Lens aime s'inviter au bal des grands

Publié le par FatherTom

Lens aime s'inviter au bal des grands

Lorsqu'une équipe est en position de relégable, se déplacer chez un prétendant aux premières places peut s'apparenter à une montagne bien trop haute pour être escaladée. Face à la difficulté, certains pourraient même être tentés de considérer que ce genre de rencontres compte pour du beurre au moment de faire les comptes du championnat du maintien... L'équipe d'Antoine Kombouaré est cette saison à contre-courant de ce genre de pensées. Elle semble plutôt s’épanouir lorsqu'il s'agit de se déplacer chez des adversaires d'un tout autre niveau qu'elle. À ce jour, les Lensois se sont rendus chez cinq des sept premiers du classement et ils y ont souvent brillé...

La première levée a eu lieu dès le 24 août à Lyon. Certes, l'actuel leader est alors proche d'une élimination en Ligue Europa et est loin d'avoir atteint son rythme de croisière. Mais Lens reste tout de même le petit promu interdit de recrutement quelques semaines plus tôt et qui espère "prendre au moins un point, [qui] ferait beaucoup de bien" selon Rudy Riou. Au final, les Nordistes repartent avec les trois points (0-1). Ils sont cette saison les seuls à avoir fait tomber Lyon à Gerland, tous les autres adversaires des Gones y ayant soit perdu (Rennes, Monaco, Lorient, Lille, Montpellier, Marseille, Guingamp, Reims, Caen, Toulouse et Metz), soit fait match nul (Paris-SG). Deux mois plus tard, le 2 novembre, Les Sang et Or ont le droit sur le terrain de Marseille à leur première diffusion un dimanche soir. Ils y inquiètent le leader de l'époque, aujourd'hui deuxième. "Après les quinze premières minutes de chaque période, Lens a pris de plus en plus de risques, ils ont perdu leur inhibition, ils ont pris des initiatives et imposé leur football, constatera après la rencontre Marcelo Bielsa. Lens me laisse une très bonne impression. Je n'ai pas vu mes joueurs nerveux et s'ils l'ont été, c'est que l'adversaire était supérieur". Le 2 décembre à Monaco, désormais classé cinquième, Lens impressionne et fait jeu égal avec un qualifié en Ligue des Champions durant le premier tiers du match. Le déplacement qui suit conduit le 13 décembre les Nordistes à Montpellier, actuel septième de Ligue 1. Ils sont à ce jour les seuls avec Lyon à avoir marqué au moins trois buts en Ligue 1 aux Héraultais. Ce match ressemble à bien des égards à celui disputé vendredi dans le Forez. Les Lensois sont une nouvelle fois les seuls, avec le Paris-SG cette fois-ci, à avoir marqué au moins trois buts à Saint-Étienne, meilleure défense du Championnat et quatrième de Ligue 1.

À leur aise lorsqu'il faut côtoyer les grands du Championnat, les Lensois restent cependant une équipe au quotidien plus misérable. Très souvent, les Sang et Or doivent quitter prématurément le bal des grands. Les pantoufles de vair qui leur permettaient de rivaliser se transforment alors en chaussures de plomb qui les empêchent d'agir (Gbamin et Kantari incapables de presser l'adversaire à Saint-Étienne), en chaussures carrées (Touzghar qui rate son duel face à Mandanda dans les arrêts de jeu à Marseille, Valdivia qui manque son penalty à Monaco, Boulenger qui dégage mal à Saint-Étienne) ou en souliers du Père Noël (buts offerts après de grosses erreurs de Riou à Montpellier et de Kantari à Saint-Étienne). Le lendemain, les résultats inspirent souvent le regret (défaites à Marseille 2-1 et à Monaco 2-0, nuls à Montpellier 3-3 et à Saint-Étienne 3-3) et le classement renvoie alors presque inévitablement les Lensois à leur condition de mal classés.

FatherTom

Publié dans Infos