Le RCL condamne les incidents provoqués par de "pseudos supporters"

Publié le par Lance

Le RCL condamne les incidents provoqués par de "pseudos supporters"

Deux jours après les incidents ayant provoqué une interruption de quatre minutes du match entre Lens et Metz, le Racing Club de Lens a publié un communiqué dans lequel il condamne ces incidents. "Le désarroi, le mécontentement voire l'exaspération sont très compréhensibles. Toutefois le comportement de pseudos supporters présents samedi soir à Amiens avec pour objectif de faire arrêter la rencontre par jets de fumigènes et l'envahissement du terrain, aurait pu avoir des conséquences dramatiques !"

Maladroitement, le club fait le lien entre les conséquences qu'auraient pu avoir ces débordements et un éventuel dépôt de bilan. "Ces agissements condamnables auraient pu nous conduire à de graves sanctions : match perdu 3-0, retrait de points, match à huis clos… Dans notre situation difficile, cela s'apparenterait à un chaos irrémédiable ! Et, certainement, au bout du compte, à un dépôt de bilan !" Lors du traditionnel point presse d'avant-match, Antoine Kombouaré a tenu ce matin un discours identique. "Il y a des choses que l’on ne doit jamais faire, a rappelé le technicien. Aujourd’hui, il ne faut jamais entrer sur un terrain. Car cela peut signifier trois points en moins et une défaite sur tapis vert, occasionnant la mort d’un club. Deux choses peuvent causer cette mort : que l’on n’ait pas l’argent et que des idiots viennent sur la pelouse." Autrement dit, si le club perdait des points à cause de tels incidents et que ces points manquaient en fin de saison pour rester dans l'élite, cela pourrait entraîner de nouvelles difficultés financières et un dépôt de bilan.

Le RCL indique qu'il a l'intention de faire preuve de fermeté face à de tels débordements. "Dès aujourd'hui, ceux qui ne s'inscrivent que dans un projet de destruction ne doivent s'attendre à aucune tolérance de la part du club. Le Racing Club de Lens n'appartient pas à une minorité, il est et restera partie intégrante du patrimoine de notre territoire !" Peut-être aurait-il fallu sévir depuis déjà bien longtemps face aux jets de projectiles divers et aux envahissements de terrain non festifs...

Ce soir, les réseaux sociaux s'enflamment, beaucoup s’insurgeant contre l'utilisation par le club du terme "pseudo supporters". Bien lire le communiqué est pourtant indispensable. En effet, ce terme ne désigne pas l'ensemble des personnes ayant fait part samedi de leur mécontentement et encore moins l'ensemble des Tigers. Il fait uniquement allusion aux quelques personnes qui avaient "pour objectif de faire arrêter la rencontre par jets de fumigènes et l'envahissement du terrain". Soit environ une dizaine d'individus qui n'ont assurément plus rien à faire dans un stade dans les prochains mois. Faire des milliers de kilomètres chaque saison pour encourager son équipe ne donne pas tous les droits et ne constitue pas une immunité face à la loi.

Lance

Photo : La Voix du Nord

Publié dans Humeur