Rendez-vous en terrain inconnu

Publié le par FatherTom

Rendez-vous en terrain inconnu

Conséquence des travaux actuellement en cours à Bollaert, les Lensois sont contraints de jouer toutes les deux semaines sur terrain neutre lorsqu'ils "reçoivent". Samedi, les Sang et Or disputeront à nouveau un match sur terrain neutre mais, cette fois-ci, en tant qu'équipe qui se déplace ! Leur adversaire, Montpellier, est en effet obligé de jouer depuis bientôt deux mois dans le stade habituellement dévolu aux joueurs de rugby, leur stade historique de la Mosson étant actuellement en travaux.

Dans la nuit du 6 au 7 octobre, les violentes pluies qui sévissent sur le Languedoc ont eu raison des portes anti-inondations, pourtant hautes de près de trois mètres, installées en 2003 autour du stade après la précédente crue dévastatrice de la Mosson, dans le lit de laquelle a été construit le stade. Les responsables politiques et sportifs languedociens se montrent alors moins sectaires que leurs homologues lillois et valenciennois (voir notre article Un Derby du Nord qui ne se joue pas dans le Nord...) et proposent spontanément d'aider le club de la Paillade. Ainsi, la mairie de Nîmes, dont le club est le grand rival de celui de Louis Nicollin, prend contact avec les dirigeants de Montpellier. La proposition du Stade des Costières comme solution de repli est relayée par Jean-Marc Conrad, actuellement mis en examen dans l'affaire des matches présumés truqués et alors président du Nîmes Olympique. "On les recevrait avec plaisir", s’enthousiasme-t-il à l'époque, même si l'on se demande aujourd'hui s'il ne parlait pas plutôt d'éventuelles enveloppes ! Malgré cette aide du club voisin, c'est finalement le stade du club de rugby qui est choisi.

Si les joueurs de ballon ovale ont l'habitude d'affubler les footballeurs du surnom de manchots, les Lensois n'affronteront pas une équipe de joueurs malhabiles. Les joueurs de Rolland Courbis ont su apprivoiser leur pelouse provisoire. En Ligue 1, ils y ont ainsi battu Évian (2-0) et Toulouse (2-0) avant de chuter face à Saint-Étienne (0-2). En comparaison, les Artésiens ont dû attendre six rencontres de Championnat avant de remporter deux victoires à la Licorne. "J'espère que [le changement de stade] ne cassera pas la dynamique, craignait Mathieu Deplagne, défenseur montpelliérain. On s'est donné l'objectif [en début de saison] de refaire de [notre] stade une forteresse difficile à prendre." S'ils ont déjà connu trois défaites à domicile lors de cet exercice, le déménagement n'a pas ralenti la cadence héraultaise (1,8 point gagné en moyenne par match à la Mosson ; 2 points remportés en moyenne par rencontre dans le nouveau stade). En face, les Lensois auront bien sûr eux aussi un objectif. "Jusqu’à preuve du contraire, l’objectif des vingt points est dans nos cordes, constatait Antoine Kombouaré à l'issue du Derby. Cela demande un parcours sans faute." Et de prendre la forteresse montpelliéraine afin d'inaugurer de la meilleure des manières le premier déplacement lensois dans ce stade encore inconnu.

FatherTom

Déclarations : L’Équipe, lensois.com

Publié dans Infos