Ils étaient quatre ; il n'en reste que deux

Publié le par Lance

Ils étaient quatre ; il n'en reste que deux

Lorsque la DNCG l'a interdit de recrutement, le 5 août, le RC Lens avait prévu de faire signer des prolongations de contrat à trois joueurs : Ala-Eddine Yahia (22 matches de L2 en 2013-14), Benjamin Boulenger (2 matches) et Samuel Atrous (troisième gardien derrière Alphonse Areola et Rudy Riou la saison passée). Quinze jours plus tard, Landry N'Guemo (sans club depuis la fin de son contrat à Bordeaux) venait s'entraîner à la Gaillette. "S’il n’était pas chez nous, il se trouverait seul à courir dans les bois, expliquait Antoine Kombouaré fin août. Nous lui offrons une structure, un cadre, des copains, un staff. Il est donc super content et a hâte d’une issue favorable à sa situation. La chose qu’on peut faire pour ce garçon est de le laisser venir s’entrainer avec nous, de se préparer. Et s’il est là, c’est parce que je ne pense qu’à le faire signer pour le voir intégrer l’effectif."

Autorisé depuis mardi à recruter dans la limite de 500 000 euros de masse salariale supplémentaire*, Lens a fait signer deux des quatre joueurs qui espéraient en août porter le maillot Sang et Or : Benjamin Boulenger et Samuel Atrous (la durée de leur contrat n'a pas été communiquée). Les deux autres joueurs ont, eux, quitté le Pas-de-Calais.

Ala-Eddine Yahia s'est engagé le 1er octobre à Caen."Je suis vraiment triste d’avoir quitté Lens dans ces conditions, confiait alors le défenseur. Tout le monde sait à quel point je suis attaché à ce club, j’y ai quand même passé six ans.En aucun cas, quand j’étais en centre de rééducation cet été, j’imaginais attaquer la saison autre part. Je me suis fait opérer le 15 avril, j’avais signé un nouveau contrat le 11. Et puis la DNCG a interdit le club de recrutement. Ça faisait six ans que j’étais là-bas, mais étant donné que c’était un nouveau contrat, j’étais considéré comme une recrue. Je me suis retrouvé au chômage, dans l’attente que la situation se débloque. Au début je ne m’en préoccupais pas trop, vu que j’étais blessé. Ensuite, plus je sentais mon retour arriver, plus j’avais de craintes parce qu’à trente-trois ans, j’avais toujours envie de jouer. Je ne me voyais pas attendre que les 4 millions arrivent. Il n’y avait aucune certitude, et moi je n’aime pas vivre comme ça."

Comme le Tunisien, Landry N'Guemo se voyait intégrer l'effectif d'Antoine Kombouaré. "J’ai hâte de pouvoir reprendre la compétition et j’espère vraiment que ce sera avec Lens, où j’ai été merveilleusement bien accueilli, déclarait-il début octobre. On sent qu’il y a une passion incroyable pour le club. Lorsque les entraînements sont ouverts au public, il y a un monde fou. Après 3 saisons à Bordeaux, c’est ici que j’ai envie de continuer ma carrière. Dans mon esprit, je suis déjà Lensois." Depuis hier, le milieu de terrain s'entraîne pourtant avec l'équipe réserve de Nancy."Le feu vert de la DNCG pour recruter est enfin arrivé mais je ne signerai pas au RC Lens, reconnaît le Camerounais. J’ai discuté avec le président Gervais Martel qui m’a dit qu’il restait malgré tout bloqué financièrement et qu’il ne pouvait pas m’offrir le contrat prévu au départ. Je suis déçu, bien sûr, j’aurais aimé défendre les couleurs lensoises après avoir partagé la vie du groupe pendant quatre mois, mais c’est comme ça, c’est le football." N'Guemo a refusé le contrat revu à la baisse qui lui était proposé et se trouve donc toujours au chômage.

Avant de clore sa phase aller, demain contre Nice, le RCL compte donc deux joueurs de plus. Samuel Atrous et Benjamin Boulenger renforcent quantitativement l'effectif lensois et leur présence permettra à Valentin Belon et Quentin Lecœuche de pouvoir évoluer davantage en équipe réserve.Les renforts qualitatifs n'ont pas pu signer au Racing. Pour recruter des joueurs prétendant à une place de titulaire, il faudra attendre janvier.

Lance

* Dans son édition de mercredi, L’Équipe évoquait une augmentation de la masse salariale de 300 000 à 400 000 euros ; le quotidien évoque aujourd'hui 500 000 euros.

Publié dans Humeur