Cette mode que Lens a lancée

Publié le par FatherTom

Les soirs de victoires sont devenus bien particuliers à Lens. Alors que la liesse avait l'habitude d'envahir les tribunes, c'est désormais un silence de cathédrale qui s'abat sur les stades dans lesquels triomphe le RCL, avant qu'un chef d'orchestre ne donne le rythme pour le briser le temps d'un instant et d'une explosion de voix et de claquements de mains. Au grand dam de Jérôme Le Moigne, qui déplorait en mars dernier ne pas avoir la possibilité de donner la cadence, c'est souvent l'un des buteurs de la rencontre qui s'avance vers le public. Cela donne lieu à de magnifiques images, pourvu que les télés se soient données la peine de les filmer. On se souvient ainsi de celles d'Alphone Areola monté sur le perchoir après un succès face à Châteauroux ou de celles d'Adamo Coulibaly chaussé d'un saillant bonnet Sang et Or opportunément tombé des tribunes à l'issue de la dernière victoire face à Nice.

Cette mode que Lens a lancée

Connue sous le nom de clapping, cette animation n'est pas une invention lensoise. La pratique semble être née en Grèce. C'est par l'intermédiaire des Niçois et des Lensois qu'elle a fait son apparition en France durant l'été 2013. "La première fois que l’on a fait le clapping, c’était lors du match amical à Amiens le 12 juillet, racontait Jonathan, capo lensois, sur le site officiel du club. Ça rendait déjà pas mal. On s’est dit qu’on allait le tenter en Marek. C’était face à Marseille, en amical aussi le 24 juillet." Avec la reprise du Championnat, le phénomène prend encore plus d'ampleur. A l'issue de la victoire face à Troyes le 30 août, les joueurs sont invités par la Marek à lever les bras pour faire corps avec leurs supporters. La vidéo qui saisit cet instant exceptionnel rencontre un succès dès sa mise en ligne sur le site officiel du club. Un an et demi plus tard, elle a été visionnée plus de 350 000 fois ! Il faudra attendre le 19 octobre pour que le clapping soit mené pour la première fois par un joueur. A la demande du kop nordiste, c'est le capitaine d'alors, Ala-Eddine Yahia, qui en devient le chef d'orchestre. Voilà le génie des Lensois !

Aujourd'hui, cette célébration créée par les Lensois se développe en France. Les soirs de victoires sont ainsi ponctués d'un clapping avec le public à Guingamp et à Rennes. Les Costarmoricains ont même exporté le clapping à la sauce lensoise sur les terres de naissance de sa forme originelle, en Grèce, après leur victoire à Salonique le 11 décembre.

Cette mode que Lens a lancée
Cette mode que Lens a lancée

Il se murmure que d'autres clubs souhaiteraient prendre le pas des Lensois. Mais faute de victoires (Caen ?), de public (Monaco ?), ou des deux (Lille !), beaucoup sont contraints d'y renoncer !

FatherTom

Photos : L'Equipe, rclens.fr et Ouest Médias.

Publié dans Humeur