Les questions auxquelles nous avons eu des réponses

Publié le par Lance

Les questions auxquelles nous avons eu des réponses

L'intervention présidentielle de ce jeudi 6 novembre était très attendue. Non pas celle de François Hollande mais évidemment celle de Gervais Martel. Le dirigeant du RCL n'a fait ni grande révélation, ni grande annonce et n'a pas répondu à l'ensemble des questions que nous nous posons (voir notre article Les questions auxquelles nous aimerions avoir des réponses). Voici les réponses à quelques unes de nos interrogations.

- "Comment pouvez-vous être sûr et certain que 2,5 millions arriveront bel et bien sur les comptes du club dans les prochains jours puis que 14 millions seront bel et bien versés en janvier ?"
- "Avec nos juristes, on a envoyé une lettre recommandée en bonne et due forme à Hafiz Mammadov en lui disant que l’on allait actionner la garantie de première demande. Pour cela, on a aussi envoyé une lettre en recommandé à la banque d’Azerbaïdjan, recapitalisée par l’État. Je m’y suis ensuite rendu pour voir s’il n’y avait pas de problème particulier. Il s’avère que j’ai été reçu par le directeur de la banque. Il m’a confirmé avoir tous les éléments pour actionner cette garantie après un délai de dix jours ouvrables. Je m’attends donc à avoir le versement entre le 17 et le 20 novembre, à une journée près. Tout cela a été contrôlé par des juristes français et azéris. Des garanties données par des banques, jusqu’à preuve du contraire, ça vaut plus que des paroles ou des écrits. Contrairement à ce que l’on a malheureusement connu avec Hafiz." Même s'il rappelle que Mammadov a, depuis juillet 2013, versé 21,5 millions d'euros, Martel ne manque pas d'adresser un petit tacle à son associé dont les promesses expliquent la très mauvaise communication du président lensois.

- "Qui finance les 16,5 millions attendus en novembre et janvier ? Sont-ils prélevés sur des comptes de Mammadov ? Est-ce de l'argent de l'État azerbaïdjanais ?"
- "Cela vient de la Bank of Azerbaïdjan qui n’appartient plus à Hafiz Mammadov et a été recapitalisée par l’État."

- "Outre Atrous, Boulenger et N'Guemo, d'autres joueurs libres de contrat sont-ils susceptibles de rejoindre le club dans les prochaines semaines ? Avez-vous des pistes pour recruter un joker ? Cinq à six recrues étaient annoncées cet été. De jeunes joueurs ayant livré de bonnes prestations depuis le début de saison, combien de recrues sont attendues d'ici le 31 janvier ?"
- "Aujourd’hui, on ne peut recruter qu’un joueur franco-français ou libre de contrat au niveau mondial. Ce n’est pas neutre mais ça n’ouvre pas toutes les possibilités. On sait quels sont nos manques. On réfléchit là-dessus mais on ne va pas recruter pour recruter. On espère que le recrutement sera plus qualitatif que quantitatif. On ne fera pas n’importe quoi. On renforcera l’équipe avec des joueurs indiscutables." Il semble donc plus probable que le Racing attende janvier pour recruter d'autres joueurs que Atrous, Boulenger et N'Guemo. Les 2,5 millions d'euros en provenance d'Azerbaïdjan devant arriver un mois avant la trêve, on n'en est certes plus à un mois près. Six matches de Championnat sont tout de même programmés entre le 22 novembre et le 20 décembre...

- "Après avoir investi 20 millions d'euros la saison passée, Hafiz Mammadov n'a pas pu honorer cette saison son engagement financier. L'homme d'affaires aurait dû faire face à des difficultés personnelles, économiques et politiques. Pouvez-vous nous expliquer ces problèmes ?"
- "Hafiz Mammadov est aujourd’hui en difficulté et ça perdure. Sinon il aurait fait le versement complet et je n’aurais pas été obligé d’aller à Bakou. J'en ai pris acte. Il a des difficultés géopolitiques, internes à son pays; avec de l'argent bloqué. Aller plus dans le détail ? Je n'ai pas les éléments et ça ne me regarde pas. J'ai le respect du mec qui est venu nous sauver à un moment donné. J'espère qu'il va s'en sortir. Je suis d'ailleurs persuadé qu'il va s'en sortir et qu'on sera plus fort avec lui dans les semaines ou les mois qui viennent."

- "Hafiz Mammadov souhaite-t-il et pourra-t-il poursuivre son aventure au RC Lens ? Si ce n'était pas le cas, que se passerait-il lors du passage devant la DNCG, en mai ?"
- "Ce n’est pas la fin d’une ère ! Il est actionnaire majoritaire du club. Il a des difficultés donc mon rôle de président de club est d’assurer la pérennité du Racing. Je respecte Hafiz et j’ai pris acte de ses difficultés. A moi de trouver les solutions pour que l’on puisse arriver à avancer. Ce qui est assez « drôle » c’est que Lens n’a pas de dette et de problème de trésorerie. On est dans le dur et l’objectif de cette année est de se maintenir en Ligue 1 et de revenir la saison prochaine dans un « nouveau » stade. C’est un projet fabuleux qui nous attend ! Ce n’est pas mon style de tirer sur l’ambulance. Je remercie Hafiz ! Maintenant les garanties vont nous permettre d’être serein jusqu’à la fin de l’année mais on doit aussi prendre des points. On a encore beaucoup de travail à faire jusqu’à la fin de la saison. On est dans l’état d’esprit. Je tiens à rassurer tout le monde. Et puis je n’ai eu aucun retard dans mes règlements."

- "« Le RC Lens ira-t-il au bout de la saison ? Je ne le crois pas, malheureusement, prédisait en août Richard Olivier. Les faits nous ont toujours donné raison.» Comptez-vous inviter le président de la DNCG au match Lens-Nantes, le 23 mai 2015 (38ème journée de Championnat) ?"
- "Je ne manquerai pas de rendre visite au président de la DNCG le moment venu !"

Lance

sources : rclens.fr, lensois.com et La Voix du Nord

Publié dans Infos