Veille de retrouvailles

Publié le par FatherTom

Veille de retrouvailles

Après onze journées passées à lutter sur les pelouses de Ligue 1 avec des armes loin d'être pléthoriques, les joueurs lensois se voient offrir en ce début de semaine une parenthèse avec leur entrée dans la Coupe de la Ligue. A l'occasion des 1/16 de finale, Jérôme Le Moigne et ses partenaires reçoivent Créteil.

De retour à Amiens un mois après y avoir accueilli Caen, les Lensois retrouveront l'équipe qui les avait éliminés de la compétition la saison dernière au deuxième tour de l'épreuve. Les Artésiens avaient été sortis de la Coupe Machin dès le 27 août (3-4). "On a montré beaucoup de naïveté sur les buts que l’on a encaissés, avait alors déploré Antoine Kombouaré, qui avait fait tourner son effectif. On les a pris sur des fautes de concentration et d’inattention. On n’a pas fait les efforts pour éviter de se mettre en difficulté." La revanche en Championnat avait eu lieu mois d'un mois plus tard et les Artésiens avaient encore butté sur des Cristolliens (1-1) enfin battus au retour, le 24 février au Stade Duvauchelle (2-3).

Outre un adversaire bien connu, les Sang et Or retrouveront également certains joueurs qui, pour des raisons diverses, ont bien failli porter le maillot lensois sans que cela ne se réalise. Le faux bond de Frédéric Piquionne, arrivé cet été dans le Val de Marne et auteur de quatre buts en Ligue 2, est entré dans l'histoire du RCL à travers le célèbre "mercato parfaitement maîtrisé" de janvier 2007. Cheick N'Doye aurait pour sa part peut-être aimé signer cet été en Artois mais l'accord de transfert révélé cet été par le Parisien n'a pas pu se concrétiser, le Racing étant interdit de recrutement. Enfin, si Jean-Michel Lesage parcourt les pelouse de France depuis près de quinze, sa route n'a jamais croisé celle de Lens, à son grand regret. "Pour certains, le rêve ultime est de porter un jour le maillot du PSG, expliquait le Cristolien dans le Parisien la saison dernière. Pour moi, le summum, ça aurait été de jouer à Lens. Mes parents sont de là-bas et, depuis tout petit, j'ai été bercé par la culture Sang et Or. J'aurais même été prêt à y jouer gratuitement !" La saison dernière, celui qui a débuté sa carrière au Havre, s'était d'ailleurs empressé de revenir sur la pelouse de Bollaert après la mi-temps pour "entendre le public reprendre en choeur les Corons, l'hymne du club. Je trouve ça tellement beau que j'avais envie de m'en imprégner."

FatherTom

Photo : rclens.fr

Publié dans Infos