise, Antoine Kombouaré a évidemment cerné ce problème. Face à Caen, l'entraîneur lensois avait décidé de changer les hommes, Ahmed Kantari et Jérôme Le Moigne prenant ansi place sur le banc. Le pari s'est révélé être un échec, tout espoir de solidité s'écroulant dès la septième minute. "Face à Rennes, il faudra présenter une équipe plus efficace et retrouver une assise défensive plus solide", ambitionne toujours Kombouaré. Alors que les Sang et Or possèdent six points de retard sur le premier non relégable, le moment n'est-il pas venu de tenter quelque chose d'autre ? Aux premières loges sur la pelouse, les joueurs voient ce que font leurs adversaires. "On est peut-être plus beau à voir jouer qu’Évian mais ils m’ont marqué avec leur vice, leur aptitude à attendre la faute de l’adversaire, confiait ainsi Jérôme Le Moigne avant le déplacement à Caen. C’est une équipe qui s’est maintenue comme ça ces trois dernières années." "Caen a été plus efficace, [...] plus malin que nous, constate à son tour Ludovic Baal cette semaine. C’est ça la Ligue 1 ! Tu peux mal jouer et être efficace."

Lens pourrait-il s'inspirer de ce que font ses adversaires ? "Nous devons trouver d’autres solutions, acquiesce Baal. Notamment le fait de moins jouer. [...] Nous devons faire bloc et attendre les équipes, comme elles nous ont attendu." "Je ne changerai pas la nature de mes joueurs, semble lui répondre Kombouré. Ou alors je mets dix défenseurs. Mais ce n’est pas ma philosophie." Nul doute que s'il a un plan, ce n'est pas en conférence de presse d'avant match que l'entraîneur lensois l'annoncerait. Le Kanak a cependant peut-être cette réalité en tête : quatre des cinq victoires artésiennes cette saison ont été réalisées sans que l'adversaire ne trouve le chemin des filets...

FatherTom

Publié dans Infos